Archives par mot-clé : maladies nerveuses

Maladies nerveuses et mentales

 

FORMULES POUR SYMPTÔMES :

Migraine :

Cyprès 6, Origan 5, Romarin 4, Genièvre 5

Névroses de toute nature qui impliquent l’emploi de produits tranquillisants ou antalgiques :

Origan 5, Bigarade 5, Lavande 5, Angélique 5 ou

Angélique 5, Basilic 6, Estragon 4, Lavande 5 ou Lavande 7, Bigarade 7, Estragon 6 ou Marjolaine seule 20.

Paralysie des muscles

Pour justifier et assouplir les muscles releveurs,

prendre : Thym 6, Marjolaine 6, Romarin 7.

Pour les muscles extenseurs, prendre :

Lavande 6, Romarin 7, Origan 7

Angoisse. Dépression. Nervosisme

Alterner :

Coriandre 10, Lavande 10, Lavande 6, Sauge sclarée 7,

Romarin 6.

Asthénie

Thym 5, Sarriette 4, Romarin 4, Lavande 3,

Marjolaine 4.

Céphalée d’origine digestive

Verveine 6,

Camomille 8.

Dépression avec asthénie

Camomille seule 14.

Dépression avec neurasthénie

Prendre :

Sauge sclarée 6, Sarriette 6, Marjolaine 8.

Alterner avec :

Lavande 4, Marjolaine 5, Eucalyptus 4, Bigarade 6 ou Basilic seul 20.

Dystonies neuro-végétatives

Pour une action antispasmodique sur le système nerveux,

Alterner : Camomille 3, Angélique 3, Basilic 5, Mélisse 5.

Bigarade 9, Lavande 9.

 

 

 

Fatigue

Deux formules à utiliser en alternance : Sauge sclarée 6, Thym 6, Romarin 6.

Origan 5, Sarriette 4, Romarin 5, Sauge sclarée 4

 

Hémiplégie. Contractures douloureuses. Crampes musculaires

Lavande 10, Romarin 10 ou
Thym 6, Cajeput 4, Menthe 2, Genièvre 6.

Insomnie

Essayez plusieurs formules pour discerner le meilleur effet :

Camomille 7, Bigarade 11
ou Basilic seul 20
ou en alternance :
Marjolaine 10, Lavande 8.
Lavande 8, Bigarade 10

UTILISATION DES PLANTES

pour lutter contre le stress

– L’agripaume

Fleur des Alpes

(Leonurus cardiaca) qui fait partie de la famille des menthes. Sous le nom également de mélisse sauvage ou queue de lion, les vertus sédatives de cette plante ne sont plus à démontrer. Elle ralentit le rythme cardiaque et fait baisser la tension artérielle. Ni euphorisante ni trop calmante, elle aide à retrouver un bon équilibre et à résister au stress.Utilisation : Versez 10 gouttes de teinture mère dans un verre d’eau et buvez 2 ou 3 fois par jour.

– La mélisse officinale

Si vous voulez retrouver votre calme sans avoir un effet sédatif trop prononcé, utilisez-la. Elle est relaxante, apaisante et agit sur le système nerveux. Elle soulage le syndrome de l’intestin irritable provoqué par le stress et calme les estomacs nerveux.Utilisation : A préparer sous la forme de tisane : faites infuser pendant 5 minutes une poignée de feuilles séchées dans 250 ml d’eau, filtrez. Sucrez avec du miel ou non. Ou bien diluez 30 gouttes de teinture mère dans un verre d’eau et buvez 3 fois par jour.

– La grande ortie

La réputation médicinale de cette plante tient à son action purifiante ainsi qu’à son influence bénéfique sur le rhume des foins. C’est également un tonifiant : l’ortie restaure et stimule la production des glandes surrénales, draine les reins et régule le taux de sucre dans le sang. C’est aussi une bonne source de nutriments basiques : l’infusion d’ortie contient, entre autres du calcium, du magnésium, du fer, des vitamines A, B, C, E et K. 

Utilisation : 

Insérer 5 g de feuilles sèches dans un bocal vide et recouvrez d’eau bouillante. Fermez par un couvercles et laissez infuser pendant 4 heures. Filtrez, pressez les feuilles pour en extraire un maximum de liquide et buvez froid ou chaud.

– Le millepertuis

ou herbe de la Saint-Jean

En Allemagne elle fut reconnue comme antidépresseur, son efficacité fut un temps contestée par une étude américaine.
Depuis, d’autres études ont confirmé le pouvoir des extraits huileux : à dose suffisante, leur action est semblable à celle d’un anti-dépresseur sans les effets secondaires.

Utilisation :

Le millepertuis (Hypericum perforatum) existe sous forme de gélules : le dosage recommandé est de 300 mg 3 fois par jour.
Les résultats apparaissent au bout de deux à trois semaines.Et aussi, réputées pour leurs qualités calmantes.

– La passiflore, la scutellaire casquée, l’aubépine

***

Nostalgie

Frank Alamo s’est éteint dans un hôpital Parisien à la veille de ses 71 ans. L’annonce de son décès a été faîte par son producteur. Figure mythique des « yéyés », Frank Alamo est décédé des suites d’une sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot. Il s’agit d’une maladie génétique. Sa mère était décédée de la même maladie.

Il fut l’interprète du tube « Ma Biche », « Da Doo Ron Ron » et de « Allo Maillot 38-37 », Jean-François Grandin était son vrai nom. Il menait un dur combat contre elle depuis plusieurs années.

Frank Alamo avait participé en 2006 à la tournée « Âge tendre et tête de bois » qui rassemblait d’anciennes idoles des yéyés.

 

Tableau : La folle de Charcault

 
 

 

 

People et sclérose en plaques

Les people victimes de la maladie de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques ou SEP est une maladie inflammatoire auto-immune chronique, qui attaque le système nerveux central. La maladie s’aggrave lentement dans la plupart des cas et cette aggravation dépend entre autres de la fréquence et de la gravité des poussées.

Cette maladie touche le système nerveux central, en particulier le cerveau, les nerfs et la moelle épinière. Elle altère la transmission des influx nerveux car la myéline, qui forme une gaine protectrice autour des prolongements nerveux, est touchée. Les symptômes varient selon la localisation où la myéline est atteinte : engourdissement d’un membre, troubles de la vision, sensations de décharge électrique dans un membre ou dans le dos, troubles des mouvements, (Passport santé)

Nostalgie

Marie Dubois : son combat face à la sclérose en plaques

Lors du tournage du film de François Truffaut « Tirez sur le pianiste » en 1959, Marie Dubois ressent les premiers symptômes de la sclérose en plaques. Après cette première alerte, elle préfère oublier le diagnostic et tourne avec les jeunes cinéastes de la « nouvelle vague » d’Eric Rohmer à Jean-Luc Godard. Vingt ans plus tard, la maladie réapparaît.

La sclérose en plaques en 6 questions

Personnage central de la dernière campagne de lutte contre la sclérose en plaques, elle nous parle de son engagement.  Elle répond au site Doctissimo.

Pourquoi vous être engagée en 2001 pour la lutte contre la sclérose en plaques ?

Marie Dubois : J’avais 23 ans lorsque la maladie s’est déclarée. C’était après le tournage du film de François Truffaut « Tirez sur le pianiste ». Heureusement cette première alerte n’a pas été trop sévère et je me suis empressée de l’oublier ; mais la maladie, elle, ne m’a pas oubliée : elle m’a rattrapée après le tournage de « La menace » avec Alain Corneau, quelques 20 ans plus tard. Ces années de répit m’ont permis de mener à bien ma carrière sans que la maladie ne soit omniprésente.

Vous avez été le personnage central de la dernière campagne en témoignant de votre maladie dans un film réalisé par Alain Corneau. Pourriez-vous nous en parler ? 

Marie Dubois : Ce témoignage, c’est ma manière à moi d’être solidaire avec tous ceux et celles qui sont dans mon cas ; si cette campagne peut aider les chercheurs à trouver des traitements qui guérissent la sclérose en plaques, alors… quelle victoire ! Réunis une fois par an, les chercheurs du monde entier s’investissant dans la lutte contre la sclérose en plaques travaillent de concert. Ce travail main dans la main est un énorme atout pour venir demain à bout de cette affection. Mais jusqu’à maintenant, cette maladie qui touche 70 000 malades reste mystérieuse à plus d’un titre.

Votre popularité permettra-t-elle à cette maladie de sortir de l’ombre ?

Marie Dubois : Je me rappelle être allée dans des émissions dans lesquelles il me fallait préciser que la sclérose en plaques n’était pas une maladie de peau. Même s’il est difficile d’expliquer en détails les causes de cette maladie, j’espère avoir pu à mon échelle sensibiliser le grand public. Enfin, les différents échos dans des émissions de télévision, de radio et les spots de sensibilisation de la campagne de 2001 ont permis de toucher un plus large public. Rappelons qu’une personne sur 1 000 est atteinte en France et 2 malades sur 3 sont des jeunes femmes. 

Quelles sont les principales demandes des associations de malades ?

Marie Dubois : Lors de la dernière campagne, les associations ont lancé un appel à la mobilisation du public pour contribuer à soutenir les malades et la recherche. Grâce à un appel aux dons, les associations espèrent pouvoir soutenir la recherche et offrir plus de structures d’accueil et d’aide pour les malades.

Quelle est la situation des malades en France ?

Marie Dubois : Très invalidante, cette maladie est la seconde cause de handicap chez les jeunes adultes après les accidents de la route. Mais en matière de prise en compte du handicap, notre pays ne constitue pas réellement un bon exemple. A Paris, la prise en compte des personnes handicapées est largement insuffisante tant dans les transports, les places de parking, etc. Les amendes pour les contrevenants qui se garent sur les places réservées aux personnes handicapées ne sont pas suffisantes pour être dissuasives. Aux Etats-Unis ou en Angleterre, la situation apparaît bien meilleure.

Le 14 juillet 2002, le Président de la République a annoncé que l’intégration des personnes handicapées constitue l’un des grands chantiers de son quinquennat. Cette annonce vous rend-elle plus optimiste ?

Marie Dubois : Bien entendu, j’espère que la situation va s’améliorer mais pour le moment il ne s’agit véritablement que d’espoir.

Que diriez-vous à quelqu’un qui découvre aujourd’hui sa maladie ?

Marie Dubois : J’insisterais sur le soutien psychologique et la kinésithérapie, qui m’ont énormément aidé. En plus du soutien de mes proches, ma visite hebdomadaire chez mon psychologue m’apporte un réconfort très important face à cette maladie. Dans un autre domaine, la kinésithérapie permet d’atténuer les troubles de la motricité que la sclérose en plaques occasionne.

Propos recueillis par David Bême

Marie Dubois s’en est allée le 15 octobre, à 77 ans. Elle était l’égérie de la Nouvelle Vague et avait tourné avec les plus grands. Son talent, son charisme et son naturel ont fait d’elle une comédienne brillante, à la voix grave et charmeuse. Ses proches lui ont dit adieu en l’église de Ville-d’Avray (Hauts-de-Seine) le 22 octobre, rendant hommage à une dame passionnée et passionnante, qui s’est longuement battue contre la sclérose en plaques.

Dominique Farrugia, people
est également un victime de cette maladie neurologique

Voir la fiche de la sclérose en plaques

Maladies nerveuses, traitement aux Huiles essentielles

Huiles essentielles apéritives

La camomille, l’ail, l’oignon, la cannelle

Rééquilibrant du système nerveux

Cyprès seul 18

Sénescence

Sauge sclarée 3, Romarin 3, Sarriette 3, Marjolaine 5,
Basilic 4.

Somnolence, Endormissement. Pré-comaComa hépatique

Menthe 4, Romarin 15.

Stimulant du système nerveux central et neuro-végétatif

Lavande 10, Thym 9.

Tendinite. Déchirure musculaire

Romarin 12, Camomille 7
ou Romarin 9, Lavande 10.

Utiliser également :

Thym 6, Menthe 2, Genièvre 6, Cajeput 5.

Cas d’observation

Un cas rapporté dans les archives d’hygiène naturiste.

Pour information, la retranscription de cette observation est utile pour connaître l’avis des médecins au sujet de ces deux thérapeutiques bien souvent méconnues. Selon eux, elles gardaient une valeur hautement démonstrative.

Madame P …,

Habitant la Dordogne, fait un état dépressif alarmant , en mars, au départ de son petit-fils comme militaire. En quelques semaines, cette personne, jusque là enjouée et vaillante, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle ne se souvient plus de rien et perd bientôt la raison : croyant sortir de chez elle, elle s’engouffre dans un placard et y demeure ; lorsqu’elle dessert la table, elle porte la vaisselle dans la salle de bains …

Comme il s’agit d’une bonne mère, son gendre veut tenter le maximum à son endroit. Alors, la naturopathie traita ses symptômes avec phyto et aromathérapie, phosphore, oligo-éléments. A Paris, une clinique lui appliqua une thérapie cellulaire. Cette femme a reçu : placenta, foie, rate, trigone, hypothalamus antérieur, hypophyse.
Deux mois plus tard – au mois de mai – Mme P. ..  » a rajeuni de 10 ans ». Son activité, tant physique qu’intellectuelle, est intégralement récupérée.

De surcroît, les résultats se maintiennent pendant deux ans et demi, jusqu’à ce jour de décembre où Mme P …., revenant à pieds dans sa maison de Véssac, en empruntant un raccourci, tombe dans une mare glacée. Le choc physique consécutif, la peur horrible de mourir noyée lui sont grandement préjudiciables. Un agriculteur entend ses cris et vient « in extremis » la sortir de son bain.

Le soir même, un tableau comparable à celui de mars s’instaure dans toute son ampleur.

En tout état de cause, les hygiénistes conseillent donc alors à son gendre de ramener cette dame à Paris pour une nouvelle thérapeutique cellulaire appliquée au mois de décembre, un peu avant Noël. Le traitement est complété par des plantes et des essences, de la vitamine C, naturelle sous forme de sirop d’argousier.

Au terme de quoi, un mois et demi plus tard, Mme P. … a recouvré une santé remarquable et au mois de novembre soit huit années plus tard, tout va toujours très bien à 81 ans. Mme P. … se contente, de temps à autre, d’absorber quelques tisanes, selon les prescriptions ou de sa propre initiative, car elle est de ces personnes qui connaissent bien les vertus de nombreuses plantes.

Le Docteur R.B.H. qui la suivait devait certainement penser pour ce cas, ce que les hygiénistes déduisaient d’ailleurs eux-mêmes, à savoir que la thérapie cellulaire a été – bien plus que les plantes – par deux fois l’élément thérapeutique déterminant dans le retour à la santé de cette malade.

 

 
 
 
 
 

Image parmohamed Hassan de Pixabay

 

 

Maladies du système nerveux

La camomille, l’ail, l’oignon, la cannelle sont apéritifs (ouvrent l’appétit)

Rééquilibrant du système nerveux

Cyprès seul 18

Sénescence

Sauge sclarée 3, Romarin 3, Sarriette 3, Marjolaine 5,

Basilic 4.

Somnolence, Endormissement. Pré-coma
Coma hépatique

Menthe 4, Romarin 15.

Stimulant du système nerveux central et neuro-végétatif

Lavande 10, Thym 9.

Tendinite. Déchirure musculaire

Romarin 12, Camomille 7

ou Romarin 9, Lavande 10.

Utiliser également :

Thym 6, Menthe 2, Genièvre 6, Cajeput 5