Archives par mot-clé : huiles essentielles

Cor Durillon avec inflammation et infection, soins aux Huiles essentielles

Soins par les Huiles essentielles

Appliquer sur l’ongle malade deux formules en alternance, sans adjonction d’autre huile :

Première formule

Thuya 5,T.M. (Teinture Mère)
Chélidoine suc 40,
T.M. Lierre 30,
Romarin déterpéné 2,
Géranium déterpéné 3,
Camomille 2,
T.M. Iode 40,
Fleur de soufre solubilisée 2,
non dilués.
En adjuvant, mettre sur le cor un emplâtre d’Argile, oxyde de Zinc, Camomille.

Deuxième formule

Formule de l’emplâtre d’argile blanche : 

Argile blanche 100 g,
Eau minérale (Volvic, par exemple) 75 g,
Une pincée d’oxyde de zinc,
Camomille 4
Bien délayer tous les ingrédients avec l’eau, à feu très doux, en incorporant peu à peu l’huile essentielle

 

 

 

 

     

Image parandreas160578 de Pixabay

Maladies de la femme, ménopause, traitement Huiles Essentielles

Généralités

La sauge, le cyprès, la verveine ont des propriétés hormonales. L’essence de cyprès est un véritable homologue de l’hormone ovarienne. Les essences ont une action régulatrice des glandes endocrines. Elles agissent, non pas en se substituant aux glandes déficientes, mais en les dynamisant, en les « relançant ».

 

Utiliser les Huiles essentielles pour les maladies de la femme

 

Il s’agit d’une thérapeutique d’excitation physiologique, ce qui donne aux essences aromatiques, dans ce domaine comme dans les autres, un intérêt primordial. Les propriétés de l’oignon dans les équilibres glandulaires et de l’obésité sont, depuis toujours bien connues et utilisées.

Troubles de la ménopause avec troubles neuro-végétatifs, angoisse, anxiété, obsession, nervosité

Alterner :

Cyprès 7, Serpolet 4, Bigarade 5, Mélisse 4.
Lavande 4, Marjolaine 5, Serpolet 4, Cyprès 7.

Troubles de la ménopause avec troubles circulatoires veineux, varices, jambes lourdes

Trois formules à utiliser en alternance :

Lavande 5, Cyprès 8, Serpolet 6.
Lavande 4, Origan 3, Citron 5.
Cyprès 7, Sauge 6, Camomille 4.

Troubles de la ménopause avec troubles circulatoires artériels

Alterner :

Sauge 6, Cyprès 6, Genièvre 8;
Genièvre 9, Angélique 9.

Allaitement

Lactation

Pour stimuler la lactation :
Carvi 6, Cumin 5, Anis Vert 7.

Pour stopper la lactation :

Sauge sclarée 11, Camphre 4, Menthe 4;
Laisser un temps de pause, puis utiliser la Sauge sclarée seule diluée à 50 %.

En règle générale, l’anis, le carvi, le fenouil, la verveine augmentent le volume des seins et favorisent la lactation …A l’inverse, le persil, la menthe, la sauge sont anti-laiteux.

Algies dans le syndrome pré-menstruel

 Il s’agit ici de pouvoir réduire le déséquilibre hormonal entre les différentes glandes endocrines, de régulariser les surrénales et de freiner l’action de l’hypophyse et de la thyroïde.

Utiliser les formules proposées pour le syndrome hyperfolliculinie, algie pelvienne, hémorragie utérine.

Frigidité. Hyposécrétion des ovaires 

Deux formules à utiliser en alternance :

Sauge sclarée 5, Serpolet 6, Sarriette 8.
Gingembre 7, Romarin 6, Menthe 4. 

Frigidité, Impuissance sexuelle

Pour les hommes :

Gingembre seul.
Sarriette, Pin, Romarin.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Coriandre, Cannelle, Ylang-Ylang.

Troubles de la ménopause avec règles trop abondantes 

Des huiles essentielles sont utilisées ici à action stimulante et œstrogène pour réguler l’action de l’hypophyse.

Alterner :

Sauge 6, Cyprès 9, Serpolet 4.
Angélique 5, Cajeput 4, Carvi 4, Coriandre 5.

 

 

Alterner deux thérapies anti-infectieuses :

Thym 3,  Origan 5,  Sarriette 3, Pin 8.
Cajeput 3,  Lavande 7, Estragon 4,  Pin 6.   

Ménager les temps de pause pendant lesquels on utilisera :

H.E. Géranium déterpéné    seul dilué à 50 %.
et H.E. Carotte déterpénée seule diluée à 50 %.

 

Vous aimerez aussi : Le Cyprès

     

 

Rôle thérapeutique des Huiles essentielles

Rappel des pouvoirs étonnants des essences :

Il faut dire que les essences possèdent de nombreuses propriétés. Par exemple, les essences de niaouli, santal, thym s’avèrent antiseptiques et cicatrisantes. De même qu’elles ont le pouvoir de purification de l’air ambiant, d’où leur utilisation en aérosols. Qu’il ne faut pas confondre avec l’utilisation d’aérosols en médecine allopathique.

Aussi il n’est pas étonnant d’apprendre que l’addition des bactéricides les plus réputés n’augmente pas le pouvoir antiseptique des dentifrices aux essences.

Rien n’a pu égaler l’efficacité des mélanges à base d’anis, de girofle, de camomille, de menthe et d’autres huiles essentielles. Alors, en face des produits chimiques nocifs à la santé ou inactifs contre les germes microbiens, on comprend que de plus en plus on utilise les essences.

ESSENCES ACTIVES

L’essence de niaouli (goménol) :

— Cette essence est utilisée en solutions huileuses de 5 / 10 %, pour les pansements des plaies, les brûlures ou les ulcères. On se sert aussi de l’eau goménolée à 2 % (1), préparée par agitation. A l’intérieur, on l’utilise en capsules sous forme d’huile goménolée à 50 % (1 gr par jour). Le goménol a, de tous temps, été utilisé en Nouvelle-calédonie : les indigènes mangent les feuilles, font des infusions, emploient l’essence pour la désinfection de l’eau.

L’essence de santal :

— Elle est considérée comme un spécifique de la désinfection des voies urinaires. D’autres essences sont de puissants désinfectants urinaires : genévrier, lavande, térébenthine…

L’essence de thym :

— Il s’agit d’un excellent antiseptique, sans doute grâce au thymol qu’elle contient. De très nombreux travaux – français et étrangers – ont beaucoup traité du pouvoir bactéricide de l’essence peroxydée (soit oxydée au plus haut degré) à 1,5 %. La solution aqueuse à 5 % tue le bacille typhique (fièvre typhoïde) et le bacille de shiga, agent de la dysenterie épidémique, en 2 minutes. Elle tue le colibacille en 2 à 8 minutes, le streptocoque et le bacille diphtérique en 4 minutes, le staphylocoque en 4 à 8 minutes, le bacille de Koch (tuberculose) en 30 à 60 minutes. L’essence de thym peroxydée à 0,10 %, en solution savonneuse diluée, détruit la flore microbienne de la bouche en 3 minutes.(Peroxydation des essences végétales)

L’essence de cannelle :

— De nombreux travaux ont démontré que cette essence tue le bacille typhique à la dilution de 1 pour 300.

L’essence de camomille allemande :

— L’azulène, l’un de ses constituants, possède des propriétés bactériostatiques insoupçonnées. L’azulène surtout est efficace à la concentration de 1 pour 2000 contre le staphylocoque doré, le streptocoque hémolytique (agent de la scarlatine et du rhumatisme articulaire aigu). Des plaies infectées ont été guéries par une concentration de 1 pour 85000 à 1 pour 170.000.

L’essence de citron :

— Cette essence possède des propriétés antiseptiques et bactéricides incomparables. Les travaux de M. et R. ont montré que les vapeurs d’essence de citron neutralisent le méningocoque en 15 minutes, le bacille typhique en moins d’une heure, le pneumocoque et 1 à 3 heures, le staphylocoque doré en 2 heures, le streptocoque hémolytique en 3 à 12 heures. En outre l’essence neutralise le bacille typhique et le staphylocoque en 5 minutes, le bacille diphtérique en 20 minutes. Quelques gouttes de citron dans les huîtres les débarrassent en 15 minutes de 92 % de leurs microbes.

Expérience réalisée :

— Les travaux du Professeur Griffon, ancien Directeur d’un Laboratoire de Toxicologie permirent de faire des découvertes très intéressantes. Il étudia l’activité antiseptique d’un mélange d’essences aromatiques pour la purification bactériologique de l’air. Il est mentionné dans son compte-rendu que le mélange d’essences (2) fut dispersé sous forme de brouillard à l’aide d’un appareil diffuseur. La vitalité des germes microbiens a pu ainsi être étudiée, existant en suspension dans l’air avant et après l’action d’un brouillard du mélange utilisé, les germes étant reçus – en se déposant spontanément – sur des boîtes de Petri (3) ouvertes.

Les résultats obtenus furent les suivants :

—  A 15 cm du sol (lieu où la pullulation microbienne est des plus importantes, beaucoup plus qu’à 60 cm, 1 m et plus), les boîtes Petri ouvertes depuis 24 heures dans une pièce non encore traitée par pulvérisation, montrèrent : 210 colonies de flore microbienne totale, dont 12 de moisissures et 8 de staphylocoque (déjà, en 15 minutes, les boîtes comportaient 62 colonies totales dont 8 de moisissures et 6 de staphylocoque).
—  Or, si l’on traite la pièce par une pulvérisation d’essences aromatiques, les boîtes ouvertes 15 minutes après la nébulisation ne montrent plus que 14 colonies de flore microbienne totale, dont 4 de moisissures et 0 de staphylocoque. Trente minutes plus tard, les chiffres sont respectivement de 4 – 0 et 0.

Pouvoirs des essences aromatiques :

— En somme, en 1/2 heure, les essences aromatiques ont détruit dans l’air ambiant toutes les moisissures et tous les staphylocoques et n’ont laissé que 4 colonies microbiennes sur 210 au début. Il a été mis en évidence que « la dispersion dans l’atmosphère du liquide étudié réalise une désinfection très nette de l’air se traduisant par une diminution considérable ou totale des germes microbiens préexistants ».

Rôle thérapeutique contre les maladies contagieuses :

— Certains spécialistes ont reconnu, tant dans des services de pédiatrie que dans des laboratoires de bactériologie, que le rôle thérapeutique était essentiel et qu’on pouvait l’assigner à cette préparation dans la prévention des maladies contagieuses de l’enfance (coqueluche, coryza épidémique, grippe), et des maladies aiguës ou chroniques des voies respiratoires de l’adulte (grippe, tuberculose, pneumonie). Certaines observations cliniques ont permis de faire la preuve que la désinfection, en cas de maladie, de l’air ambiant de la chambre ou de l’appartement où vit le malade, a une action thérapeutique préventive ». Comme également on a reconnu l’action bactéricide du mélange sur le staphylocoque doré, le streptocoque hémolytique et 14 autres germes microbiens.

Des germes microbiens à foison :

— Si on compte 5 germes microbiens au mètre cube dans la forêt de Fontainebleau, il y en a 20.000 dans un appartement parisien, neuf millions dans les différents Salons en vogue (par mètre cube), à peu près autant dans les grands magasins. Une table de travail ou un clavier d’ordinateur porte cinq millions de microbes au mètre carré, une moquette neuf millions.

Vaporisations et aérosols :

Il est à rappeler qu’un moyen très simple s’avère souvent le plus efficace. De la même manière qu’on utilise simplement les propriétés d’une petite lampe chauffante surmontée d’une coupelle. A l’intérieur, on verse journellement quelques gouttes d’essence naturelle de thym, de lavande, d’aiguilles de pin, d’eucalyptus ou de toutes autres sortes.

  1. La solution à 2 % (soit 2 gr d’essence pour un litre d’eau) semble, pour de nombreuses essences, l’état de grande division favorable).
  2. Ce mélange comporte les essences de pin, de thym, de menthe, de lavande, de romarin, de girofle, de cannelle.
  3. Les boîtes de Petri sont formées de 2 disques de verre, creux, pouvant s’emboîter l’un sur l’autre, comme une boîte ronde et son couvercle. Dans le disque inférieur formant la boîte proprement dite, on coule un bouillon de culture destiné à étudier les colonies microbiennes qui s’y développent.
    

Télécharger ce background pour votre blog, cliquer sur le lien, puis clic droit et enregistrer sous :

Formules d’Huiles essentielles pour soigner la nutrition

FORMULES D’HUILES ESSENTIELLES

 A faire préparer par votre pharmacien

Diabète

L’eucalyptus, l’oignon, le géranium  détiennent des vertus antidiabétiques qui auront l’occasion d’être souvent mises à profit.

Selon certaines publication, il est à noter que le nombre de personnes diabétiques ne cesse d’augmenter et d’anciens travaux américains se sont penchés sur ces chiffres importants.

L’emploi de ces essences dans le diabète doit devenir un réflexe, ainsi que l’utilisation de nombreux autres végétaux :

  • Les feuilles de noyer, de myrtille, de mûrier noir, d’olivier, l’aigremoine, la bardane, la renouée des oiseaux, le galega, la scrofulaire, etc…

Formule pour diabétique :

Eucalyptus 4, Géranium 7, Genièvre 4, thym 2; 

Céphalée d’origine digestive 

Verveine 6, Camomille 8.
Éosinophilie

A prendre en alternance :

Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3, 
Cannelle 4, Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7. 

Grippe

Thym 4, Origan 4, Sarriette 4, Cannelle 4, Myrte 4.

Hyperazotémie ou excès d’urée. Albumine

 Genièvre 10, Bouleau 4.

Lymphatisme (Voir Anémie)

Romarin 5, Thym 5, Camomille 5.

Anorexie Inappétence

Trois formules à utiliser en alternance :

Cumin 5, Carvi 5, Origan 5;
Citron 5, Camomille 5, Serpolet ou Thym ou Sarriette 5.
Basilic 5, Serpolet 4, Camomille 4.

Asthénie physique et intellectuelle.

Maladies nerveuses.

 Romarin 2, Thym 2, Sarriette 3, Origan 2, Marjolaine 3, Basilic 3.

Surcharge pondérale et cellulite

Voie interne

Basilic, Ocimum basilicum :

  • Trois gouttes d’huile essentielle sur un comprimé neutre, à absorber 3 fois par jour, en régularisation du système neurovégétatif.


Sauge, Salvia officinalis

  • Utile dans l’obésité et la cellulite.
    Absorber deux gouttes d’huile essentielle sur un comprimé neutre deux fois par jour entre les repas.


Voie externe :

Cèdre de l’atlas, Cedrus atlantica :

  • Drainant, diurétique, élimine les graisses.

Lemon grass, Cymbopogon citratus :

  • Anti inflammatoire, vasodilatateur, décongestionnant, lutte efficace contre la cellulite

Criste marine :

  • Elimine la cellulite et l’aspect peau d’orange grâce à son action contre la rétention hydro-lipidique.

Hyperfolliculinie

 Romarin 3, Bouleau 2, Cyprès 3, Lavande 3, Origan 2.

Gastrite

Nausée. Vomissement. Ulcère 

Deux formules à utiliser en alternance : 

Camomille 11, Bigarade 11.
Basilic 5, Bigarade 5, Géranium 5, Camomille 6;

Hoquet

Estragon seul en dilution à 20 %.

Infection intestinale avec diarrhée ou infection urinaire avec cystite

Maladies du sang

Prendre en alternance : 

Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3, Cannelle 4.

Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7

Spasmes 

Ulcère de l’estomac ou de l’intestin 

Camomille 7, Lavande 7, Bigarade 7 ou

Estragon 5, Camomille 5, Lavande 4, Origan 4, Marjolaine 4;

Voir : maladies du sang et de la nutrition    

Traitement visage, cou, formules Huiles essentielles

Visage et cou

Les Huiles essentielles s’utilisent en traitement du visage et du cou

 

Comédons

Citron 1,5,  Bouleau 1, Carotte 2.


Couperose

Huile de Millepertuis 125, Lavande 1,5,
Camomille 1,5.


Oreillons


Genièvre 6, Camomille 6.

Poches sous les yeux

Sauge 1,5, Romarin 1,5, Huile de carotte 125.

Rides, peau sèche

Deux formules à utiliser en alternance :

Géranium 1, Lavande 1, Bois de Rose 1.
Lavande 1, Sauge 1, Myrte 1.

Rides, peau grasse

Alterner :

Camphre seul 4.
Myrte 1, Sauge 1, Citron ou Bigarade 1.

Pour tonifier la peau du visage et du cou

Bois de Rose 1, Sauge 1, Myrte 1.

Pour revitaliser votre peau

Si vous avez la peau terne et fatiguée, utiliser l’huile de Niaouli. Cette huile essentielle donne de l’éclat au teint.

Posologie : 

Incorporer trois à quatre gouttes d’huile essentielle de niaouli à votre crème hydratante.
Chaque matin massez-vous le visage en insistant sur les joues et en lissant le front.
Terminer le massage en tapotant du bout des doigts le contour des yeux.

Pour donner plus d’efficacité à son antirides

Utiliser l’huile d’orange douce.

Cette huile est non seulement relaxante mais vous pouvez également l’appliquer en « crème de nuit » car elle régénère les tissus abîmés.

Posologie :

Ajouter 10 gouttes à votre crème habituelle.

 

 

La falsification des Huiles essentielles

C’est par leur enseignement que beaucoup de choses tombées dans l’oubli renaîtront

Indications utiles pour les particuliers et les professionnels

La falsification des essences les unes par les autres ne peut être démontrée facilement. Néanmoins, des méthodes d’analyse et d’investigation, la bio-électronique entre autres, permettent de découvrir ces fraudes.

L’enseignement aux Huiles essentielles. Connaître les Huiles essentielles est indispensable

Destiné aux professionnels

Avec les esters de synthèse, les chromatographies en phase gazeuse répétées signalent une variation anormale dans la constitution chimique d’une huile essentielle. Elles permettent d’enrichir les vérifications, de mieux connaître la composition des huiles essentielles et leur qualité en vue d’une commercialisation.

Destiné aux particuliers

Actuellement, certaines essences, comme mélisse ou serpolet – une variété de thym – ne seraient pas toutes issues de distillations mais pourraient être des reconstitutions olfactives synthétiques qui ne contiendraient pas une gramme de la plante quoique leur dénomination commerciale d’essence de mélisse ou essence de serpolet soit maintenue.
Les huiles essentielles du Codex (pharmacopée officielle française) sont moins naturelles parce qu’on les modifie pour les mettre en conformité avec certaines normes de densité, d’indice de réfraction, de pouvoir rotatoire ou de solubilité. Les huiles du Codex sont moins chères que les huiles essentielles pures.

Avis aux falsificateurs

Notre santé dépend avant tout du respect des lois de la nature, aussi bien dans notre alimentation et notre mode de vie que dans notre vie spirituelle. Il est inadmissible que tous ces produits, et surtout les huiles essentielles, ne soient pas d’une pureté irréprochable. La mauvaise qualité d’un seul produit ternit la réputation de toute une profession. Les distillateurs, revendeurs, négociants, courtiers honnêtes se doivent de respecter impérativement un rapport qualité/prix optimum, surtout pour les huiles essentielles qui interviennent directement dans presque toutes les circonstances de la vie, favorisant le fonctionnement harmonieux de l’organisme des consommateurs.

Nous apprenons à connaître les Huiles essentielles !

Les procédés indispensables et relativement sûrs qui permettent de discerner la pureté d’une huile essentielle sont toujours les vieilles méthodes empiriques à la portée de tous, usagers ou négociants : ce sont l’odorat, le goût et le regard sur la limpidité et la couleur. C’est pourquoi nous nous pencherons, nous les consommateurs, de plus en plus sur la connaissance des propriétés des huiles essentielles indispensable à leur identification.
Dans certains monastères ou abbayes, des pères cisterciens ont eu la sagesse et la perspicacité de chercher à connaître les plantes et leur mode d’action. Ce furent des pharmaciens et des botanistes et les recettes qu’ils ont laissées n’ont pas vieilli.

Attention aux huiles et produits de synthèse


Avis aux particuliers

Les parfumeurs, cosméticiens, savonniers, fabricants de produits d’entretien, revendeurs négociants recherchent des produits peu coûteux, d’une bonne présentation commerciale et d’odeur agréable. Ces qualités sont plus importantes, aux yeux de certains industriels, que l’obtention d’une parfaite qualité biologique. Un tel choix se fait au détriment de l’éthique du but poursuivi.

En effet, des produits en contact avec la peau ou les muqueuses finissent à la longue par pénétrer dans l’organisme, peuvent devenir irritants et être à l’origine de démangeaison, d’éruption, de coryza, de larmoiement, d’excitation ou de somnolence.

Précautions à prendre

Il est est donc très important :;

  • De vérifier que tous les produits cosmétiques,  de parfumerie ou de parapharmacie, que vous achetez en magasins spécialisés sont fabriqués sans produits synthétiques ou additifs chimiques de synthèse (colorants, émulsifiants, conservateurs) qui rehaussent l’arôme et la couleur ou confèrent une conservation de plus longue durée.
  • De vérifier aussi que les huiles essentielles, par elles-mêmes de véritables pharmacies naturelles, n’échappent pas à cette exigence. Elles doivent être pures et naturelles, qu’elles soient utilisées comme thérapeutique ou produits d’hygiène corporelle et d’entretien.
  • Mais également de savoir que certains modes de préparation altèrent les produits vendus. Ainsi, une huile essentielle peut être extraite à l’aide de solvants chimiques ou reconstituée à partir de formules de synthèse. La composition de chacune est bien définie.

Par exemple, l’essence de Gaultherie peut être élaborée presque exclusivement à partir de salicylate de méthyle, l’essence d’amande amère, formée par de l’aldéhyde benzoïque. Quant à l’essence de menthe poivrée, elle peut être mise en contact avec de l’iode sublimé. Les modes d’extraction, de distillation ou autres manipulations s’opèrent selon ces particularités. Les esters de synthèse sont des produits volatils qu’on trouve lors des distillations fractionnées, ils peuvent disparaître si on pratique une mauvaise méthode d’extraction. L’alcool adultère souvent les huiles essentielles très fluides de bergamote, de bigarade, d’orange, de citron, de cédrat, et les essences de Portugal, de petit grain, de néroli amer ou doux ou de térébenthine.

La vigilance s’impose

On peut se trouver dans un magasin pour choisir une huile essentielle. Toutefois, il est utile de savoir qu’une huile essentielle rare et chère peut être coupée et reconstituée à partir d’huile essentielle moins chère. Autrement dit, elle peut être fraudée par substitution d’une huile essentielle par une autre (essence de cédrat, de bergamote, de citron, de Portugal, de bigarade ou de térébenthine). L’essence de girofle peut être mélangée à de l’essence de cubède; on peut frauder la térébenthine avec de l’eau, une saponification et de l’essence de copayer; et l’huile de pyrole, onéreuse, peut être mélangée à de l’essence de sassafras qui est bien moins chère.

Sources : familiales Y. Reiter naturopathe

L’énergétisation des Huiles essentielles

Explications techniques sur les Huiles essentielles

 

Qu’est-ce que l’énergétisation ?

Synergie ou association signifie action simultanée de plusieurs Huiles essentielles ou des composants biochimiques de chacune, en vue d’un même résultat thérapeutique

En aromathérapie, une synergie d’Huiles essentielles consiste à associer différentes huiles essentielles et/ou végétales.

Ces huiles peuvent avoir des propriétés différentes, permettant d’obtenir un mélange polyvalent efficace à différents niveaux, ou d’avoir les mêmes propriétés mais avec des molécules différentes, permettant de maximiser l’effet thérapeutique.

Une synergie regroupant plusieurs plantes se montre donc particulièrement efficace.

Huiles essentielles calmantes et équilibrantes

Tous les arômes énergétisent donc l’ensemble du système directeur neuro-végétatif et endocrinien, et les humeurs baignant les organes. Mais il y a des dominantes qui favorisent tantôt le calme (essences éthériques), tantôt l’activité (essences camphrées et terpéniques) ou tantôt mixtes, c’est-à-dire équilibrantes (essences grasses riches en esters).

Leur zone de recherche privilégiée sera plus ou moins vaste : d’autant plus haute, sus-diaphragmatique, qu’ils seront légers et volatils, et d’autant plus basse, sous-diaphragmatique, et plus superficielle, cutanéo-muqueuse et vasculo-séreuse, qu’ils seront lourds.

Les Huiles essentielles possèdent des pouvoirs surnaturels

Elles détiennent le pouvoir des médicaments, des dominantes énergisantes et elles représentent une prévention à l’apparition des maladies.

Elles sont également une aide de l’auto-guérison et soignent le système nerveux et les glandes endocrines.

Un médicament à l’opposé des médications

Les Huiles Essentielles sont des complexes naturels de composés volatils et odorants synthétisés grâce à l’énergie solaire par les cellules sécrétrices des plantes aromatiques et conservés dans les poches à essences des feuilles et des pétales en particulier.

Elles sont à l’opposé des médicaments. Elles agissent comme les légumes et les fruits non dénaturés, c’est-à-dire par un puissant apport bio-énergétique rechargeant et ré-équilibrant. Mais leur action est bien supérieure à ces derniers.

D’excellents nutriments vitaux

Elles n’ont pas d’action véritablement spécifique et encore moins anti-symptomatique, mais seulement plus particulière sur certaines zones ; et encore cela est très relatif. Ainsi, toutes les essences aident l’organisme à se désintoxiquer, à se revitaliser et à se désinfecter. Et, de ce fait, elles l’aident à s’auto-guérir en général, de toutes les maladies aiguës ou chroniques, dans la mesure où il n’y a pas de lésions irréversibles. Elles précipitent ou conservent le milieu humoral dans les coordonnées bio-électroniques de la bonne santé.

L’hygiène vitale

Fausses croyances

Les conceptions habituelles de guérison, de médicament, de remède et de thérapeutique, ne sont pas applicables aux huiles essentielles. D’autant qu’elles sont erronées, car échafaudées sur des bases fausses et ne servent qu’à entretenir la confusion et l’erreur dans les esprits. Le pouvoir de guérison est en nous, pas à l’extérieur.

Un produit même naturel, et à plus forte raison synthétique, n’a pas de « pouvoir de guérison » en lui-même, cette croyance est erronée. C’est l’organisme lui-même qui s’auto-guérit et qu’il convient seulement d’aider.

Consensus avec les lois biologiques de la vie

Un médicament ne guérit pas au sens réel du mot, c’est-à-dire « restaurer la santé », redonner la vitalité« . Tout au plus fait-il disparaître le symptôme en oubliant de façon parfois dramatique, les causes réelles (même dans le cas d’un produit naturel, s’il est employé dans cet esprit allopathique). Le véritable rétablissement de la santé ne se conçoit que dans le respect absolu des lois biologiques.

L’organisme agit en fonction de son terrain

Il faut donc pour cela modifier notre mode de vie et aider l’organisme en utilisant différentes techniques et produits, de préférence naturels et non-lésants ni dangereux (ce qui n’empêche pas l’efficacité, bien au contraire). C’est bien l’organisme lui-même qui alors dans ces conditions favorables retrouvées, fait son auto-guérison. Il est une erreur fondamentale de faire croire que c’est le produit ou procédé qui a eu le « pouvoir miraculeux » de « guérir ». Alors même que l’on est incapable, en particulier pour la chimiothérapie, d’en connaître son mode d’action exact sur l’organisme et ses conséquences à terme pour l’individu et l’avenir génétique de l’espèce !

Recharge bio-énergétique neuro-endocrinienne

Il y a des zones de recherches préférentielles par Huile Essentielle. Cela dépend de la nature et du pourcentage de leurs constituants majeurs. Leur synthèse naturelle dépend surtout de l’espèce botanique et du terroir, mais aussi de l’altitude et de la latitude, donc du rayonnement solaire. La race chimique qu’il faut préciser est donc importante.

Véritable « lumière intégrée », les Huiles Essentielles émettent des radiations électro-magnétiques, de longueurs d’ondes multiples, qui permettent de combler les carences vibratoires de certains organes déficients.

50 à 250 éléments par Huile essentielle

Elles effectuent une intense recharge électronique et biotonique du système nerveux sympathique par ses terminaisons epdonasales, linguales ou cutanées (éléments biochimiques : terpènes non oxygénés et terpénoïdes oxygénés). Simultanément, par leur concentration naturellement élevée en phythormones ou pseudo-hormones de conservation facile ou prolongée, elles sont des catalyseurs des fonctions vitales agissant directement sur les glandes endocrines. Ainsi ne compte-t-on pas moins de 50 à 250 éléments par Huile Essentielle, chacun émettant une vibration compensatrice, véritable rayonnement solaire condensé.

Sources : familiales

Autres synergies, Huiles essentielles

Différents groupes de synergie :

Utilisation indicative des synergies
Détente nerveuse
Elimination hépatique
Activation glandulaire
Lutte infectieuse
Elimination rénale
Activité
Respiration

 

AUTRES SYNERGIES :

 
2 groupes de synergies QUELQUES AUTRES
SYNERGIES
Recharge bio-énergétique plus spécialement favorable aux  :
Spéciale à chaque synergie ou huile essentielle Commune à toutes les synergies
 
Pour usage
Relativement
économique
Citron zestes
Géranium rosat
Hélichryse italienne
 
Fumeurs désirant
Cesser de fumer ou
Personnes vivant
Dans un local enfumé
Ou pollué,
Intoxiqués divers
 
Infections diverses
Lavande off. Sauvage
lavandins
 
Toutes personnes
Tous âges
Romarin à bornéol
Sauge off.
Géranium rosat
Lavandes
 
Toutes personnes
Ayant des problèmes
de peau
(appréciée
en onction)
Aux
H.E. à prix
De revient
Plus élevé
Sarriette des montagnes
Armoise blanche
Hélichryse italienne

 

 

 

 
Parasites
Intestinaux
Pannes sexuelles
 

 

 

 

Image parGerd Altmann de Pixabay

Maladies nerveuses, traitement aux Huiles essentielles

Huiles essentielles apéritives

La camomille, l’ail, l’oignon, la cannelle

Rééquilibrant du système nerveux

Cyprès seul 18

Sénescence

Sauge sclarée 3, Romarin 3, Sarriette 3, Marjolaine 5,
Basilic 4.

Somnolence, Endormissement. Pré-comaComa hépatique

Menthe 4, Romarin 15.

Stimulant du système nerveux central et neuro-végétatif

Lavande 10, Thym 9.

Tendinite. Déchirure musculaire

Romarin 12, Camomille 7
ou Romarin 9, Lavande 10.

Utiliser également :

Thym 6, Menthe 2, Genièvre 6, Cajeput 5.

Cas d’observation

Un cas rapporté dans les archives d’hygiène naturiste.

Pour information, la retranscription de cette observation est utile pour connaître l’avis des médecins au sujet de ces deux thérapeutiques bien souvent méconnues. Selon eux, elles gardaient une valeur hautement démonstrative.

Madame P …,

Habitant la Dordogne, fait un état dépressif alarmant , en mars, au départ de son petit-fils comme militaire. En quelques semaines, cette personne, jusque là enjouée et vaillante, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle ne se souvient plus de rien et perd bientôt la raison : croyant sortir de chez elle, elle s’engouffre dans un placard et y demeure ; lorsqu’elle dessert la table, elle porte la vaisselle dans la salle de bains …

Comme il s’agit d’une bonne mère, son gendre veut tenter le maximum à son endroit. Alors, la naturopathie traita ses symptômes avec phyto et aromathérapie, phosphore, oligo-éléments. A Paris, une clinique lui appliqua une thérapie cellulaire. Cette femme a reçu : placenta, foie, rate, trigone, hypothalamus antérieur, hypophyse.
Deux mois plus tard – au mois de mai – Mme P. ..  » a rajeuni de 10 ans ». Son activité, tant physique qu’intellectuelle, est intégralement récupérée.

De surcroît, les résultats se maintiennent pendant deux ans et demi, jusqu’à ce jour de décembre où Mme P …., revenant à pieds dans sa maison de Véssac, en empruntant un raccourci, tombe dans une mare glacée. Le choc physique consécutif, la peur horrible de mourir noyée lui sont grandement préjudiciables. Un agriculteur entend ses cris et vient « in extremis » la sortir de son bain.

Le soir même, un tableau comparable à celui de mars s’instaure dans toute son ampleur.

En tout état de cause, les hygiénistes conseillent donc alors à son gendre de ramener cette dame à Paris pour une nouvelle thérapeutique cellulaire appliquée au mois de décembre, un peu avant Noël. Le traitement est complété par des plantes et des essences, de la vitamine C, naturelle sous forme de sirop d’argousier.

Au terme de quoi, un mois et demi plus tard, Mme P. … a recouvré une santé remarquable et au mois de novembre soit huit années plus tard, tout va toujours très bien à 81 ans. Mme P. … se contente, de temps à autre, d’absorber quelques tisanes, selon les prescriptions ou de sa propre initiative, car elle est de ces personnes qui connaissent bien les vertus de nombreuses plantes.

Le Docteur R.B.H. qui la suivait devait certainement penser pour ce cas, ce que les hygiénistes déduisaient d’ailleurs eux-mêmes, à savoir que la thérapie cellulaire a été – bien plus que les plantes – par deux fois l’élément thérapeutique déterminant dans le retour à la santé de cette malade.

 

 
 
 
 
 

Image parmohamed Hassan de Pixabay

 

 

Lexique des propriétés des huiles essentielles : Lettre V à Z

(Les mots en italique attirent l’attention sur les indications apparaissant les plus importantes)

Lexiques : A/GN/TH/MV/Z

 

PRINCIPALES INDICATIONS DES ESSENCES ÉTUDIÉES

V/Z

 

 

Verveine

famille des verbénacées

 
digestions difficiles
entérite, colite
dérèglement du système sympathique et ses nombreuses conséquences (palpitations, spasmes, vertiges …)
insuffisance lactée
Action dans les maladies gastro-intestinales, les gastralgies, les dyspepsies avec aérophagie, les dystonies neuro-végétatives des maladies neurologiques et endocriniennes.
 
en usage externe : pédiculose

 

Ylang-ylang

famille des anonacées

hypertension
tachycardie (accélération du rythme cardiaque)
infections intestinales
sécrétions purulentes
impuissance, frigidité.
Antispasmodique.
Diminue l’amplitude cardiaque et respiratoire.
Traitement de l’arythmie, de l’éréthisme cardiaque et des palpitations.
Convient dans l’hypertension.
Nervin.
Action contre l’impuissance et la frigidité.
 
 


 
 
 
 

Us – le bon usage des plantes

Les Huiles essentielles, une science

A ce jour, les Huiles Essentielles sont un système de médications reconnu par tous ainsi que par le monde médical.

La phyto-aromathérapie est science des plantes médicinales, les incluant à des fins médicales. Ce néologisme fut créé par le docteur Jean Valnet. Elles soignent au même titre que l’allopathie mais d’une manière moins agressive.

Selon les phyto-aromathérapeutes, cette médecine est la meilleure et ne périra pas.

Beaucoup de choses renaîtront

LA FONTAINE Fable 13

Les Médecins

Le médecin Tant-pis allait voir un malade
Que visitait aussi son confrère Tant-mieux.
Ce dernier espérait, quoique son camarade
Soutînt que le gisant irait voir ses aïeux.
Tous deux s’étant trouvés différents pour la cure,
Leur malade paya le tribut à nature,
Après qu’en ses conseils Tant-pis eut été cru.
Ils triomphaient encor sur cette maladie.
L’un disait : »Il est mort ; je l’avais bien prévu.
– S’il m’eût cru, disait l’autre, il serait plein de vie. »

Origine incertaine, sauf le mot de la fin qui semble inspiré de Haudent : D’un médecin et des Hommes portant un corps mort, II,25.

     

L’utilisation des huiles essentielles

Elle remonte à des temps très anciens. Les plantes, les essences aromatiques, les esprits, les parfums font perpétuellement parler d’eux à travers les âges. Vingt-cinq siècles avant notre ère, la médecine par les plantes existait en Chine. Un empereur chinois, Kiwang II, écrivit le premier ouvrage sur l’art de cultiver, de cueillir, d’utiliser les plantes aromatiques. Il mentionnait l’emploi du grenadier, de l’opium et de la rhubarbe. Dans l’Antiquité, les égyptiens, les grecs, les romains connaissaient mieux les huiles essentielles que nous. Ils les étudièrent pour se soigner. Leur choix de telle ou telle plante était basé sur l’observation et l’expérience. On dit que les Dieux de l’Olympe recouraient aux parfums pour guérir. Hippocrate sauva Athènes des épidémies de peste grâce à l’utilisation de plantes aromatiques.

La préparation

Les égyptiens préparaient une huile essentielle de conifère en comprimant du bois de cèdre chauffé dans un vaisseau d’argile. Les romains cultivaient les plantes aromatiques dont ils avaient découvert l’efficacité. Chaque villa avait son jardin de plantes aromatiques. L’embaumement fut pratiqué d’abord en orient, puis en Extrême-Orient, avec des préparations balsamiques, des gommes, des résines, des sucs naturels.

La momification

Les pharaons momifiaient les corps avec des aromates afin d’acquérir l’immortalité des tissus et l’éternité de l’âme. D’après les documents portant sur la passion et la Résurrection du Christ, deux notables juifs, Nicodème et Joseph d’Arimathie, opérèrent hâtivement l’embaumement du Christ avec un mélange de myrrhe et d’aloès. Dans les temples de Jérusalem, on brûlait de la myrrhe et de l’encens.

Au moyen âge

les huiles essentielles avaient une valeur comparable à celle des métaux précieux. Les arabes se mirent à distiller les herbes aromatiques et en firent progresser les techniques d’extraction et de distillation. Ainsi, dès le XIIIème siècle, on utilisa les essences de romarin et de lavande. Les Croisés introduisirent en Europe la technique de l’Aromathérapie qui connut son plein développement au cours des siècles suivants. Amyot, médecin du seizième siècle, annonçait, en parlant des pèlerins :

Le secret des plantes

En 1630, Paracelse et son disciple Lefébure parvinrent à comprendre une grande partie du secret des plantes. Leurs travaux restent en garantie de la valeur de leur enseignement. Ils amenèrent à un haut degré de qualité des préparations de liqueurs de plantes d’où ils tiraient « le premier être de la plante », le purifiant au suprême degré en l’exposant au soleil pendant quarante jours.

Leurs procédés de distillation comportaient trois niveaux de séparation

1 – les fèces de la liqueur de l’herbe ;
2 – Le Premier Être » de la plante qui était généralement vert et transparent comme l’émeraude, ou clair et rouge comme le grenat oriental ;
3 – l’eau saline empreinte de soufre impur.

Les formules

C’est ainsi que s’élaboraient des formules des recettes originales et éternelles. Du jalap on extrayait l’huile essentielle d’anis. On distillait la laitue et l’oseille pour réduire les obstructions du foie et de la rate. On passait ensuite à la distillation du chardon béni et du cresson en les faisant fermenter avec de la levure de bière. Les baies de genièvre étaient concassées, mises dans une vessie de cuivre, recouvertes d’eau contenant de la levure de bière pour provoquer la fermentation.

Techniques et prescriptions

Elles s’affinaient. L’extrait de coloquinte, qui chassait les sérosités et les humeurs froides nécessitait, entre autres opérations, deux ou trois digestions dans du vinaigre distillé et du sel de tartre. Extrait d’écorces de citrons et d’oranges, un élixir cordial supprimait les syncopes. Le distillateur découpait les écorces, les mettait dans un vaisseau de rencontre avec un peu de sucre, d’ambre gris et du musc du levant. Il arrosait avec de l’esprit obtenu en distillant des écorces passées dans du vin blanc. A l’issue d’une digestion de trois jours en bain de vapeur, on obtenait enfin l’élixir.

Les Maîtres-distillateurs

Ces travaux demandaient de la science, de l’expérience, de l’attention et de la vigilance de la part de l’opérateur qui devait connaître parfaitement ses appareils et les plantes avec lesquelles il œuvrait. Au fil des générations, ces Maîtres-Distillateurs transmettaient les détails secrets de leur méthode et de leur technique. Passionnante est l’histoire des huiles essentielles dans les temps d’avant ….son apprentissage, comme celle de la biologie afin de connaître notre histoire propre, restera éternelle.

Les distillations

Ultérieurement, d’autres médecins et biologistes mirent au point les distillations à la vapeur d’eau qui entraînent les principes odoriférants contenus dans les plantes aromatiques, leurs semences, leurs feuilles ou leurs racines. La distillation naturelle s’opérait avec l’aide du froid qui condensait, puis du soleil qui volatilisait l’humidité en la faisant retomber en rosée. Sept à huit distillations successives, et même plus, étaient pratiquées pour extraire l’esprit détenteur de la vertu du mixte. On puisait l’esprit ardent de la plante et de l’huile éthérée dite « Thériaque des Allemands ».

« Ils portaient des huyles et des senteurs dedans des phyoles, bonnes senteurs, senteurs de bonheur ».

La mode est au naturel

En rapport avec cet article : Interactions

RETOUR ACCUEIL

Thérapeutique aromatique, Di/Ky, formulaire 2

FORMULAIRE 2

 
 
DIURETIQUES   cyprès, genévrier, oignon, romarin, sauge, térébenthine
DOULEURS GASTRIQUES ((Voir gastralgies)  
DOULEURS INTESTINALES (Voir spasmes intestinaux’)  
DOULEURS LOMBAIRES camomille (douleurs de la grippe), géranium  
DOULEURS DE L’OREILLE   ail, cajeput
DOULEURS MUSCULAIRES (voir rhumatismes musculaires)  
DOULEURS RHUMATISMALES (voir névralgies rhumatismales)  
DURILLON   ail
DYSENTERIES   ail, cajeput, citron, niaouli, thymol
DYSHIDROSE   Pin
DYSMENORRHEES Voir règles douloureuses  
DYSPEPSIES   ail, anis, basilic, bergamotier, camomille, cannelle, citron, coriandre, estragon, fenouil, genévrier, gingembre, girofle, hysope, lavande, menthe, noix de muscade, oignon, sarriette, sauge, thym, verveine
DYSPEPSIES ATONIQUES   ail, bergamotier, cannelle, fenouil, gingembre, hysope, lavande, menthe, noix de muscade, oignon, origans, romarin, sauge, thym, verveine des Indes
DYSPEPSIES NERVEUSES   anis, carvi, coriandre, estragon, girofle, oranger amer, sarriette
DYSPNEE   hysope
DYSTONIES NEURO-VEGETATIVES   estragon, origans, romarin, verveine des Indes
EBLOUISSEMENTS DIGESTIFS   anis
ECCHYMOSES   fenouil, hysope
ECORCHURES Voir plaies  
ECZEMA   camomille, hysope, sauge
ECZEMA SUINTANT   genevrier
ECZEMA SEC   géranium, lavande
EMBARRAS GASTRIQUE   menthe
EMBONPOINT (voir obésité)  
EMMENAGOGUES   romarin, sauge, thym
EMPHYSEME PULMONAIRE   ail, thym
EMPOISONNEMENT PAR LE PHOSPHORE t térébenthine
ENERVEMENT (voir irritabilité)  
ENFANTS (voir maladies infantiles)  
ENGELURES   citron, oignon
ENGORGEMENT DU FOIE ET DE LA RATE (voir congestion hépatique et congestion de la rate)  
ENGORGEMENT DES SEINS (voir seins)  
ENROUEMENT (voir aphonie)  
ENTERITE (voir intestins)  
ENTERORRAGIES (voir hémorragies intestinales)  
ENURESIE   cyprès
EPIDEMIES (prévention des)   ail, citron, eucalyptus, genévrier, niaouli
EPILEPSIE   basilic, cajeput, romarin, essence de térébenthine, thym
EPISTAXIS   citron, essence de térébenthine
ERETHISME GENITAL   marjolaine
ERETHISME CARDIO-VASCULAIRE   anis, carvi
ERUPTIONS   citron
ESSOUFLEMENT (voir dyspnée et asthme)  
ESTOMAC (acidité) (voir gastrite)  
ESTOMAC (atonie) (voir atonie gastrique)  
ETATS FIEVREUX (voir fiévreux)  
ETOURDISSEMENTS (voir vertiges)  
EXTINCTION DE VOIX (voir aphonie)  
FAIBLESSE GENERALE (voir asthénie)  
FAIBLESSE DES MEMBRES romarin  
FATIGUE CARDIAQUE   ail, anis vert, bornéol
FATIGUE GENERALE (voir asthénie)  
FERMENTATIONS   cannelle, carvi, estragon, genévrier, girofle, oignon, sarriette, thym
FETIDITE DE L’HALEINE (voir haleine fétide)  
FIEVRE AUTOMNALE   genévrier
FIEVRES INTERMITTENTES ET DES GENS NERVEUX   camomille, sauge
FIEVRES ERUPTIVES   eucalyptus, hysope, lavande
FIEVRE PUERPERALE   essence de térébenthine
FIEVRE TYPHOÏDE   ail, cannelle, citron, lavande, thym, thymol
FIEVREUX (états)   citron, eucalyptus
FISTULES (annales)   lavande, niaouli
FLATULENCES (voir météorisme)  
FOIE (voir hépatisme)  
FOURMIS (pour les éloigner)   citron
FRAGILITE CAPILLAIRE   citron
FRIGIDITE (voir impuissance)  
FURONCULOSE   camomille, citron, oignon, thym
GALE   ail, cannelle, carvi, citron, girofle, lavande, menthe, moutarde, romarin, essence de térébenthine, thym
GALE DU CHIEN   carvi, genévrier
GANGRENE PULMONAIRE   ail, eucalyptus
GASTRALGIES   cannelle, estragon, fenouil, géranium, hysope, menthe, pin, romarin, sarriette
GASTRITE   citron
GASTRO-ENTERITE   géranium
GENCIVES (entretien pour les fortifier) citron, fenouil  
GERCURES   citron, oignon
 GINGIVITE   citron, sauge
GLANDES ENDOCRINES (voir déséquilibres glandulaires)  
GLOSSITE   citron, géranium, sauge
GOITRE EXOPHTALMIQUE   ail, oignon
GONORRHEE CHRONIQUE   sassafras
GOUTTE   ail, basilic, cajeput, camomille, citron, fenouil, genévrier, pin, romarin, sassafras, essence de térébenthine, thym
GRIPPE   ail (prophylaxie), bornéol, camomille, cannelle de Ceylan (asthénie grippale), citron, cyprès, eucalyptus, fenouil (prophylaxie), hysope, lavande, menthe, niaouli, oignon, pin, romarin, sauge, thym
GUÊPES (voir piqûres d’insectes)  
HABITATIONS (voir désinfection des)  
HALEINE FETIDE des dyspeptiques   menthe, noix de muscade
HEMATURIES   citron
HEMOPHYLIE   citron, essence de térébenthine
HEMOPTYSIE   cannelle, citron, cyprès, genièvre, géranium, térébenthine, terpine
HEMORRAGIE GASTRIQUE   citron
HEMORRAGIES INTESTINALES    citron, térébenthine
HEMORRAGIES NASALES (voir épistaxis)  
HEMORRAGIES PULMONAIRES (voir hémoptysies)  
HEMORRAGIES URINAIRES (voir hématuries)  
HEMORRAGIES UTERINES   cannelle, cyprès, genièvre, géranium, essence de térébenthine, terpine
HEMORROÏDES   ail, chenopode blanc, cyprès, oignonc, cyprès, oignon
HEPATISME   citron, menthe, romarin, sauge
HERPES DES MUQUEUSES   citron
HOQUET   estragon
HYDROPISIE   ail, genévrier, oignon, essence de térébenthine
HYPERACIDITE GASTRIQUE (voir gastrite)  
HYPERCHOLESTEROLEMIE (voir cholestérol)  
HYPERCOAGULABILITE SANGUINE   ail, citron
HYPERCOAGULABILITE SANGUINE   ail, citron
HYPERHIDROSE PLANTAIRE   pin
HYPERTENSION ARTERIELLE   ail, citron, lavande, marjolaine, ylang-ylang
HYPERVISCOSITE SANGUINE   citron
HYPOTENSION   hysope, romarin, sauge, thym
HYSTERIE   cajeput, lavande, romarin
ICTERE   citron, géranium, romarin
IMPETIGO (voir dermatoses)  
IMPUISSANCE   anis (?), cannelle (voir essence d’Italie), genévrier, gingembre, girofle, menthe, oignon, pin, romarin, santal, sarriette, thym, ylang-ylang
INAPPETENCE   ail, bergamotier, camomille, carvi, citron, coriandre, estragon, fenouil, genévrier, gingembre, hysope, noix de muscade, origans, sauge
INCONTINENCE D’URINES   thuya
INDIGESTION   carvi, lavande, menthe
INFECTIONS DIVERSES   ail, bornéol, citron, oignon, pin
INFECTIONS GENITO-URINAIRES   genévrier, lavande, niaouli, oignon, térébenthine, thym
INFECTIONS INTESTINALES (voir intestins)  
INFECTIONS PUERPERALES   niaouli, essence de térébenthine
INFECTIONS PULMONAIRES (voir affections pulmonaires et bronchites, asthme…)  
INFECTIONS URINAIRES   cajeput, citron, eucalyptus, fenouil, genévrier, géranium, lavande, niaouli, oignon, pin, santal, sauge, essence de térébenthine, thym
INSECTES (pour les éloigner)   voir fourmis, mites, moustiques. (voir aussi piqûres d’insectes)
INSOMNIES   basilic, camomille, lavande, marjolaine, oranger amer, thym
INSTABILITE PSYCHIQUE   marjolaine
INSUFFISANCE HEPATIQUE (voir hépatisme)  
INSUFFISANCE LACTEE (voir allaitement)  
INSUFFISANCE PANCREATIQUE   citron
INSUFFISANCE RESPIRATOIRE   ail, anis vert, cannelle
INSUFFISANCE DES URINES (voir oliguries)  
INTESTINS (infections, entérites, colites) ail, basilic, bergamotier, cajeput, camomille, cannelle, géranium, hysope, lavande, niaouli, romarin, essence de térébenthine, thym, verveine des Indes, ylang-ylang
INTOXICATIONS D’ORIGINE GASTRO-INTESTINALE   menthe (voir intestins)
IRRITABILITE   camomille, cyprès, lavande
JAUNISSE (voir ictère)  
KYSTES   ail, fenouil