Niaouli, essence algérienne, huile éphédrinée

Rate this post


Le Melaleuca viridiflora est un arbre abondant en Nouvelle-Calédonie

L’essence de niaouli ou goménol (marque déposée), est obtenue par distillation à la vapeur des feuilles fraîches. On utilise, en thérapeutique, l’essence de niaouli purifiée.

La distillation des feuilles de diverses espèces de Melaleuca fournit un produit comparable appelé huile de cajeput (voir ce terme).

NIAOULI

 Melaleuca viridiflora, Myriacée

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

35 à 66 % d’eucalyptol, 15 % de terpinol, pinène droit, limonène gauche, citrène, térébenthène, esters valérianique, acétique, butyrique …

PROPRIÉTÉS :

– revitalisant de la peau. (Voir la catégorie « traitement du visage et du cou »)

usage interne :

– bronchites chroniques et fétides – tuberculose pulmonaire
– grippe
– coqueluche, asthme
– rhinites, sinusites, otites
– tuberculose osseuse
– infections intestinales (entérites, dysenteries)
– infections urinaires (cystites, urétrites)
– infections puerpérales
– rhumatismes
– parasites intestinaux

usage externe :

– plaies atones, ulcères, brûlures, fistules
– coryza, laryngites, bronchites, coqueluche

MODE D’EMPLOI :

usage interne :

– huile goménolée à 50 %, en capsules de 0,25 gr (2 à 10 par jour, progressivement), ou 10 à 40 gouttes dans une infusion
– en injections hypodermiques (solution huileuse à 20 % – 10 à 20 cc en moyenne)

usage externe :

– solution huileuse à 5-10 % pour pansements, brûlures, ulcères
– eau goménolée à 2 – 5 pour mille en compresses, lavages de toutes natures

– essence algérienne :

essence de niaouli         25 gr 
essence de lavande       25 gr
menthol                          1 gr
eucalyptol                       5 gr
gaïacol                            1 gr
alcool à 90 °                   q s p  120 cc
quelques gouttes sur un mouchoir contre les affections pulmonaires (rhumes, bronchites, grippe, asthme …)

– Huile éphédrinée composée :

éphédrine base             0,30 g 
essence de niaouli        1,50 g 
huile d’olives                  30 cc
2 à 3 gouttes dans chaque narine, 3 fois par jour.

N.B.

2 – Les indigènes l’emploient de longue date pour purifier l’eau.

L’essence neutralise le bacille de la tuberculose à la dose de 0,4 %.

SPECIALITE :

Balseptol, Balsofumine, Thiopon balsamique, Vapo-Myrtol.

INDICATIONS :

usage interne :

– antiseptique général, bronchique et urinaire,
– balsamique – anticatarrhal
– analgésique
– antirhumatismal
– vermifugeusage externe :- stimulant tissulaire (antiseptique et cicatrisant)
– antiseptique

 
 
 

Co-auteur, Geneviève Reiter, avec Yvonne Chatillon,
Stages et études en phyto-aromathérapie ;
Née à Neuilly sur Seine, habitant Bordeaux (33), près de la mer !
Passionnée de médecines naturelles, naturopathie, bridge et spiritualité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.