Rate this post

 

FICHE L ‘ECZEMA

 

– Il s’agit d’une affection de la peau, de teinte plus ou moins rougeâtre, parsemée de vésicules ou de squames, sèches ou suintantes, généralement prurigineuses.

– L’eczéma peut être aigu et se résorber ou devenir chronique avec des modifications diverses des téguments. On en décrit de nombreuses formes selon l’origine et l’aspect. Pouvant se surinfecter, il doit être distingué d’autres lésions cutanées « eczématisées » (lésions eczématiformes).

– L’eczéma qui est une réaction de défense de la peau, suppose deux facteurs :

– Un agent d’irritation, soit externe, soit interne (d’ordre digestif généralement) ;

– Un terrain prédisposant lié à divers facteurs héréditaires (il y a des familles d’eczémateux comme des familles d’asthmatiques, une alternance fréquente asthme-eczéma ou acquise.

CAUSES

A rechercher par un interrogatoire minutieux, un examen clinique, biologique, voire allergologique.

1) Externes :

Professionnelles :

– « Gale » du ciment (plus de 50 % des dermatoses professionnelles) due au bichromate de potassium du ciment. (Traitement par les anti-histaminiques locaux),
– « Gale » du bois chez les menuisiers,
– Eczémas des peintres par les diluants, vernis, l’essence de térébenthine,
– Eczémas des produits ménagers (lessives, savons …).

Médicamenteuses :

Nombreux topiques externes, sulfamides, antibiotiques, anesthésiques de contact, antihistaminiques, les sparadraps.

Cosmétiques :

Colorants, parfums, rouges à lèvres, fards, teintures capillaires, shampooings, (coiffeurs et esthéticiens sont particulièrement exposés).

Vêtements :

« Nylons », caoutchouc, certaines teintures annexées – certains élastiques.

Autres :

Le nickel (bijoux), le chrome (les clés dans la poche du pantalon) : la sueur dissout à la longue ces 2 métaux.

Mêmes les plantes :

L’herbe des près, les fleurs : primevères, tulipes, chrysanthèmes … qui donnent aussi d’autres syndromes de nature allergique (coryza, pseudo-asthmes, …) Ainsi que certains dérivés balsamiques comme le baume du Pérou.

2) Internes :

Erreurs diététiques ou, tout simplement, parfois certains aliments ne convenant pas.
Infections microbiennes.
Médicaments de synthèse.
Certains états : dermatoses avec la goutte, l’arthrite, les terrains à tuberculose.

En cas d’absence de causes, on parlera d’eczéma constitutionnel, survenant souvent dès l’âge de 3 à 4 mois, donc sur un terrain prédisposé, héréditaire.

TRAITEMENT

1) Local

Pâte à l’eau, liniment oléo-calcaire, pommade au citral, huile d’amande douce … 
Soins de toilette à l’huile d’amande douce ou avec un savon acide.

– Stade aigu :

Il faut calmer le prurit et l’inflammation, prévenir l’infection par des traitements simples (pas de préparations à base d’antibiotiques ou de corticoïdes).

Selon les cas :

Pulvérisations d’eau de rose,
Compresses de décoction d’écorce de bouleau (50 g par litre)
ou à l’eau de guimauve, de sureau,
Décoction de feuilles de noyer,
Eau de mer, au sérum physiologique faiblement alcoolisé,
ou à (*) l’eau de Dalibour
Compresses ou bains au permanganate de potasse (1 g pour 1 l d’eau)
ou à l’amidon (5 gr par litre).

– Stade Subaigu ou chronique :

Selon les cas :

– Eosine à 1 %,
Solution de Milian,
Solution de nitrate d’argent à 1 %,

– Pommades à l’ichtyol, à l’huile de cade, au goudron
(lanoline, vaseline, oxyde de zinc, amidon,
huile : 20 g de chaque
– goudron de houille : 3 g),

– Pommade au citral,
– Pâtes isolantes aux silicones,
Si lésions sèches et kératinisées : pommades au goudron, à l’acide salicylique.

Ne pas traiter de grandes surfaces à la fois avec les pommades pour éviter d’éventuelles réactions étendues. 

– Pour les croûtes : compresses vues plus haut ou cataplasmes de fécule de pomme de terre.

2) Général

Supprimer la cause lorsqu’elle est connue, traiter les foyers infectieux responsables.

Drainages avec :

– Infusion de pensée sauvage
(1 c. à café par tasse, 3 tasses par jour),

– infusions de feuilles de ronce, de petite centaurée, feuille de bouleau.

Une formule de tisane :

– Petite centaurée, salsepareille, bardane, patience, pensée :
  en quantités égales :
– 1 c. à café pour 1 tasse,
– bouillir 1 minute, infuser 10 minutes
– deux ou trois tasses par jour. ou :

Betula alba (bouleau) TM )  
Boldo TM ) aa qsp 90 ml
Ribes nigrum (cassis) TM )  
40 gouttes dans 1/2 verre d’eau, avant les 3 repas. OU  
Dulcamara )  
(douce amère) TM )  
Viola tricolor )  
(violette) TM ) aa qsp 90 ml
Salsaparilla )  
(salsepareille) TM )  
Juglans regia
  OU
Noyer TM )  
Même posologie
  • Parfois des infusions calmantes à base d’aubépine, passiflore, valériane, mélilot.
    Un désensibilisant : l’hyposulfite de magnésium.
    – Penser au soufre (granions ou sous forme d’extraits de radis noir), au manganèse, aux vitamines D2, A, E, F.
  • On aura parfois recours à l’auto-hémothérapie, la protéinothérapie, aux extraits de rate souvent remarquables.
    Les antihistaminiques pourront être envisagés (rarement).
    Quant aux antibiotiques : exceptionnellement, c’est-à-dire presque jamais, et les corticoïdes sont généralement suivis de rechutes plus graves.
    Traiter aussi les troubles digestifs hépatiques, le terrain arthritique, diabétique (infusions de thym, romarin, etc ).
    Régime : hypotoxique, c’est-à-dire suppression des fritures, plats en sauce, épices, oseille, épinards, charcuteries grasses, abats, chocolat, café, alcool.

3/ Deux solutés

Ces 2 solutés, dont l’un renferme 10 fois plus de sulfate que l’autre, portent le nom de Dalibour, chirurgien du XVIIe siècle.

1/ Soluté faible, Eau de Dalibour. 

– Sulfate de cuivre = 1 g
– Sulfate de zinc = 3,50 g
– Teinture de safran = 1 g
– Soluté alcoolique fort de camphre = 10 g
– Eau Q.S.P. = 11
Faire dissoudre les sulfates dans de l’eau. Ajouter la teinture et le soluté alcoolique de camphre, puis le reste de l’eau distillée ; agiter; laisser en contact 24 h et filtrer.

2/ Soluté fort, Eau de Dalibour forte ;

Soluté cupro-zincique de Dalibour, composé fort. 

– Sulfate de cuivre = 10 g
– Sulfate de zinc = 35 g
– Teinture de safran = 1 g
– Soluté alcoolique fort de camphre = 10 g
– Eau distillée Q.S.P. = 11
(Même mode de préparation que Soluté faible).

Le Soluté fort de sulfate de cuivre et de zinc ne doit être employé qu’après dilution. En l’absence d’indication, on délivrera le Soluté faible.

CURES THERMALES

Voir : La Roche-Posay, Molitg, Saint-Gervaix, La Bourboule, entre autres

L’ECZÉMA DIT CONSTITUTIONNEL

Cet eczéma est dit de cause inconnue. Les prescriptions seront les mêmes, avec des recommandations majeures : ni antibiotiques, ni corticoïdes, ni vaccinations (sauf antitétanique), ni sérothérapie hormis cas exceptionnels.

Au total, bien que répondant à de multiples causes, les eczémas seront très souvent améliorés ou guéris par des méthodes naturelles simples et sans danger.

 

(*) Solutés de sulfates de cuivre et de zinc (Eaux de Dalibour)

Image parAjale de Pixabay

3 commentaires

  1. Félicitations pour votre blog. Les sujets sont variés et bien traités. J’ai beaucoup appris sur l’eczéma. Bien mieux que sur des ouvrages médicaux.

  2. ps j'ai voulu partager cet article sur twitter via ton bouton et savais tu que tu es relié à un twitter qui ne doit oas t'appartenir ??? @BloggerSentral essaie tu verras

  3. tres bon article! j'ai un eczema de contact sur ma voute plantaire gauche uniquement qui ne part pas malgré que j'ai retiré la cause ma semelle orthopédique, pas de stade aigue, mais pied hyper sec qui gratte par moment, et fissures qui peuvent me faire mal l'été, je vais comment aller consulter un medecin natuopathe pour etre sur mon medecin traitant meme homeo est vraiment nul ds certains domaines

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.