Archives par mot-clé : Herboristerie

Le sevrage tabagique, tisanes, huiles essentielles

Consommer des tisanes

 Si vous avez décidé d’arrêter de fumer, il existe des  remèdes naturels. A commencer par les tisanes pour désincruster l’organisme. Chez un fumeur habituel,  la nicotine et les goudrons se seront déposés dans les tissus ; il faut les drainer hors du corps.

Commencer par le foie avec des tisanes de Romarin (Rosmarinus officinalis), Chardonmarie (Silybum marianum) et d’artichaut (Cynarascolymus), en alternance.  La cure, en tisanes, facilite l’expectoration des mucus et diminue l’inflammation.

Drainage

— On peut, ensuite passer au drainage des poumons, avec le bouillon blanc (Verbascum thapsus) et la guimauve (Althaea officinalis). Certaines plantes, comme le chou chinois, le café vert et le soja ont la capacité d’aider à éliminer les goudrons et la nicotine. On les retrouve dans des produits dédiés à la détoxification du fumeur (selon presse : Tabaclean, en ampoules, Lab. Santarôme, dans certaines pharmacies, en magasins de produits bio et naturels).

Utiliser certaines plantes et l’homéopathie en aide ponctuelle

— (Tabapass, comprimés, Lab Ferrier, en pharmacies). Il existe des produits à base de plantes (gingembre, figue de Barbarie …) et minéraux, spécialement conçus pour dégoûter du tabac (Sevrax 1, comprimés, Lab. Motima, en pharmacies). Le millepertuis et la ballote contre la nervosité.  Le Millepertuis traite les états de lassitude nerveuse agissant en synergie avec la valériane.  Il possède des propriétés antidépressives, mais il est contre-indiqué en association avec certains médicaments, notamment la pilule, certains antidépresseurs, anticoagulants, antirétroviraux, etc. (Demander conseil à son pharmacien ou à son médecin (Procalmil, par exemple, en pharmacies).

Soigner la nervosité consécutive à l’arrêt du tabac

— Pour la stimulation cérébrale et la résistance au stress, utiliser le rhodiola (Rhodiola rosea) à dose d’1 gélule, matin et midi.  Pour soulager l’angoisse, l’anxiété et l’irritabilité utiliser la ballote (Ballota nigra), plante anxiolytique reconnue. Son usage doit rester ponctuel.

Quelle que soit la plante choisie, elle trouvera un complément utile avec un complexe homéopathique approprié (Presse : formule de l’abbé Chapitre n° 7, association homéopathique sous forme liquide contre la nervosité, 6 gouttes par jour sous la langue, trois fois par jour). C’est une substance naturelle, extraite des protéines du lait (sans lactose), qui se montre efficace sur les manifestations du stress. Elle concerne aussi bien les signes physiques (digestifs, cardio-vasculaires …), fréquemment rencontrés en cours de sevrage, que les troubles psychiques affectifs. Il n’y a pas de risque d’accoutumance et le produit peut être pris trente jours d’affilée (Sériane Stress, en pharmacie et parapharmacies).

Quant au sevrage tabagique proprement dit, il faut utiliser la valériane . C’est la plante miracle dans ce genre de situation. A faible dose, nous savons que la valériane est anxiolytique et antidépressive ; à dose plus importante, elle a aussi un effet calmant, relaxant et somnifère. Son action est adaptée aux situations de stress prolongé, pour les troubles psychosomatiques, ce qui correspond bien au sevrage tabagique : prendre 2 gélules d’extrait sec de 100 mg, matin et soir (en pharmacies, Elusanes, par exemple). Il faut lutter, le résultat en vaut la peine !

Consulter un autre article en rapport : des HE pour arrêter de fumer

 

Tisanes dépuratives du sang

 

Quelques formules de tisanes détoxifiantes pouvant compléter l’action de l’argilothérapie

 

CIRCULATION DU SANG Poids
Vigne rouge, feuille 60 g
Prêle 10 g
Noyer feuilles 10 g
Réglisse, racine 15 g
Bourdaine, écorce 25 g
Chiendent, rhizome 15 g
Hysope, sommités fleuries 10 g

Mettre 2 à 3 cuillerées à soupe du mélange pour un demi-litre d’eau. Faire bouillir pendant quelques minutes. A consommer sans modération dans la journée ou pendant les repas.

DÉPURATION DU SANG Poids
Bourdaine, écorce 30 g
Millepertuis, sommités 20 g
Saponaire 20 g
Garance, racine 20 g
Réglisse, racine 15 g
Salsepareille 10 g
Prêle, plante 10 g
Serpolet, sommités 10 g
Séné, folioles 10 g
Bourrache, feuilles 10 g

Une ou deux cuillerées à soupe pour une tasse. Faire bouillir 2 min et infuser 15 min. A consommer en une tasse, un quart d’heure avant les deux repas principaux.

TONIFIANT ET APAISANT DU CŒUR ET EN CAS D’HYPERTENSION Poids
Vigne rouge, feuilles 25 g
Bourse à pasteur 20 g
Gui, feuilles 20 g
Pissenlit, racines coupées 15 g
Grateron, feuilles 15 g
Epine-vinette, écorce 15 g
Germandrée, sommités fleuries 10 g
Aubépine, fleurs 5 g
Muguet 5 g

Porter à ébullition trois cuillerées à soupe de ce mélange pour un demi-litre d’eau, durant quelques minutes.

Puis infuser un quart d’heure ou, mieux, laisser macérer toute la nuit. A consommer dans la journée.

Il est recommandé d’ajouter du miel.


Image par Mareefe de Pixabay

Tisanes dépuratives du foie


 Pouvant compléter l’action de l’argilothérapie

 

Aspérule odorante, sommités fleuries 30 g
Romarin, sommités fleuries 30 g
Caille-lait, som. fl. 30 g
Prêle 30 g
Réglisse, racine 30 g
Souci, som. fl. 20 g
Menthe, feuilles 20 g

Mettre 2 cuillerées à soupe par tasse, en infusion, 10 min. Prendre une tasse après les repas de midi et du soir. Sucrer au miel.

ENGORGEMENT DU FOIE Poids
Aspérule odorante 30 g
Réglisse, racine 30 g
Artichaut, feuilles 20 g
Souci, fleurs 10 g
Cassis, feuilles 10 g
Prêle, plante 10 g
Busserole, feuilles 10 g
Romarin, sommités fleuries 10 g
Centaurée, sommités fleuries 10 g
Caille-lait, sommités fleuries 10 g

Prélever deux cuillerées à soupe pour une tasse. Faire bouillir pendant 2 min et infuser 10 min. A consommer en une tasse, un quart d’heure avant chaque repas. Cette tisane est un peu amère, consommée froide, ce léger goût disparait.

POUR LES HEPATITES, Y COMPRIS L’HEPATITE VIRALE Poids
Patience, feuilles 20 g
Centaurée, sommités fleuries 20 g
Arnica, fleurs 20 g
Verveine, plante 20 g
Absinthe, sommités fleuries 20 g
Aigremoine, feuilles 20 g
Pissenlit, racine 20 g
Aunée, racine 20 g

Une cuillerée à soupe par tasse.
Porter à ébullition et laisser infuser.
Consommer 2 ou 3 tasses par jour, avant ou entre les repas.

Assez amère, cette tisane également, sera mieux acceptée, consommée froide.

 

La phytothérapie

La phytothérapie ou médecine par les plantes et l’aromathérapie, sont des sciences reconnues comme telles, utiles pour l’humanité.

Destinées à guérir et en attendant de vous convaincre, elles revivifieront vos forces si vous les utilisez à bon escient.

AVANTAGES

La phytothérapie est une médecine douce. Cela ne signifie pas qu’elle soit lente : un rhume se guérit très bien avec des plantes. Médecine douce car dépourvue d’effets secondaires aux doses normales et habituellement conseillées ; médecine douce car elle traite l’origine du mal et non pas sa seule manifestation. La phytothérapie agit en stimulant les défenses de l’organisme plutôt qu’en se substituant à elles ; c’est pourquoi l’on dit que la phytothérapie soigne davantage en profondeur.

 

ORIGINE

Au fil des générations, les hommes du monde entier ont testé et sélectionné les meilleures plantes médicinales pour lutter toujours plus efficacement contre leurs maladies. Aujourd’hui, nous partageons cette expérience, vieille souvent de plusieurs siècles. Aucun médicament chimique ne bénéficie d’un aussi long recul. Mais la tradition ne justifie pas, à elle seule, la valeur de cette thérapeutique. La science, ces dernières années, a pris le relais de l’empirisme et a pu analyser les principes actifs des plantes, prouver leur efficacité et parfois comprendre leur mode d’action.

AIDE EFFICACE

Vous pourrez avoir recours à la phytothérapie pour vous même ou vos proches. Ces articles ne sont pas des manuels théoriques d’herboristerie réservés à des initiés. Ils ont été créés pour vous aider à traiter et à prévenir un grand nombre d’affections et de maladies en utilisant les propriétés spécifiques des plantes médicinales.

C’est la raison pour laquelle loin d’être un ensemble de remèdes de bonne-femme ou bonne fame, venu du latin bona fama, la phytothérapie représente aujourd’hui une autre façon de se soigner d’autant plus appréciée que les malades perçoivent les limites et les inconvénients de l’arsenal thérapeutique moderne.

La rubrique phytothérapie vous donnera, pour un certain nombre de maladies, des formules simples et efficaces, à base de plantes médicinales en gélules. Elle comportera aussi une partie qui vous fera connaître les caractéristiques et les propriétés des plantes proposées. Vous serez à même de composer le remède qui vous semble le plus approprié à votre cas personnel. Votre pharmacien est là pour vous y aider.

 

EN PRATIQUE QUOTIDIENNE

Il y a quelques notions à connaître. La prescription des plantes en thérapeutique  peut revêtir deux formes  : soit les plantes à l’état naturel, soit sous formes de préparations dans le but d’extraire et de conserver par là même, les principes actifs de la plante.

 

TISANES

PLANTES EN L’ETAT

 

 

L’utilisation est classique, vous vous rendez chez l’herboriste de votre choix. Ce mode d’utilisation est bien connu, toutefois, pour en tirer le maximum de bénéfices pour l’organisme,  il est nécessaire de respecter certaines règles  :

Les doses. Elles sont fonction des plantes concernées, mais aussi, pour une même plante, du but recherché. Elles varient pour les plantes sèches de 5 g à 50 g par litre infusé.

Les mélanges. Ils doivent être homogènes. Il faut éviter le mélange de fleurs et de racines, car le mode de préparation est différent. En effet les fleurs sont traitées par infusion contrairement aux racines qui le sont par décoction, dans la majorité des cas. Si l’on se trouve devant fleurs et racines, il faudra faire deux préparations, d’une part l’infusé de fleurs, d’autre part la décoction ou la digestion des racines et ensuite procéder à l’assemblage des filtrats.

Les modes de préparation des tisanes doivent être respectés. En plus de l’inconvénient des mélanges d’une extraction incomplète, il arrive que certains principes actifs soient extraits à une certaine température et les autres à des températures différentes. Ceci entraînera des actions diverses par une même plante. L’exemple le plus cité est celui de la racine d’ipéca, qui traitée par infusion est vomitive, mais traitée par décoction, antidiarrhéique.

Une eau pure. Toutes les plantes pour tisanes doivent être lavées à l’eau froide juste avant utilisation afin d’éliminer poussières et résidus de la même manière que sont rincés légumes ou fruits. L’eau utilisée doit être de bonne qualité qui garantit les principes actifs et les sels minéraux contenus dans la plante.

Durée de conservation des tisanes. Jamais au-delà de 24 heures.

Non aux plantes déjà coupées. Malgré les inconvénients d’emploi, il faut privilégier la plante entière naturelle à la présentation en sachets ou infusettes. En effet, les infusettes sont constituées de plantes fractionnées d’une manière fine donc plus fragiles car on a multiplié les surfaces de contact de la plante avec l’air. Il y a donc une perte de 30 à 40 % pour les essences aromatiques dans des délais très courts avec risque de voir, au contact de l’air se développer des phénomènes d’oxydation et donc d’altération de la plante.

 

PHYTOTHERAPIES D’EXTRACTION

POUDRES DE PLANTES

 

  1. Elles peuvent contenir une ou plusieurs plantes, être utilisées soit en sachets soit en gélules.
  2. Elles seront consommées juste après la préparation dans le but de conserver les principes actifs des plantes et d’éviter les phénomènes d’évaporation et d’oxydation.

TEINTURES

A l’origine, dans des études antérieures, il s’agissait de « colorant d’extraction » (préparations destinées à extraire la couleur des plantes). Mais à ce jour, on parle de préparations liquides résultant de l’action de l’alcool bien maîtrisée, sur des substances végétales.

Il est à noter que Teinture et Teinture mère sont deux produits différents. Vous trouverez souvent ces appellations si vous appréciez de lire les livres de phytothérapie :

Les teintures ou teintures officinales sont obtenues par action de l’alcool sur la plante séchée. Le poids de teinture recueillie est de 5 fois le poids de plante utilise.

Les teintures mères ou alcoolatures sont l’origine de la fabrication des produits homéopathiques.


Elles s’opposent aux teintures officinales par le mode de fabrication. Elles sont préparées à partir de plantes fraîches et non sèches, et par macération alcoolique et non lixiviation. Le poids de teinture mère obtenue est 10 fois celui de la plante de départ, exprimée en plante sèche. Selon Delaiche et Dorvault, généralement une alcoolature est moins chargée en principes actifs qu’une teinture.

EXTRAITS FLUIDES

Forme de teinture correspondant à leur poids en plante.

EXTRAITS MOUS

vins et vinaigres officinaux sont d’un usage plus restreint.

 

NEBULISÂTS DE PLANTES

Ils sont obtenus par dessiccation instantanée à haute température d’extraits aqueux ou alcooliques. Les poudres obtenues par ce procédé conservent dans leur intégrité les produits d’extraction en volume réduit et sont d’utilisation facile. Ces nébulisats se présentent en cachets ou gélules, administrables en doses thérapeutiques très actives.

L’aromathérapie étant la définition de l’utilisation des essences de plantes dans un but thérapeutique, Delaiche mentionne de respecter ces deux points fondamentaux :

a) la qualité des essences;

b) la concentration d’où une extrême prudence quant à l’utilisation de ces produits.

Les essences, compte tenu de leur prix, sont parfois falsifiées, voire allongées. Mais les essences sont aussi des produits dont la composition qualitative et quantitative varie selon les climats et espèces utilisées.

Chaque essence réunit sa composition, son aspect propre, son action thérapeutique et il est vraiment en faveur des consommateurs que figure sur les prescriptions médicales, l’origine des essences.

En effet les essences peuvent s’utiliser :

  • par voie externe (respiration)
  • mais aussi  par voie interne (aromathérapie interne)et  une utilisation non appropriée peut être regardée comme un danger.

 

Utilisation interne

Ainsi, les essences sont des concentrés hautement actifs des plantes dont elles sont issues.

Pour obtenir un kilo d’essence, il faut plusieurs centaines de kilos de plantes, voire plusieurs tonnes. Ces produits sont donc hautement concentrés et ils doivent être pris à faible dose et uniquement sous contrôle médical.

Le pouvoir toxique des essences n’est plus à démontrer et plusieurs cas d’intoxication ont été signalés par des personnes non averties ayant consommé des doses trop importantes.

 

Seule la prescription médicale doit juger de la dose à administrer, qui reste de l’ordre de 1 à quelques gouttes.


Les essences ne doivent pas être administrées pures, mais en solutions (alcooliques, huileuses ou glycérinées).

 

 

 

 


Selon bibliographie : Delaiche, Brooks, Bentley, Brunel, Baralier.

 

Quelques espèces

Dénomination

On appelle espèces des mélanges d’un plus ou moins grand nombre de plantes ou parties de plantes incisées ou concassées

 

 

Elles servent à faire des infusés, des macérés, des décoctés pour usage interne ou externe. (Dans presque toutes les espèces officinales, les composants se trouvent à parties égales.

 

Espèces antispasmodiques :

     
  Valériane   ……….       90 gr
  feuilles d’oranger   ……….       60 gr
  millefeuille   ……….       30 gr

Autre formule :

     
  Lavande   ……….       50 gr
  Mélisse   ……….     100 gr
  Basilic   ……….     100 gr
  Cataire   ……….     100 gr
  En infusion contre les toux coquelucheuses.      

Espèces aromatiques :

     
  Feuilles de sauge   ……….   )  
  Feuilles de thym   ……….   )  
  Feuilles de serpolet   ……….   )  
  Feuilles de romarin   ……….   )   aa parties égales
  Feuilles d’hysope   ……….   )  
  Feuilles d’origan   ……….   )  
  Feuilles d’absinthe   ……….   )  
  Feuilles de menthe   ……….   )  

 Espèces ou semences carminatives :

     
Anis ………. )  
Fenouil ………. ) aa PE
Coriandre ………. )  
Carvi ……….    
Contre les flatulences.      

Espèces diurétiques :

     
Racines sèches de fenouil ………. )  
Racines sèches de petit houx ………. )  
Racines sèches d’ache ………. ) aa P.E.
Racines sèches de persil ………. )  
Racines sèches d’asperge ………. )  
En infusion : 20 gr pour un litre d’eau.      
(Servent à préparer le sirop des cinq racines :
3 à 5 cuillerées à soupe par jour)
     

Espèces pour fumer :

     
Stramoine ……….   30 gr
Sauge ……….   15 gr
A diviser en 20 cigarettes ou à fumer en pipes : dans l’asthme.      

Espèces vermifuges pour lavement :

     
Absinthe ……….   30 gr
Valériane ……….   30 gr
Semences de tanaisie ……….   15 gr
Écorces d’orange ……….   15 gr

Deux cuillerées à soupe pour 1/2 litre d’eau bouillante.
Laisser infuser 10 minutes. Passer. 
Quantité suffisante pour 2 lavements, à chacun desquels on ajoutera une cuillerée d’huile. (Oxyures et tricocéphales).

 

     

 

 

Valériane Par Franz Eugen Köhler, Köhler’s Medizinal-Pflanzen (List of Koehler Images) [Public domain], via Wikimedia Commons

Image Pixabay lavande

Plantes médicinales, gélules et tisanes

Les gélules de poudres de plantes, doivent être préparées à partir d’espèces végétales de première qualité et renfermer tous les principes actifs de la plante

La poudre totale, à principes actifs titrés, permet l’assimilation par l’organisme de l’ensemble des constituants de la plante. Lors de vos achats, vous devez demander des gélules de plantes qui doivent vous garantir :

– l’origine et la nature des plantes,
– les principes actifs titrés,
– le contrôle bactériologique.

LES PLANTES MÉDICINALES POUR LES MAUX QUOTIDIENS

 
 

 

AMINCISSEMENT

    Embonpoint, obésité

 

Les tisanes suivantes vous aideront à perdre vos kilos superflus. Vous devez également suivre un régime alimentaire et appliquer les bons principes diététiques :

• GERMANDREE et THÉ VERT (pour un surpoids important);
• ORTHOSIPHON et SUREAU (pour un léger surpoids).

 

 

MANIFESTATIONS ARTICULAIRES DOULOUREUSES 

Rhumatismes, Arthrose

 

Selon le Midi-Libre du 9 octobre 2012, l’arthrose touche 7 millions de personnes en France. Un vrai fléau social  de plus si la maladie s’installe de façon chronique. Les plantes suivantes vous permettront de lutter efficacement :

• CASSIS et HARPAGOPHYTUM (douleurs articulaires chroniques);
• REINE DES PRÈS et SAULE (douleurs articulaires occasionnelles).

 

DIGESTIONS DIFFICILES

Ballonnements, lourdeurs d’estomac

 

Les grands responsables : souvent une mastication insuffisante accompagnée de repas trop copieux ou absorbés trop rapidement.
Les tisanes aux vertus digestives :

• FENOUIL et ANGÉLIQUE (digestions difficiles courantes);
• ANIS VERT et HOUBLON (digestions difficiles occasionnelles).

 

PEAU – ACNÉ

Problèmes de peaux, Dépuratifs de la peau

 

Les jeunes, entre 12 et 25 ans sont les plus sujets à l’acné.  Les conséquences morales ne doivent pas être sous estimées.
Il est nécessaire de réagir et d’utiliser des plantes dépuratives de la peau :

• BARDANE et PENSÉE SAUVAGE (formes rebelles)
• PISSENLIT et PLANTAIN (acné non infectée)

 

ÉTAT GRIPPAL

Toux, Bronchites, Rhumes

 

Vous désirez éviter les antibiotiques et leurs effets secondaires. Faites confiance aux méthodes douces, moins fatigantes, moins agressives, telles que les poudres de plantes achetées en pharmacie :

• EUCALYPTUS et HYSOPE (rhumes, état grippal);
• BOUILLON BLANC et LIERRE (toux, bronches).

 

PROBLÈMES CIRCULATOIRES

Jambes lourdes, Varices, Hémorroïdes

 

Trop de femmes sont atteintes par les problèmes circulatoires qui se transmettent de mère en fille. La solution ? Activité physique (marche) et prise régulière des infusions suivantes :

• VIGNE ROUGE et MARRONNIER D’INDE (troubles ressentis régulièrement);
• HAMAMÉLIS et AIRELLE MYRTILLE (troubles occasionnels, le soir ou après une longue station debout).

 

FATIGUE

     Tonus, Dynamisme

 

Quelques millions de Français prennent des médicaments pour le tonus. N’allongez pas la liste. Les plantes vous offrent une solution efficace, sans accoutumance;

• MATE et CANNELLE (effet durable);
• KOLA et CYNORRHODON (effet « coup de fouet »).

 

TROUBLES DU SOMMEIL

 

Selon le journal Le Monde de novembre 2012, un Français sur trois se plaint de troubles du sommeil, dont 15 à 20 % d’insomnie chronique, avec des symptômes qui durent depuis plus d’un mois et qui sont associés à une fatigue ou à une somnolence diurne excessive : alors que la réponse est dans une connaissance des mécanismes du sommeil et la redécouverte de plaisirs simples comme boire le soir une infusion en famille ;

• VALÉRIANE et PASSIFLORE (troubles fréquents);
• ASPÉRULE ODORANTE et ORANGER AMER (troubles occasionnels).

Vous aimerez aussi : Précis de phytothérapie : les plantes minceur

 

 

 

 

Sources familiales

 

Plantes et bras de Morphée

Parmi toutes les méthodes de reconstruction du capital-vie, il en est une qui joue un peu le rôle de chef d’orchestre

Il s’agit du sommeil

Le sommeil, « jugé réparateur », « restaure » les diverses fractures que la tension quotidienne impose à notre corps et à notre esprit. Ce travail immense qui s’effectue sans que l’on en ait conscience, a besoin, à notre époque, d’un certain nombre de soutiens. Les plantes en font partie.

Voici une liste non exhaustive des principales plantes favorisant le sommeil.

Depuis des millénaires, les hommes et les femmes de toutes régions du monde, connaissent le pouvoir sédatif et hypnotique des PLANTES DU SOMMEIL. 

Les plantes possèdent peu ou pas d’effets secondaires. Leur action se révèle donc douce et progressive.

 

 

  VALERIANE

 

Valeriana officinalis L.

Partie utilisée : la racine

 

 

Un tranquillisant végétal

De taille élevée (jusqu’à 2 m), la Valériane officinale se reconnaît à ses couronnes de fleurs roses… et à son odeur, qui n’attire que les chats ! Pline l’Ancien, naturaliste romain, la recommandait comme décontractant, les princes de la Renaissance en glissaient dans leurs draps. 

 

Un effet sur le système nerveux.

 

Son activité sur le système nerveux central et ses effets antispasmodiques, liés à la teneur de la racine en acide valérénique, justifie l’usage traditionnel de la Valériane dans les troubles du sommeil. En réduisant la nervosité, la Valériane aide à raccourcir le temps d’endormissement.

Chez les fumeurs en cours de sevrage, elle facilite le sevrage du tabac.

 

S’endormir plus vite

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules le soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement.

 

AUBÉPINE

 

Crataegus oxyacantha L.

Partie utilisée : la sommité fleurie

 

A l’épreuve du temps

 

La floraison neigeuse de l’Aubépine, célébrée par les poètes de la Renaissance, symbolise à elle seule le printemps. Dans les haies, ses buissons épineux peuvent être âgés de plusieurs siècles !

 

Contre le stress

 

Douée d’une activité sédative sur le système nerveux central, l’Aubépine est traditionnellement utilisée pour atténuer les troubles liés à la nervosité : irritabilité, émotivité, perception exagérée des battements du cœur (en l’absence de pathologie cardiaque). L’extrait d’Aubépine participe à la prévention des troubles du sommeil.

 

Plus de calme jour et nuit

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

L’association avec la Passiflore est utile et donne de bons résultats.

 

  PASSIFLORE

 

 

Passiflora incarnata L.

Partie utilisée : la partie aérienne.

 

 

 

La fleur de la Passion

Cette élégante liane doit son nom à la forme curieuse de ses organes floraux, dans lesquels des missionnaires avaient vu les instruments de la passion du Christ. L’unique espèce médicinale, recherchée pour ses vertus apaisantes, se distingue peu des variétés cultivées dans leurs fleurs ou pour les fruits de la passion.

 

Activité sédative et anxiolytique

Découverte au XIXè siècle, l’activité de la Passiflore serait due à la synergie d’actifs présents en quantités infimes. Les enfants comme les adultes peuvent recourir à son effet bénéfique reconnu sur la nervosité et les troubles du sommeil. Bien toléré, l’extrait de Passiflore favorise le sommeil.

 

Calme et repos

 

Conseil d’utilisation : chez l’adulte, si nervosité : en général 1 gélule matin et soir avec un verre d’eau ; si difficulté d’endormissement, 1 gélule au dîner et 1 au coucher. Chez l’enfant de 6 à 15 ans: 1 gélule le soir avec un verre d’eau.

 

  ESCHSCHOLTZIA

 

 

Eschscholtzia californica Cham.

  Partie utilisée : la partie aérienne fleurie

 

Le Pavot de Vegas

Originaire de la côte Ouest des États-Unis, cette plante décorative très florifère est connue en Europe depuis le XIXè siècle. Son nom rend hommage au botaniste russe F.F. Eschscholtz.

Ses propriétés sont proches de celles du Pavot et du Coquelicot, qui appartiennent à la même famille botanique.

 

Vertus antispasmodiques

L’Eschscholtzia a pour effet de calmer les spasmes, favorisant ainsi la détente nerveuse et musculaire au cours de la nuit. L’extrait d’Eschscholtzia est traditionnellement utilisé en cas de nervosité et d’agitation au coucher, de réveils nocturnes et/ou de réveil matinal.

 

Un bon endormissement

 

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules le soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

 

 HOUBLON

 

 

Humulul lupulus L.

Partie utilisée : l’inflorescence femelle

 

Une plante de l’abbesse Hildegarde

Ses tiges grimpantes peuvent atteindre 7 m de haut dans les houblonnières. On l’utilise pour donner son amertume à la bière depuis le VIè siècle. L’abbesse Hildegarde de Bingen le recommandait contre la mélancolie. En Allemagne, on glisse des fleurs de Houblon dans l’oreiller pour favoriser le sommeil.

 

Contre le nervosisme

Les inflorescences femelles (les cônes) contiennent des principes amers et une huile essentielle reconnue pour ses propriétés sédatives et relaxantes.

Le Houblon recèle aussi des phytohormones, ce qui le rend utile lors de règles douloureuses ou en cas d’irritabilité.

 

Contre les troubles de l’humeur

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à la femme adulte

MILLEPERTUIS

 

 
 
 

Hypericum perforatum L.

Partie utilisée : la sommité fleurie.

 

 

Plante solaire par excellence

Le Millepertuis fait partie des herbes « magiques » dont la cueillette devait s’accomplir au matin de la Saint-Jean. Ses fleurs jaune d’or, au léger parfum d’encens, entraient dans la composition d’onguents contre les brûlures et les affections de la peau.

 

Propriétés neuro-sédatives

Très complexe, le Millepertuis contient des actifs spécifiques (hypericine, hyperforine).

Les essais cliniques pratiqués récemment ont mis en évidence son intérêt dans le soulagement des manifestations passagères d’humeur dépressive : lassitude nerveuse, désintérêt, anxiété, troubles du sommeil.

 

Dans les manifestations dépressives légères et transitoires

 

Conseil d’utilisation : en général 2 à 3 gélules par jour, avec un verre d’eau. La cure peut présenter des contre-indications. Demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin, avant utilisation et après le premier mois de cure.

Réservé à l’adulte. Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante.

Vous pouvez vous procurer ces gélules ou poudres de plantes en Pharmacies et Parapharmacies.

Il y a possibilité d’alterner ces traitements aux gélules avec celui des huiles essentielles (si elles existent) des plantes indiquées pour le sommeil.

Elles sont à utiliser en applications le long de la colonne vertébrale.

Ou bien encore à consommer, pour certaines, sous forme d’infusions.

 

Sources : P. Fabre Phytothérapie.
@ Photographies prises sur Internet. Contact.

 

 

Image parSusanne Jutzeler, suju-foto de Pixabay

Plantes en décoctions, données d’utilisation

Les décoctions de plantes demandent certaines précautions afin de conserver leurs principes actifs

Il existe un vocabulaire pour les utiliser ainsi, le connaître, permet d’employer les plantes à bon escient.

On utilise les plantes à la même dose, qu’elles soient fraîches ou sèches, les fraîches étant plus lourdes et leurs principes plus actifs.

– une pincée correspond à 2 à 3 grammes
– une cuillère à dessert à 5 gr
– une cuillère à soupe à 10 gr
– une poignée à 30 ou 40 gr.

Les données indiquées, sans autres précisions, correspondent aux adultes. Pour les enfants, on préparera comme pour les adultes et on coupera d’eau :

– pour un an : une partie de tisane et 4 d’eau
– de 1 à 3 ans : 2 parties de tisane et 3 d’eau
– de 3 à 5 ans : 3 parties de tisane et 2 d’eau
– de 5 à 10 ans : 4 parties de tisane et une d’eau

Pour les adultes et, bien entendu, encore plus pour les enfants, il est parfois nécessaire de connaître la susceptibilité individuelle du malade.

Marche à suivre :

– Lorsqu’il convient de faire bouillir, on met les plantes dans l’eau froide et on amène à ébullition.
– Il vaut mieux boire non sucré ou sucré avec du miel.

– Si l’on ne trouve pas de temps indiqué, l’expression « donner un bouillon » correspond à une ébullition de quelques secondes. On retire du feu et on laisse infuser selon les indications.
– En principe, on fait bouillir les racines, tiges, écorces pendant 5 à 10 minutes.
– On donne un bouillon pour les plantes entières, feuilles semences et sommités fleuries.
– On infuse (c’est-à-dire en versant de l’eau bouillante sur le végétal) les fleurs.
Il est conseillé d’utiliser des casseroles émaillées et non les récipients en métal nu.

 

Image parPexels de Pixabay