Archives par mot-clé : romarin

Bornéol (droit) ou Camphre de Bornéo, Romarin

Produit fourni par un arbre poussant spontanément à Bornéo et Sumatra : le dryobalanops camphora

C’est le Capour barros des Malais. Seul, l’arbre vieux donne le bornéol qui exsude naturellement sous l’écorce, où on l’y découvre en masses cristallisées plus ou moins grosses.

L’arbre jeune ne donne qu’un liquide jaune clair : le « camphre liquide ».

CAMPHRE DE BORNEO

 

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

C’est un alcool. Il se différencie, par conséquent, du camphre du Japon (le camphre habituellement utilisé), lequel est un cétone et – comme toutes les cétones – présente une certaine toxicité (la toxicité bien connue des essences d’absinthe, de rue, de sabine est due à leurs cétones).

PROPRIÉTÉS :

usages interne et externe :

– antiseptique puissant
– tonique général et cardiaque
– stimulant de la cortico-surrénale
– désensibilisant

INDICATIONS

– états de dépression
– maladies infectieuses

MODE D’EMPLOI :

– en association avec d’autres essences (O,25 – O,50 %) en ingestion et, en dilutions, par voie intra-musculaire,

– également sous forme de divers éthers comme l’isovalérianate de bornyle (bornyval) en perles de 0,25 ctgr, 3 à 5 par jour, comme sédatif dont l’action est semblable à celle de la valériane.

N.B.

De nombreuses essences tirées des plantes de notre pays contiennent également du bornéol (romarin, hysope ..)

Image Romarin Pixabay

L’impuissance, traitement aux Huiles essentielles

 

Pour les hommes :

GINGEMBRE SEUL,
SARRIETTE,
PIN,
ROMARIN

Alterner tous les 2, 3 jours avec : 

CORIANDRE,
CANNELLE,
YLANG-YLANG

Certaines huiles essentielles comme le pin sylvestre ou le Citrus hystrix (cumbawa) augmentent légèrement la production de testostérone.

Celles de Palmarosa ou de Patchouli ont aussi un effet sur le système vasculaire.

Voie orale :

2 à 3 gouttes d’un mélange sur un sucre, matin, midi et soir, toujours sur avis médical.

Phytothérapie :

En ce qui concerne la phytothérapie, essayer :

  • le Tribulus terrestris, le « viagra végétal » (à prendre minimum durant trois mois).

    – le Mucuna, lui, à un effet sur la libido par son action sur la dopamine (EPS Phytostandard Mucuna + EPS Phytostandard Tribulus

Posologie :

5 ml matin et soir dilués dans un peu de liquide, (sur prescription d’un phytothérapeute).

 

 

Consulter la fiche : l’impuissancemaladies génitales de l’homme






Maladies nerveuses, traitement aux Huiles essentielles

Huiles essentielles apéritives

La camomille, l’ail, l’oignon, la cannelle

Rééquilibrant du système nerveux

Cyprès seul 18

Sénescence

Sauge sclarée 3, Romarin 3, Sarriette 3, Marjolaine 5,
Basilic 4.

Somnolence, Endormissement. Pré-comaComa hépatique

Menthe 4, Romarin 15.

Stimulant du système nerveux central et neuro-végétatif

Lavande 10, Thym 9.

Tendinite. Déchirure musculaire

Romarin 12, Camomille 7
ou Romarin 9, Lavande 10.

Utiliser également :

Thym 6, Menthe 2, Genièvre 6, Cajeput 5.

Cas d’observation

Un cas rapporté dans les archives d’hygiène naturiste.

Pour information, la retranscription de cette observation est utile pour connaître l’avis des médecins au sujet de ces deux thérapeutiques bien souvent méconnues. Selon eux, elles gardaient une valeur hautement démonstrative.

Madame P …,

Habitant la Dordogne, fait un état dépressif alarmant , en mars, au départ de son petit-fils comme militaire. En quelques semaines, cette personne, jusque là enjouée et vaillante, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle ne se souvient plus de rien et perd bientôt la raison : croyant sortir de chez elle, elle s’engouffre dans un placard et y demeure ; lorsqu’elle dessert la table, elle porte la vaisselle dans la salle de bains …

Comme il s’agit d’une bonne mère, son gendre veut tenter le maximum à son endroit. Alors, la naturopathie traita ses symptômes avec phyto et aromathérapie, phosphore, oligo-éléments. A Paris, une clinique lui appliqua une thérapie cellulaire. Cette femme a reçu : placenta, foie, rate, trigone, hypothalamus antérieur, hypophyse.
Deux mois plus tard – au mois de mai – Mme P. ..  » a rajeuni de 10 ans ». Son activité, tant physique qu’intellectuelle, est intégralement récupérée.

De surcroît, les résultats se maintiennent pendant deux ans et demi, jusqu’à ce jour de décembre où Mme P …., revenant à pieds dans sa maison de Véssac, en empruntant un raccourci, tombe dans une mare glacée. Le choc physique consécutif, la peur horrible de mourir noyée lui sont grandement préjudiciables. Un agriculteur entend ses cris et vient « in extremis » la sortir de son bain.

Le soir même, un tableau comparable à celui de mars s’instaure dans toute son ampleur.

En tout état de cause, les hygiénistes conseillent donc alors à son gendre de ramener cette dame à Paris pour une nouvelle thérapeutique cellulaire appliquée au mois de décembre, un peu avant Noël. Le traitement est complété par des plantes et des essences, de la vitamine C, naturelle sous forme de sirop d’argousier.

Au terme de quoi, un mois et demi plus tard, Mme P. … a recouvré une santé remarquable et au mois de novembre soit huit années plus tard, tout va toujours très bien à 81 ans. Mme P. … se contente, de temps à autre, d’absorber quelques tisanes, selon les prescriptions ou de sa propre initiative, car elle est de ces personnes qui connaissent bien les vertus de nombreuses plantes.

Le Docteur R.B.H. qui la suivait devait certainement penser pour ce cas, ce que les hygiénistes déduisaient d’ailleurs eux-mêmes, à savoir que la thérapie cellulaire a été – bien plus que les plantes – par deux fois l’élément thérapeutique déterminant dans le retour à la santé de cette malade.

 

 
 
 
 
 

Image parmohamed Hassan de Pixabay

 

 

Girofle, indications, mode d’emploi, formules

 

 

Le giroflier

Eugenia caryophyllata. Myrtacée
 
 

Le Giroflier est un petit arbre à feuilles gris clair, à écorce lisse, des îles Moluques, Réunion, Antilles, Madagascar

PARTIES UTILISEES : 

  • Les boutons floraux (« clous de girofle ») et l’essence retirée, par distillation à la vapeur, des boutons séchés à l’air.

  • On en extrait 16 à 20 % du poids des clous.

  • Production : 10.000 tonnes de « clous » par an aux îles Zanzibar et de pemba (les 7/8è de la production du monde), 1.000 tonnes à Madagascar …

  • Un arbre donne, en moyenne 7 à 10 kg de clous annuellement.

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

– gomme, 
– tanin, 
– caryophylline, 
– huile essentielle : 70-85 % d’eugénol, 
– acéteugénol, 
– alc. méthylique, 
– salicylate de méthyle,
– furfurol, 
– pinène, 
– vanilline,
– caryophyllène …

PROPRIÉTÉS :

usage interne :

– excitant
– tonique utérin pendant l’accouchement
– antiseptique énergique (voir N.B.) – une émulsion a 1 % de clous de girofle a un pouvoir antiseptique supérieur à celui du phénol (3 à 4 fois plus)
– stomachique et carminatif
– antinévralgique et caustique
– antispasmodique
– aphrodisiaque (?)
– vermifuge– anticancer (?)

usage externe :

– parasiticide
– antiseptique
– cicatrisant
– antalgique
– caustique

 INDICATIONS :

usage interne :

– asthénie physique et intellectuelle (déficience de la mémoire)
– prévention des maladies infectieuses (autrefois de la peste …)
– dyspepsies, fermentations gastriques, diarrhées
– flatulences
– affections pulmonaires (tuberculose)
– névralgies dentaires
– impuissance (?)
– parasites intestinaux
– cancérose (?)
– était autrefois préconisé contre les céphalées, la surdité, l’hydropisie, la goutte

usage externe :

– gale
– plaies, plaies infectées, ulcères de jambe
– névralgies dentaires
– taies de la cornée
– lupus
– pour éloigner les moustiques et les mites

MODE D’EMPLOI :

usage interne :

– 2 à 4 gouttes d’essence 3 fois par jour, sur un morceau de sucre ou en solution alcoolique (dose moyenne 0,05 à 0,30 gr = 47 gouttes au gramme)
– préparation à l’accouchement : utiliser le clou de girofle dans les potages pendant les derniers mois de la grossesse. Avant l’accouchement, absorber une infusion de clous de girofle.
– diablotins ou pastilles aphrodisiaques :

sucre ………………………… 500 parties
mastic ………………………… 12 parties
safran ………………………….. 8 parties
musc …………………………….. 1 partie
gingembre …………………….. 2 parties
girofle …………………………… 2 parties
ambre gris …………………….. 4 parties
infusé de marum ………………….. Q.S.

– Faire des pastilles de 0,50 gr à 1 gr. En prendre 4 à 5 par jour.
– Les clous de girofle dans la cuisine quotidienne (potages, ragoûts, marinades …)

usage externe :

– en fumigations
– en lotions, compresses, bains de bouche (solution d’essence ou infusion de clous)

Un peu d’histoire

Il y a une soixantaine d’années, W.A. Briggs utilisait les propriétés antiseptiques de l’essence de girofle pour la désinfection des mains des chirurgiens, des accoucheurs, des infirmières, également celle des champs opératoires. Il traitait, à l’aide de cette essence, les plaies simples ou contuses et infectées, les ulcères de jambe, tamponnait les cavités d’abcès avec une mèche de gaze humectée d’essence pure ou diluée. Il est à rappeler que l’essence de girofle est un excellent pansement du cordon ombilical : elle n’est ni toxique, ni irritante, et douée d’un certain pouvoir analgésique.

Un médecin russe employait l’extrait aqueux fluide de girofle dans le traitement des taies de la cornée, disparu le stade inflammatoire. Les instillations entraînaient l’éclaircissement des taches par résorption des infiltrats et amélioration de la nutrition du tissu cicatriciel de la cornée.

AUTRES

– en frictions contre le lupus, en dilution alcoolique (5 à 10 %)
– contre la gale : voir à lavande : pommade d’helmerich
– pour éloigner les moustiques et les mites : une orange piquée de clous de girofle

N.B.

– Aux îles Moluques, les Hollandais ayant détruit tous les girofliers de Ternate, le pays fut dévasté par plusieurs épidémies inconnues jusqu’alors. Contre la contagion, on utilisait fréquemment autrefois des oranges dans lesquelles on avait piqué des clous de girofle.
– L’eugénol remplace, de plus en plus, l’essence de girofle comme :
– Antithermique
– Antiseptique (tuberculose pulmonaire : 0,80 ct/gr par jour, en capsules)
– En chirurgie dentaire (désinfectant et cautérisant)
– L’essence de girofle entre dans la composition du Koheul, pommade ophtalmique utilisée en Orient.
– L’infusion de girofle, avec de l’acide borique et de la glycérine, donne une liqueur antiseptique (amykos) employée pour la conservation de la viande (un seul clou de girofle ajouté à de bœuf bouilli le conserve 24 heures).

5 – Formules d’élixir dentifrice :

a) essence de cannelle de Ceylan ……………. 1 gr
essence de badiane ……………………………………. 2 gr
essence de girofle ……………………………………… 2 gr
essence de menthe ……………………………………. 8 gr
teinture de benjoin ……………………………………   8 gr
teinture de cochenille ……………………………… 20 gr
teinture de gaïac ………………………………………   8 gr
teinture de pyrèthre ………………………………….   8 gr
alcool à 80 ° …………………………………………….  1 litre

Mêler. Filtrer après 24 heures. Une demie cuillère à café dans un verre d’eau tiède.

b) essence de cannelle …………………………………. 1 gr
essence d’anis ……………………………………………. 2 gr
essence de girofle ……………………………………….. 3 gr
essence de menthe ……………………………………… 8 gr
teinture de benjoin ………………………………………. 5 gr
cochenille pulvérisée ……………………………………. 5 gr
alcool à 80° ……………………………………………….. 1 litre

6 – Vinaigre aromatique anglais (sels pour respirer) :

acide acétique concret …………………………………… 635 gr
camphre ……………………………………………………….. 60 gr
huile essentielle de lavande ……………………………… 0,50 gr
huile essentielle de girofle ……………………………………. 2 gr
huille essentielle de cannelle ………………………………… 1 gr

7 – Voir  sur cet article, la composition de la teinture d’arnica aromatique, de l’essence d’Italie et d’un mélange contre la dyspepsie.

Voir à Romarin, une formule de bain aphrodisiaque.

Voir « Vinaigre des quatre voleurs ».

8 – Les Allemands de l’Ouest avaient mis en leur temps, au point, un anesthésique général à base de girofle. Ce narcotique supprime les injections médicamenteuses préliminaires habituelles obligatoires et permet à l’opéré de retrouver sa lucidité 15 à 20 Minutes après l’anesthésie. L’essence de girofle est douée de vertus narcotiques et le laudanum de Syndenham en contient comme adjuvant de l’opium.

9 – La girofle, qui fut longtemps l’épice la plus coûteuse, fut considérée, pendant des siècles, comme une panacée. Son utilisation en médecine pourrait être beaucoup plus répandue qu’elle ne l’est de nos jours.  

Elle entre, par contre, dans la composition de nombreuses boissons et liqueurs : raspail, cherry, ambroisie …

L’essence de girofle est également employée en parfumerie, dans la confection des encres d’imprimerie, de colles, de vernis.

SPECIALITE :

Gouttes aux essences. 

 
 
 
 
 
 
 

Romarin, propriétés

Commun dans le Sud de la France (Provence), en Italie, Espagne, Tunisie, Dalmatie …

On l’utilise dans la cuisine pour parfumer la viande et, à l’origine, la rendre plus digeste, en infusions (sommités fleuries, feuilles), ou sous forme d’huile essentielle obtenue par distillation à la vapeur des sommités fleuries (100 kg de plantes fournissent environ 1,500 kg d’essence)

 

 

ROMARIN

Rosmarinus officinalis.

Labiée

Synonymes :

herbe aux couronnes, herbe des troubadours, rose marine …

 

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

– Huile essentielle : pinène, comphène, cinéol, bornéols (15 %), des camphres, résine, principe amer, saponine …

 PROPRIETES :

usage interne :

– stimulant général (comme menthe, mélisse, sauge, thym) et cardio-tonique, stimulant des cortico-surrénales
– hypertenseur (Caujolle, Cazal)
– stomachique
– antiseptique pulmonaire et béchique
– anti diarrhéique, antifermentescible
– carminatif
– antirhumatismal et antinévralgique
– antigoutteux
– cholagogue et cholérétique (l’infusion intra-veineuse, chez l’animal, double le volume de la sécrétion biliaire. Expérimentations par tubages duodénaux de Parturier et Rousselle).
– emménagogue
– céphalique
– diurétique et sudorifique
– antioxydantes : elle combat la fatigue et la déprime. Préparer des infusions à base de la plante séchée ou fraîche.
usage externe :
– cicatrisant des plaies et brûlures, résolutif
– parasiticide

INDICATIONS :

usage interne :

– asthénies (faiblesse générale)
– surmenage physique et intellectuel (perte de mémoire)
– hypotension
– impuissance
– chlorose, adénites, lymphatisme
– asthme, bronchites chroniques, coqueluche, grippe
– infections intestinales, colites, diarrhées
– flatulences
– hépatisme, cholécystites, ictères par hépatite et par obstruction, cirrhoses, lithiase biliaire.
– hypercholestérolémie
– dyspepsies atoniques (digestions difficiles), douleurs gastriques
– rhumatisme, goutte
– dysménorrhées (règles douloureuses) et leucorrhées
– migraines
– affections du système nerveux : hystérie, épilepsie, séquelles de paralysies, faiblesse des membres.
– troubles cardiaques nerveux
– vertiges, syncopes

  usage externe :

– plaies, brûlures
– rhumatismes
– douleurs musculaires
– pertes blanches
– pédiculose, gale
– fatigue générale, débilité des enfants, faiblesse de la vue (bains)

MODE D’EMPLOI :

usage interne :

– infusion : (feuilles ou fleurs) : 1 cuillerée à dessert par tasse d’eau bouillante. Infuser 10 minutes. Une tasse avant ou après les repas.

– extrait fluide : 3 à 5 gr par jour.

– huile essentielle (50 gouttes au gramme) : 3 à 4 gouttes, 3 ou 4 fois par jour, sur un morceau de sucre ou en solution alcoolique.

usage externe :

– en compresses dans les rhumatismes : décoction avec une poignée par litre d’eau. Bouillir 10 minutes.
la même décoction en injections vaginales (leucorrhées), en lotions des plaies.
– en frictions avec une solution alcoolique d’essence à 2 % (rhumatismes).
– essence de romarin + huile d’olive, en frictions contre les douleurs musculaires.

– liniment antirhumatismal :

teinture de gingembre ……………………………. 40 gr
essence d’Origan   …………………………………. 2 gr
alcoolat de romarin ………………………………. 60 gr

– en frictions

En bains fortifiants (surtout pour les enfants) et contre les rhumatismes, la faiblesse de la vue.
Prendre ces bains de préférence le matin.

– bain aphrodisiaque :

muscade concassée ………………………………………. 50 gr
romarin ……………………………………….)
sauge …………………………………………)
origan …………………………………………)   aa           500 gr
menthe ……………………………………….)
fleurs de camomille ……………………….)
eau bouillante

Laisser infuser 12 heures, et ajouter :

teinture de genièvre …………………………………… 100 gr
teinture de girofle ……………………………………..  100 gr

pour un grand bain.

– pédiculose, gale, voir à cannelle la formule du Salvol I (linfusion des feuilles et des fleurs dans l’esprit de vin a toujours été recommandée dans le traitement de la gale).

N.B.

  1. – L’essence de romarin est fortement épileptisante et, comme l’essence de fenouil, rend les animaux craintifs. Alors que les essences de sauge, d’absinthe, d’hysope – épileptisantes également – rendent les animaux agressifs.
  2. – L’alcoolat de romarin (élixir de jeunesse réputé obtenu par distillation de cèdre, romarin et térébenthine) portait autrefois le nom d' »Eau de la Reine de Hongrie » (1370). Il passait pour avoir transformé une princesse septuagénaire, paralytique et goutteuse, en une séduisante jeune fille qui fut demandée en mariage par un roi de Pologne.
  3. – Le romarin entrait dans la composition du « Vinaigre des 4 voleurs ». Il entre dans la composition du vin aromatique, des baumes tranquilles, de l’eau de Dardel (stimulant), de l’alcoolat vulnéraire du Codex (pour les contusions), du baume nervin (stimulant, antirhumatismal), de l’onguent de romarin (pédiculose), d’onguents pour usage vétérinaire …
  4. – Voir à « menthe » une formule d’élixir dentifrice.

SPECIALITE :

Bains « Les algues aux essences ».

article en rapport : Borneol, camphre de Bornéo