Utilisation indicative des synergies, plusieurs anionisations aromatiques

Rate this post

Synergies du commerce

Parce que les huiles essentielles se complètent et interagissent, les synergies prêtes à l’emploi sont des mélanges très efficaces pour notre santé. Et les huiles essentielles biologiques qui feront partie de la sélection, s’allieront pour soigner nos différents maux et renforcer nos défenses naturelles. Nous affronterons ainsi, mieux, les aléas des saisons.

Étant donné qu’Erhabenmaya est un blog informatif, vous trouverez ces synergies prêtes à l’emploi, dans les magasins spécialisés ou sur Internet.

Utilisations connues :

Pour ne pas saturer l’air en molécules aromatiques, ne jamais diffuser les huiles essentielles de façon continue.

Dans une chambre d’enfant, demander les conseils d’un médecin est la règle générale mais, il ne faut jamais diffuser  plus de 5 minutes.
Les petites pièces ou la voiture, seront assainies avec quelques gouttes dans une coupelle ou sur un linge suffisent.

Quand l’espace est plus grand, utiliser de préférence la technique d’un diffuseur électrique.

  • Selon les professionnels, compter environ 60 gouttes pour un diffuseur par nébulisation pendant 15 à 20 minutes maximum pour une pièce de 20 m².

Respecter les Précautions d’emploi des synergies aromatiques figurant sur les étiquettes :

Ne pas avaler

Éviter tout contact avec les yeux. Tenir hors de portée des enfants. Ne pas verser vers une flamme ou une source de chaleur. Inflammable. Ne pas utiliser pour les enfants de moins de trois ans. Pour les femmes enceintes demander conseil à un spécialiste.

Dangereux

Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.
Peut provoquer une allergie cutanée. Provoque des lésions oculaires graves. Susceptible d’induire des anomalies génétiques. Susceptible de provoquer le cancer. Risque présumé d’effets graves pour les organes. Nocif en cas d’ingestion et d’inhalation.

Différents groupes de synergie :


Détente nerveuse
Élimination hépatique
Activation glandulaire
Lutte infectieuse
Élimination rénale
Activité
Respiration
Autres synergies

La négativation de l’air

La négativation de l’air signifie dispersion.

Plusieurs dispersions possibles :

  1. – La dispersion dans l’air : Dans la nature, si le soleil est à l’origine de la synthèse des Huiles essentielles, c’est le vent qui les diffuse dans l’atmosphère.
  2. – Dans le même ordre d’idée, une dispersion aqueuse se fait dans le bain comme elle peut se faire dans les algues, argiles ou autres ingrédients.
  3. – Enfin, il existe aussi la dispersion huileuse ou onction sur le corps
Éléments biochimiques Effets Observations Exemples de plantes riches en ces éléments
OXYDATION acides aromatiques calmant
anti-inflammatoire
présence infime
à l’état libre
reine des près
CROISSANTE cétones aromatiques stupéfiant mucolysant neuro-toxiques
épileptisantes
sauge off.
aldéhydes aromatiques calmant irritants eucalyptus citronné
TERPENOÏDES esters et
éthers aromatiques
équilibrant
équilibrant
bénéfiques
bénéfiques
lavande off.
estragon
alcools
aromatiques
tonifiant bénéfiques ravensare
aromatique
phénols
aromatiques
tonifiant hépato-toxiques
dermo-caustiques
sarriette des
montagnes
TERPÈNES


stimulant


irritants


pin sylvestre


QUELQUES ELEMENTS BIOCHIMIQUES

Cétones atlantone, carvone, verbénone
Aldéhydes Cinnamaldéhyde, citrals citrals, citronellal
Esters Acétates de bornyle, délinalyle, de néryle, de terpényle, angélate d’isobutyle, fômiate de citronellyle
Ethers Méthylchavicol, salicylate de méthyle
Oxydes (Respiratoires, désinfectants) : cinéol (eucalyptol)
Alcools terpéniques Bornéal, citronello, linalol, terpinéol-4, viridiflorol
Alcools sesquiterpéniques Carotol, géraniol, patchoulol, santalol, sclaréol
Phénols Carvacrol, eugénol, thymol
Terpènes Pinène
Sesquiterpènes


Sélinène


L’aéro-anionisation aromatique

Le vent est un puissant vecteur de dispersion. Il brise les poches qui  contiennent les huiles essentielles à la surface des feuilles et des pétales. Ainsi, des aérosols aromatiques vrais ionisés se forment, créant de petits ions négatifs vitaux, qui bombardent au passage les gros ions positifs toxiques et les neutralisent. D’où une formation d’oxygène naissant ionique, fortement bactéricide et respiratoire qui contribue à dépolluer l’atmosphère.

Cette puissante aéro-anionisation (ou négativation de l’air), naturelle, se transmet au corps par l’intermédiaire des 200m2 de muqueuses pulmonaires, où viennent se régénérer les cinq Litres de sang en une minute !

Des cures d’air aromatiques pour l’insuffisance respiratoire

C’est dire l’efficacité et la rapidité de la revitalisation, de l’oxygénation et de la désintoxication de chaque cellule de l’organisme. Si les personnes asthmatiques ou insuffisantes respiratoires suivent des cures d’air aromatiques, elles pourront obtenir de réels bienfaits, car chacune de leurs cellules sera alimentée en oxygène par cette méthode. La sérotonine subira de l’oxydation et elle sera éliminée alors par les reins et par lyse nettoyée des mucosités facilement surinfectables. Cette méthode fait bénéficier également des arômes.

Ces cures d’air aromatiques peuvent se faire à domicile,  à l’aide d’un diffuseur d’arômes produisant des aérosols, vrais, sans chauffer, ni gaz parasite, dont la ténuité est égale ou inférieure à celle de la fumée de cigarette, ce qui multiplie par 60.000 ou plus la surface de contact ionisante.

Attention !

Leur pouvoir de pénétration est alors considérable, d’autant que ionisés, ils ne se condensent pas.

Les spécialistes mettent en garde de ne pas confondre ce procédé avec une simple évaporation, ni une pulvérisation. La cure se fera en respirant dans une pièce peu ou pas ventilée, et elle sera complétée par quelques courtes inhalations directes plusieurs fois par jour.

On peut mélanger les synergies d’actions voisines entre elles, ou avec une synergie polyvalente telle la synergie lavande/lavandins, pour en faciliter l’emploi ou par mesure d’économie.

Aqua-anionisation aromatique

Dans le bain :

Verser quelques gouttes d’Huiles Essentielles dans 1/2 jaune d’œuf ou dans du lait en poudre ou dans une cuillerée à soupe d’une synergie d’Hydrosols directement dans le bain. Prendre de 3 à 7 bains par semaine. On peut encore verser des Huiles essentielles dans des algues ou de l’argile.

Dans des préparations culinaires :

A insérer dans un jus de fruit ou dans une cuillerée de yaourt (non sucré et loin des repas), ou dans une demi-cuillerée de miel d’acacia, ou miellat de sapin, ou dans de la purée d’amandes ou de noisettes délayée ou non dans de l’eau, 1 à 3 gouttes d’Huile essentielle 1 à 3 fois par jour.

En même temps que de la purée d’amandes délayée dans de l’eau chaude, ces préparations constituent une agréable boisson pour remplacer le café.

Dans le miel et sirops :

Dans le miel d’acacia on peut faire une préparation à l’avance, par exemple 30 à 200 gouttes d’Huiles Essentielles pour 300 grammes de miel et prendre au fur et à mesure.

On peut aussi utiliser à la place du miel des préparations du commerce à base de plasmolyst de levures élevées sur plantes et de miel, ou de concentré végétal, ou d’extraits de plantes ayant des synergies communes, et faire ainsi une excellente association aromato-phytologique et un bon mode d’utilisation.  (A préparer à l’avance de préférence).

Autres exemples :

– 1 flacon de 8ml d’Huile Essentielle dans 333 ml de sirop d’érable.
– Les Hydrosols peuvent être pris directement à raison de 1 à 6 cuillerées à café par jour.

Lipo-anionisation aromatique

En dispersion huileuse :

Réaliser une synergie d’Huiles essentielles dans de l’huile de table (sésame ou tournesol), ou dans de l’huile rouge et l’utiliser en frictions.

Remarque : bien que ne s’agissant pas de lipides, on peut utiliser aussi une synergie aux Huiles Essentielles les plus précieuses, dans une synergie moins précieuse ; en frictions, mais surtout en diffusion et par mesure d’économie. 1 ou 2 gouttes dans de l’huile de salade, des crudités, directement ou préparée à l’avance.

En injection (rectale ou vaginale) :

Préparer 1 à 5 goutte d’une synergie d’huile essentielle dans l’eau, avec un peu d’huile rouge ou de table, et bien émulsionner. (Pour les synergies d’hydrosols, une cuillerée à café ou à soupe et il n’est pas nécessaire dans ce cas d’ajouter de l’huile).

Dermo-anionisation aromatique

En onction corporelle :

– Prendre dans le creux de sa main une synergie d’Huiles Essentielles, et l’appliquer 1 à 3 fois par jour, après friction au gant de crin de préférence.

– Davantage pour les synergies d’Hydrosols, on peut même en faire des compresses et des enveloppements.

– Ou en liposols comme vu ci-dessus.

Selon sources familiales, plantes et ionisation

Co-auteur, Geneviève Reiter, avec Yvonne Chatillon,
Stages et études en phyto-aromathérapie ;
Née à Neuilly sur Seine, habitant Bordeaux (33), près de la mer !
Passionnée de médecines naturelles, naturopathie, bridge et spiritualité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.