Rate this post

Les térébenthines sont des résines retirées de certaines espèces de conifères et de térébinthacées (Pinus Laricio, Pinus Maritima, Pinus Sylvestris, Pinus Palustris, Abies Pectinata …) 

Elles sont de consistance molle, formées par la dissolution de principes résineux dans un mélange de carbures liquides. Elles contiennent des terpènes, des carbures mono et bicycliques, des acides, des alcools à poids moléculaire élevé …

 
térébenthine
  

Résine

 

Elles sont de consistance molle, formées par la dissolution de principes résineux dans un mélange de carbures liquides.
Elles contiennent des terpènes, des carbures mono et bicycliques, des acides, des alcools à poids moléculaire élevé …

Les principales sortes sont :

  1. – Térébenthine du pin, dite térébenthine de Bordeaux. C’est la térébenthine commune fournie par pinus pinaster. Variété officinale, utilisée – purifiée – dans pilules, sirops.

  2. – Térébenthine du mélèze, dite de Venise, fournie par larix decidua. Variété officinale utilisée pour emplâtres, baumes …

  3. – Térébenthine des Vosges, ou d’Alsace, fournie par le sapin argenté (abies pectinata) utilisée pour obtenir la térébenthine cuite (privée de son essence par ébullition avec l’eau).     

PROPRIÉTÉS :

– expectorant, modificateur des sécrétions bronchiques
– balsamique antiseptique  

INDICATIONS :

 – bronchites chroniques, catarrhes
– suppuration des voies urinaires : pyélites, urétrites, cystites

MODES D’EMPLOI :

usage interne :

– pilules à 0,20 gr (3 à 10 par jour)
– sirop : 50 à 10 gr par jour.

usage externe :

– emplâtres
– baumes


Essence de Térébenthine

 
L’essence s’obtient par la distillation de la térébenthine, surtout la térébenthine de Bordeaux (dite commune), avec de l’eau ou de la vapeur d’eau non surchauffée. on doit la purifier car elle est visqueuse, colorée et acide.

L’essence officinale est formée surtout de térébenthine gauche. Elle forme avec l’eau, et surtout en présence d’air, un hydrate qui est la terpine (qui, à petites doses, est un fluidifiant des sécrétions bronchiques et un diurétique).

Les oxydants attaquent l’essence de térébenthine avec violence. L’essence oxydée a des propriétés oxydantes identiques à celles de l’ozone.   

PROPRIÉTÉS :

(partiellement connues déjà par Hippocrate, Dioscoride, Galien)

usage interne :

– modificateur des sécrétions trachéo-bronchiques qu’elle favorise

– balsamique, antiseptique pulmonaire et génito-urinaire – antiseptique surtout du streptocoque, en injections sous-cutanées (sérum artificiel térébanthiné à 1/200)  et en infections intra-utérines et vaginales (émulsions avec bois de Panama)

– hémostatique
– dissolvant des calculs biliaires
– diurétique
– antispasmodique
– antirhumatismal
– vermifuge
– antidote du phosphore dont elle empêche l’oxydation surtout quand elle est ancienne

usage externe :

– parasiticide
– antalgique
– révulsif
– cicatrisant antiseptique  

INDICATIONS : 

usage interne  

– bronchites chroniques et fétides, tuberculose pulmonaire
– infections urinaires, rénales, cystites, urétrites
– leucorrhées
– fièvre puerpuérale
– hémorragies (intestinales, pulmonaires, utérines, épistaxis, hémophilie)
– lithiase biliaire
– oliguries
– hydropisie
– rhumatismes
– spasmes (colites, coqueluche)
– flatulences
 – migraine
– parasites intestinaux (surtout le tænia)
– constipation opiniâtre
– épilepsie
– ingestion accidentelle de phosphore

usage externe :

– rhumatismes, goutte, névralgies, sciatique
– plaies atones et gangréneuses
– gale, pédiculose
– pertes blanches, infections puerpérales

MODE D’EMPLOI :

usage interne

– l’essence de térébenthine est 4 fois plus active que la térébenthine.
1 à 4 gr par jour en capsules, perles, de 0,25 gr (4 à 16 capsules par jour)
enfants : 0,20 gr par année d’âge
– sirop : 50 à 100 gr par jour

Pilules contre infections rénales et cystites :   

térébenthine purifiée       aa 0,10 gr
camphre
extrait d’opium                aa  1 centigr.
extrait d’aconit
pour une pilule. 3 à 4 par jour.

– pilules contre la bronchite chronique :

térébenthine purifiée                 aa 0,10 gr
benzoate de soude
pour une pilule                          5 à 10 par jour.   

– sirop contre le bronchite chronique :

sirop de térébenthine
sirop de goudron                      aa 50 gr
sirop de tolu
sirop de codéine
3 cuillerées à soupe par jour.   

– contre la lithiase biliaire : mixture

éther officinal                              20 gr
essence de térébenthine            10 gr
15 à 30 gouttes par jour.

– comme antidote du phosphore : 5 à 15 gr dans une potion gommeuse additionnée de carbonate de soude. Puis 2 gr par jour pendant 4 à 5 jours.

– émulsion contre l’empoisonnement par le phosphore :

essence de térébenthine            5 à 10 gr
jaune d’œuf                                      n° 1
sirop de menthe                               50 gr
eau                                                  100 gr
par cuillerées à soupe, toutes les 2 ou 3 heures.    

usage externe :

– en inhalations : mixture pour inhalations :

essence de térébenthine                  10 gr
teinture d’eucalyptus                  aa 30 gr
teinture de benjoin  
1 cuillerée à café par bol d’eau bouillante.
– en liniments (plaies atones et gangréneuses, rhumatismes, névralgies)

Baume antirhumatismal :

baume                                   250  gr
savon                                        30 gr
camphre                                   25 gr
ammoniaque                              8 gr
essence de romarin                    6 gr
essence de thym                        2 gr

– en frictions

– dans les bains (25 à 100 gr pour un bain, en émulsions)  

– Emulsion pour bains :

essence de térébenthine          aa 200 gr
solution de savon noir au 1/4
agiter. La moitié pour un bain général. Une ou 2 cuillerées à soupe pour bains locaux (avant-bras)

– Contre les rhumatismes :

– en injections sous-cutanées (comme dérivatif pour former les abcès de fixation)
– en injections vaginales ou intra-utérines :

Emulsion pour injections intra-utérines et vaginales :

essence de térébenthine                250 gr
teinture de quillaya                            5 gr
eau stérilisée                                  600 gr
agiter. 2 cuillerées à soupe pour 1 litre d’eau bouillie (infection puerpuérale)
– parasiticide (poux)

SPECIALITES :

Bains.

N.B.

– L’ancien baume de Fioravanti, souvent cité dans des publications traitant des essences volatiles, est un alcoolat de térébenthine composé.
 On l’obtient en distillant de l’alcool avec de la térébenthine et une quinzaine de substances aromatiques et résineuses.

  Image pins Pixabay

 
 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.