Archives par mot-clé : Genévrier

Genévrier, baies, sirops, formules de vins, liniments, l’essence de genièvre

Petit arbuste au bois dur se rencontrant dans le Centre et le Midi de l’Europe, en Suède, Canada
Connu depuis l’Antiquité pour ses services antiseptiques et diurétiques (Caton l’Ancien). On utilise des baies, le bois, les feuilles, et son essence, obtenue par distillation des baies à la vapeur (genièvre).

 

 

SYNONYMES :

Genièvre, pétron

Génévrier

Communis. Conifère
Juniperus

 

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

Junipérine et huile essentielle contenant bornéol et isobornéol, cadinène, pinène, camphène, terpinéaol, alcool terpénique – camphre de genièvre, albumine, sucre (73 %).

PROPRIÉTÉS :

Usage interne :

–         tonique des fonctions viscérales, du système nerveux, des voies digestives, et excitant général des sécrétions (baies)
–         antiseptique pulmonaire, digestif, urinaire et sanguin
–         stomachique
–         dépuratif
–         diurétique uricolytique – sudorifique (bois)
–         antirhumatismal : favorise l’excrétion de l’acide urique et des toxines
–         antidiabétique
–         emménagogue
–         soporifique

Usage externe :

–         parasiticide
–         dépuratif
–         antiseptique
–         cicatrisant

INDICATIONS :

Usage interne :

–         lassitude générale ou organique (digestions lentes)
–         prophylaxie des maladies contagieuses
–         affections des voies urinaires (reins, vessie) : blennorragie, cystite (s’en abstenir en cas d’inflammation aiguë des reins)
–         albuminurie
–         oligurie
–         hydropisie, cirrhose
–         fermentations intestinales
–         lithiase urinaire
–         artériosclérose
–         goutte
–         rhumatismes, arthritisme
–         diabète
–         menstruations douloureuses, leucorrhées

Usage externe :

–         séquelles de paralysies
–         eczéma suintant, acné
–         plaies, plaies atones, ulcères
–         dermatoses, névralgies dentaires (huile de cade)
–         gale du chien (usage vétérinaire)
–         désinfection des habitations

MODE D’EMPLOI :

Usage interne :

BAIES

1 – en infusion : 20 à 30 gr par litre d’eau, ou une cuillerée à café par tasse. Infuser 10 Minutes, 3 tasses par jour (diurétique et stomachique). Entrent dans la composition de certains vins.

2 – Elles ont des propriétés antidiabétiques aux doses suivantes : en moudre chaque jour une dizaine et les absorber avec de l’eau pendant 15 jours, un mois.

–   teinture-mère de baies : 15 gouttes dans une infusion, après les repas
–    extrait aqueux : 1 à 5 gr par jour, en potion, pilules
–    essence : de 0,10 à 0,20 gr par jour, en solution alcoolique.

– sirop antiarthritique :

extrait mou de baies de genièvre           aa   10 gr
extrait fluide de prêle
sirop des 5 racines                               qsp   400 gr

2 à 5 cuillerées à soupe par jour

– vin de genièvre :

baies concassées                                   30 gr
rameaux coupés                                    15 gr
vin blanc                                                1 litre

Laisser macérer 4 jours. Passer et ajouter 30 gr de sucre. De un verre à liqueur à un verre ordinaire par jour (tonique, apéritif, diurétique, antilithiasique, indiqué dans les  fièvres d’automne). L’action tonique est renforcée si on ajoute une pincée de petite absinthe et 15 gr de racine de raifort sauvage.

– autre formule de vin de genièvre :

baies concassées                        aa    7,5 gr
rameaux coupés                                 15    gr
vin blanc                                             1  litre

Laisser macérer 4 jours. Passer et ajouter 30 gr de sucre. De un verre à liqueur à un verre ordinaire par jour (tonique, apéritif, diurétique, antilithiasique, indiqué dans les fièvres d’automne). L’action tonique est renforcée si on ajoute une pincée de petite absinthe et 15 gr de racine de raifort sauvage.

– autre formule de vin de genièvre :

baies concassées                                  aa  7,5 gr
graines de moutarde blanche
Vin blanc                                              2 litres

Laisser macérer 5 jours. Filtrer. ½ verre 2 fois par jour (tonique, apéritif, stomachique)

– vin diurétique

digitale                                       5 gr
scille                                         15 gr
baies de genièvre                    25 gr
acétate de potasse                  50 gr
alcool                                     100 gr
vin blanc                                900 gr

(20 gr contiennent 0,10 gr de digitale)

Usage externe :

–   bois de genièvre : 50 gr par litre d’eau, en décoction.

Pour lavages des plaies torpides, des ulcères anciens dont elle favorise la cicatrisation.

– liniment excitant contre les paralysies :

essence de genièvre                               2 gr
menthol                                                  1 gr
essence de térébenthine                      20 gr
alcool à 90 °                                        120 gr

– bains de genièvre (rhumatismes, arthrite) : résultats parfois spectaculaires – ou en ablutions.

–   Voir à romarin : formule de bain aphrodisiaque.

–   Les baies grillées forment un excellent désinfectant des habitations.

N.B.

  1. –  L’essence de genièvre dissout facilement l’iode qui perd ses réactions habituelles (ne colore pas l’amidon en bleu, ne colore pas la peau en jaune). L’essence de genièvre iodée, absorbée, libère rapidement l’iode que l’on retrouve dans les urines, le mucus nasal. Ceci constitue une preuve supplémentaire du cheminement rapide des essences dans l’organisme.
  2. – Il est évidemment recommandé de manger les baies utilisées en cuisine (choucroute).
  3. – La distillation donne l’alcool de genièvre.
  4. – Les jeunes pousses, séchées sur une claie, coupées en petits morceaux et conservées dans une boite fermée, constituent un excellent thé.
  5.  – L’huile de cade est extraite du tronc des vieux genévriers. Elle est utilisée contre les dermatoses et les névralgies dentaires : un petit tampon d’ouate imbibé introduit dans l’orifice de la dent.
  6.  – C’est du genévrier qu’on extrait l’huile de Haarlem, de composition restée secrète (avec addition de baies de laurier et de bois de pin ?).
  7.  – L’essence de genièvre donne aux urines une odeur de violette.

SPÉCIALITÉ :

Juniperus TM Lehning – Bains d’algues et d’essences.