Archives de catégorie : Précis de phytothérapie

Précis de phytothérapie : les Plantes et le Bien-être au féminin

Cette famille de plantes, le bien-être féminin, semble capable de préserver la fraîcheur de la peau, de retarder les effets du temps et même de rétablir l’équilibre hormonal du corps féminin

Ces précieuses propriétés découvertes récemment par les chercheurs, aident les femmes à entretenir leur « capital-jeunesse » durant toute la vie. Une véritable complicité avec le monde végétal.

 

Liste non exhaustive des principales

 
 

  HUILE de BOURRACHE

Borago officinalis L.

Partie utilisée : la graine

  
 

Belle… à croquer !

Aussi utile que décorative, la Bourrache propose ses jeunes pousses en salade et offre une nuée de fleurs en étoile,, d’un bleu intense. La plante est cultivée pour la production de graines. L’huile est extraite par pression à froid.

Nutriments essentiels pour la peau

L’huile de Bourrache est très riche en acides gras insaturés (linoléique et gamma-linolénique), qui participent par l’intermédiaire des phospholipides à la constitution des membranes cellulaires. Cet apport nutritif contribue à prévenir le dessèchement des couches supérieures de l’épiderme Des cures régulières aident ainsi à rendre la peau plus souple, plus résistante, et à entretenir son éclat.

Conserver son capital jeunesse

Conseil d’utilisation : en général 1 ou 2 capsules matin et soir, avec un verre d’eau. En cas de sécheresse prononcée de la peau, le contenu d’une capsule peut être appliquée directement sur le visage.

 

HUILE DE FOIE DE MORUE

 

 

Tirée de Gadus morhua L.

 
 

Morue commune

 
Dessin d’après nature. Ehgène Klimof. Département des Pêcheries du Québec
 

Une réserve naturelle

L’huile est tirée du foie frais de la Morue. Ce poisson des mers froides s’est adapté à son environnement en stockant d’importantes réserves nutritives dans ses tissus.

Riche en acide gras

L’huile de foie de morue contient des acides gras essentiels, éléments nutritifs très importants pour les cellules de l’épiderme. Par ailleurs, sa richesse en vitamines A et D favorise l’assimilation du calcium et sa fixation sur l’os. Ce complément nutritionnel est conseillé aux femmes après la ménopause, pour mieux nourrir leur peau et préserver leur capital osseux, ainsi qu’aux enfants, pour favoriser leur  croissance.

Beauté de la peau, solidité des os

Conseil d’utilisation : en général 1 capsule matin et soir, avec un verre d’eau. En cures régulières de 25 jours.

 
 

 HUILE d’ONAGRE

Oenothera biennis L.

Partie utilisée : la graine

 

 

En corolles le soir

Originaire de Virginie, l’Onagre a conquis nos terrains incultes. Ses grandes corolles jaunes s’épanouissent à la nuit tombante. L’espèce bisannuelle est cultivée pour l’huile précieuse qui fournissent ses graines, par pression à froid.

Bien-être et beauté

L’huile d’Onagre contient des acides gras d’intérêt fondamental : ils favorisent l’équilibre entre les différentes prostaglandines et agissent ainsi avec efficacité sur les troubles prémenstruels : gonflement et tension douloureuse des seins et du ventre, maux de tête… Les acides gras contribuent en outre à maintenir la souplesse et l’élasticité de la peau.

Pour un bienfait mensuel

Conseil d’utilisation : dans les manifestations prémenstruelles, en général 3 capsules par jour, avec un verre d’eau, les dix derniers jours du cycle.

Sécheresse cutanée : en général deux capsules par jour pendant 6 semaines, à renouveler. Ne pas utiliser pendant la grossesse.

 

PENSÉE SAUVAGE

 Viola tricolor L.

Partie utilisée : la partie aérienne 

Fleur modeste

Dans la symbolique médiévale, c’est la « leur de la Trinité », par allusion à ses trois couleurs (or pour le Père, blanc pour le Fils, violet pour le Saint-Esprit). De la même famille que la Violette, la Pensée sauvage a toujours été réputée pour ses effets bénéfiques sur les peaux grasses.

Astringente et dépurative

L’usage traditionnel de la Pensée sauvage se justifie par la présence de tanins astringents qui contribuent à freiner la production de sébum. La plante a aussi une bonne activité dépurative au niveau cutané.

En association, les extraits de Bardane et de Pensée sauvage, complètent leurs effets.

Pour la pureté du teint

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau. Signe d’efficacité, l’apparition de boutons peut être observée en début de cure.

Réservé à l’adulte. Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante.

 
 

  GATTILIER

Vitex agnus-castus L.
Partie utilisée : le fruit

 

Une très ancienne réputation

Répandu dans les régions méditerranéennes, le Gattilier est un bel arbuste aromatique, porteur de hampes florales mauves. Les fruits ressemblent à des grains de poivre. Les auteurs anciens, d’Hippocrate à Dioscoride, s’accordaient à lui attribuer des vertus anaphrodisiaques sur la gent masculine. Cette réputation explique le nom latin agnus-castus « agneau chaste ».

Activité hormonale

Le Gattilier exerce une action lutéotrope (sur le corps jaune),, intervenant ainsi dans le cycle menstruel ; il a aussi une influence sur la sécrétion hormonale qui gouverne la lactation. La plante est traditionnellement utilisée en cas de règles douloureuses. Des études menées en Allemagne confirment son efficacité sur les désagréments au cours du cycle (troubles prémenstruels), notamment en cas de sensations douloureuses des seins.

Se sentir mieux

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte. Ne pas utiliser pendant la grossesse et l’allaitement. Demander l’avis du médecin.

 

  BARDANE

Arctium lappa L.
Partie utilisée : la racine

 

 

Une plante de campagne

Poussant au bord des chemins de campagne, les grands pieds de Bardane font la joie des enfants, qui s’amusent avec les « gratterons » ; ces fruits hérissés de crochets, en s’accrochant aux passants humains ou animaux, permettent à la plante de disséminer ses semences. 

L’usage de la Bardane dans le traitement des affections de la peau, remonte à plusieurs siècles.

Activité détoxifiante et antibactérienne

On utilise actuellement la Bardane comme soin traditionnel en cas « d’acné modérée ». Par son rôle de draineur du foie et des reins, elle nettoie l’organisme des toxines qui contribuent à l’apparition des boutons. De plus, la racine de Bardane apporte des actifs antibactériens et antifongiques, ce qui aide à assainir la peau. On la conseille également pour les problèmes de peau grasse, en association avec la Pensée sauvage.

Contre les problèmes de peau

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau. Réservé à l’adulte. Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante.

Maux féminins et phytothérapie

. Règles douloureuses :

Le traitement fait appel à des plantes de type « phyto-progestagène ». La plus connue est le Gattilier.

. Bouffées de chaleur :

La phytothérapie intervient à l’aide d’espèces « phyto-oestrogènes »,, comme le Soja, ou « phyto-progestagènes », comme le Gattilier. Les plantes veinotoniques et calmantes sont aussi leur utilité. Attention, les plantes à effet hormonal peuvent être contre-indiquées. Un conseil médical est indispensable.

 

Sources : P. Fabre Phytothérapie.

Source : Dr A. Schnebelen, gynécologue phytothérapeute, magazine plantes et médecines n° 22.

Vous trouverez tous ces produits en Pharmacies et Parapharmacies. Je recommande vivement d’utiliser l’huile de bourrache pour ses vertus immédiates sur la peau. L’épiderme devient plus souple. Ménagez-vous une cure de bien-être.

 
 
 
 
 
 
 

Image parS. Hermann & F. Richter de Pixabay

Plantes et confort urinaire, bruyère, canneberge, courge, busserole

Les Huiles essentielles pour le traitement des maladies urinaires

Prostate
Cystite
Conseils naturopathiques
Hygiène de vie

BON A SAVOIR

Busserole et Canneberge

La connaissance des plantes médicinales se serait diffusée en Occident à l’époque médiévale, par le biais de la civilisation arabe, qui l’avait héritée des Grecs.
Les plantes capables de soulager les affections urinaires sont signalées dans d’anciens traités médicaux.
François Rabelais, en tant que médecin, connaissait les bienfaits de la Busserole sur les maux de reins et de vessie et l’École de médecine de Montpellier la recommandait pour dissoudre les calculs. Par contre, la Canneberge, n’est utilisée dans cette indication que depuis les années 1930.

Confort urinaire

Pour obtenir un confort urinaire,  les solutions d’origine naturelle sont toujours les meilleures.

Plantes concernées :

– En cure d’attaque : Busserole + Bruyère, pendant une semaine.
– D’entretien : Bruyère, pendant deux semaines.
– Préventive : Canneberge, pendant trois mois, à renouveler régulièrement.

Liste non exhaustive des principales plantes pour soulager les troubles urinaires

BRUYÈRE

Erica cinerea L.

Partie utilisée : la fleur

Fleur de mélancolie

Typiques des paysages de landes, les bruyères composent de somptueux tapis, de la fin de l’été jusqu’au seuil de l’hiver. Dans le langage symbolique, la fleur de bruyère évoque « la rêverie solitaire ». Symbolique d’un poème de Victor Hugo dans lequel il porte sur la tombe de sa fille « un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur ».

Des vertus assainissantes et diurétiques

Connues de tous temps, les propriétés de la Bruyère se vérifient à la lumière des connaissances actuelles. Dotée d’un fort pouvoir diurétique, la Bruyère favorise l’élimination des urines chargées de toxines, d’où son utilité lors des inflammations aiguës bénignes de l’appareil urinaire.

Pour le soulagement de l’inconfort urinaire

Conseil d’utilisation :

en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

  CANNEBERGE

Vaccinium macrocarpon Aiton

Partie utilisée : le fruit

La « Cranberry » d’outre-Atlantique

Abondante dans les tourbières de l’Amérique du Nord, la Canneberge ou « Cranberry » est maintenant cultivée à grande échelle. Malgré leur extrême acidité, plus de 200 000 tonnes de baies sont consommées chaque année aux Etats-unis et au Canada, sous forme de boissons et de préparations culinaires. Leurs propriétés médicinales étaient déjà connues des Amérindiens.

Une voie d’action « originale »

Ceci a été confirmé par de nombreuses études cliniques, l’effet antibactérien de la Canneberge reste incomplètement élucidé. Il semble que certaines molécules de la plante inhibent les adhésines sécrétées par les bactéries, les empêchant ainsi de se fixer aux parois des voies urinaires. L’extrait concentré de Canneberge est donc tout indiqué pour prévenir les crises et éviter le désagrément des troubles urinaires à répétition.

Se protéger

Conseil d’utilisation :

pour éviter les récidives, en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

HUILE DE PÉPINS DE COURGE

Cucurbita pepo L.

Partie utilisée : la graine

Une plante curieuse

La Courge fait partie de la famille des Cucurbitacées, qui rassemble bon nombre de légumes aux rondeurs sympathiques, tous issus des plants ramenés par les Conquistadors. Aux qualités nutritives de la chair, s’ajoutent les vertus médicinales de la semence. Longtemps utilisée comme antiparasitaire (contre le ténia), la Courge intéresse actuellement les chercheurs dans la lutte contre le sida.

Action modératrice sur la prostate

Les phytostérols présents dans la graine ont montré leur activité modératrice sur le fonctionnement de la prostate. L’huile de pépins de Courge contribue ainsi à soulager l’inconfort de la vessie et à faciliter la miction chez les hommes, lorsque celle-ci est gênée par un développement sans gravité de la prostate.

Pour le confort urinaire masculin

Conseil d’utilisation :

En général 1 capsule matin, midi et soir, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

La cure peut être suivie en continu, sur avis médical.

BUSSEROLE

 Arctostaphylos uva-ursi L.

Partie utilisée : la feuille

Une plante de montagne

Commune dans les montagnes d’Europe, la Busserole est un arbrisseau toujours vert, dont les baies écarlates passent pour attirer les ours, d’où son nom latin uva ursi, raisin d’ours.

Une plante antiseptique

La feuille de Busserolle est particulièrement riche en arbutoside, qui se transforme en hydroquinone, remarquablement efficace contre les germes infectieux. Son action bien ciblée contribue à assainir les voies urinaires, notamment en cas de cystite simple.

Un traitement complémentaire des troubles urinaires bénins

Conseil d’utilisation :

en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

En cas de crise :

6 gélules par jour pendant 2 jours, puis 2 par jour pendant 5 jours.

A noter :

l’efficacité de la Busserole est liée à l’alcalinité des urines ; pour éviter de les acidifier, manger très peu de viande et d’agrumes, ou prendre un peu de bicarbonate de soude.

Ne pas utiliser pendant la grossesse et l’allaitement. Ne pas dépasser 5 cures par an.

CONSEILS DU PHYTOTHÉRAPEUTE POUR TRAITER LA PROSTATE ET LA CYSTITE SIMPLE

PROSTATE :

Après 50 ans, les hommes sont nombreux à éprouver des difficultés au moment d’uriner. Ces problèmes sont liés à la présence autour de l’urètre d’une petite glande, la prostate, dont le volume tend à augmenter. C’est ce que l’on appelle l’adénome bénin de la prostate. Cette hypertrophie sans gravité a pour conséquence de perturber la fonction urinaire, de façon variable selon les personnes. Si la gène devient trop importante, le médecin peut proposer un traitement puis éventuellement une petite intervention.

Penser à demander un contrôle régulier

Cependant, il ne faut pas négliger l’éventualité d’un cancer de la prostate. Ce type de tumeur se soigne facilement, si la maladie est prise à son début. C’est pourquoi, il est recommandé de faire pratiquer un dépistage systématique au moins tous les deux ans.

Source : Dr Bruel, magazine Plantes&Médecines

CYSTITE SIMPLE :

Les signes qui ne trompent pas :

– Sensation de lourdeur dans la vessie, démangeaisons et picotements, envies d’uriner fréquentes, fatigue, ces symptômes signalent une contamination de la vessie. La présence de germes, le plus souvent d’origine intestinale (colibacilles), peut entraîner une inflammation plus ou moins douloureuse, la cystite.

– Très courant chez les femmes, ce trouble urinaire est généralement bénin, mais à prendre au sérieux. En effet, le risque existe de développer une infection plus grave qui menacerait les reins. Si l’inconfort s’accompagne de fièvre, de brûlures et/ou de douleurs, si les urines se troublent, il est impératif de consulter tout de suite le médecin.

– De plus, la cystite a tendance à récidiver.

Pour éviter le retour de ce symptôme irritant, il existe des solutions pour se protéger :

– Boire chaque jour 1,5 l d’eau, voire plus pendant une canicule ou un voyage en avion.
– Aller aux toilettes dès que l’envie se fait sentir.
– Toujours uriner après un rapport sexuel.
– Matin et soir, procéder avec soin à la toilette intime, à l’aide d’un savon sur-gras.
– Éviter la constipation,, même occasionnelle.
– Éviter de fumer.
– Apprendre à gérer le stress quotidien.
– Faire des cures régulières d’extrait de Canneberge.

  Source : Dr Arnal-Schnebelen, magazine Plantes & Médecines

***

CONSEILS NATUROPATHIQUES POUR L’INSUFFISANCE RÉNALE

– Diminuer très fortement, en quantité et en fréquence, viandes et poissons (à peine 100 g par semaine dans les cas très graves). Suppression totale des charcuteries, des conserves.
– Adopter une alimentation complète, biologique, avec beaucoup de crudités végétales qu’il faudra mastiquer lentement; un peu de fromage non fermenté, quelques fruits, et des crustacés.
– Suppression totale de tous les poisons : vin, café, thé, alcool. Se rappeler que le thé contient deux fois plus de purines que le café !
– Les escapades seront exceptionnelles : seulement les jours de fête.
– Boire de l’eau très faiblement minéralisée : Mont-Roucous, Volvic.
– Éviter totalement tous les aliments raffinés : pain blanc, sucre blanc… et ceux trop riches en purines légumineuses (lentilles, pois).
– Ne pas oublier de consommer des fruits au repas exclusif vers 17H.
– Suppression totale du lait « boisson ».

Schéma d’alimentation

Le matin :
– Une boisson au choix : soupe de légumes crus épaisse ou un verre de jus de légumes crus, seul.
– Plus éventuellement : tisane d’aubier de tilleul ou queues de cerises, ou fleurs de bruyère, ou malt ou chicorée, ou un verre d’eau de Volvic.
– Pain complet sans sel plus beurre biologique ou œuf coque, ou biscottes sans sel.

Le Midi :
– Crudités variées (très peu ou pas du tout de tomate), assaisonnées avec de l’huile de première pression à froid. Très peu de vinaigre, aromate, plus pommes de terre à l’eau ou cuites au four, avec deux œufs coque ou durs ou omelette ou céréales complètes variées, plus soja ou fromage ou laitage et quelquefois poisson.
Très rarement 100 g de viande ou quelques noix, plus biscotte ou pain sans sel.

17 heures :
– 1 fruit de saison et du pays.

Le Soir :
– Repas végétarien plus léger.

Les boissons :
– Volvic, Mont-Roucous. Très peu de sel de régime.

CONSEILS D’HYGIÈNE DE VIE

– Masser la zone des reins matin et soir avec des complexes d’huiles essentielles diluées dans de l’huile d’amande douce.
– Cataplasme d’argile sur les reins à garder trois heures et à faire trois fois par semaine.
– Éviter tous les vêtements synthétiques qui empêchent la peau de respirer et d’éliminer.
– Faire des exercices respiratoires avec des rétentions à poumons vides et poumons pleins.
– Si l’on peut, faire transpirer la peau par des exercices.

Sources : familiales


Vous trouverez ces gélules ou poudres de plantes en Pharmacies et Parapharmacies. Il vous est possible d’alterner ces traitements aux gélules avec celui des huiles essentielles (si elles existent) des plantes indiquées pour le sommeil. Vous les utiliserez alors en applications le long de la colonne vertébrale. Ou bien encore vous les consommerez, pour certaines, sous forme d’infusions.

Sources : P. Fabre Phytothérapie.
@ Photographies prises sur Internet. Contact.

Image parmohamed Hassan de Pixabay

Utilisation des Huiles essentielles en dermatoses

 

« Il ne suffit pas, écrivait M. HUERRE, de juxtaposer les éléments chimiques principaux dont l’analyse nous décèle la présence dans un suc végétal pour obtenir un produit d’une activité thérapeutique comparable à celle du suc naturel ».

Nous pourrions, à l’appui de cette assertion, citer de multiples exemples. Il faut juste relater cette curieuse observation, des plus symptomatiques, due à M. V.


 "Un malade, affecté d'une fistule - et qui redoutait fort l'intervention - fut traité par des instillations d'essence de lavande naturelle et pure. La guérison s'amorçait lorsque le patient dut entreprendre un voyage. 
 
Ayant oublié chez lui son essence de lavande, il s'en procura chez un pharmacien. L'essence n'était, hélas ! ni naturelle, ni pure. Une seule instillation entraîna des désordres inflammatoires douloureux tels que l'intéressé ne put s'asseoir pendant plus de 15 jours. "

DERMATOSES

Beaucoup de dermatoses et de troubles variés (nervosisme, vertiges…) proviennent de l’usage de certains parfums ou eaux de Cologne préparés à l’aide d’essences synthétiques employées en raison de leur bas prix.
Ces essences – il faut le savoir et les dermatologues ne l’ignorent pas – sont souvent irritantes pour la peau.
De nombreux malades, par ailleurs, doivent leurs troubles à l’utilisation d’eaux de Cologne de mauvaise qualité, dont les propriétés stupéfiantes, convulsivantes ou allergisantes sont parfaitement connues.
De nombreux hygiénistes en ont déterminé un exemple authentique sur eux-mêmes.
 

La qualité des huiles essentielles

 
Elle dépend de nombreuses causes parmi lesquelles le procédé d’obtention, l’état de maturation et de conservation de la substance, sa provenance.
Il existe des « crus » d’essences : cannelle de Ceylan, verveine des Indes, thym de la Réunion … Le rendement peut varier de 1 à 10. C’est dire que la qualité des huiles essentielles – comme en toutes choses – doit obligatoirement se payer.
A titre documentaire, voici, pour quelques essences aromatiques, les quantités moyennes fournies par 100 kg de plantes :

- Absinthe :  300 à 400 gr
- Eucalyptus :  3 kg
- Genièvre :  0,500 gr à 1 kg 200
- Hysope :  400 gr
- Lavande :  2 kg 900
- Persil (herbe) :  300 gr
- Sauge :  1 kg 400 à 1 kg 700
- Thym (herbe) :  200 gr
- Valériane (racine) :  950 gr
- Ylang-Ylang (fleurs) :  1 kg 600 à 2 kg

Il faut ajouter enfin que les huiles essentielles sont souvent falsifiées par de l’alcool, des huiles fixes, des huiles essentielles de moindre valeur, certains esters de synthèse, voire même du savon animal et de la gélatine.

Mais il existe de nombreux procédés permettant généralement de le reconnaître.

Pour en terminer avec ces notions physico-chimiques, il convient de mentionner que la conservation des essences exige des flacons bien bouchés, leur maintien à l’abri de l’air et de la lumière (verres colorés).

Il importe, en effet, d’éviter leur oxydation, leur polymérisation, leur résinification que chacun a été à même d’observer lorsque ces précautions n’étaient pas respectées.

Image parMarina Pershina de Pixabay

Vigne, raisin, jus de raisin, extrait de vigne, huile de pépins de raisins

ORIGINE

 
La vigne est l’une des plantes qui nous est le plus utile. Elle est originaire de la Turquie d’Asie ou de la Perse. Elle est cultivée essentiellement dans la région méditerranéenne depuis l’Asie mineure jusqu’en Espagne.

 

 
 

Le raisin est bon pour la santé, priorité donc à table en cette période où les devantures étalent leurs grappes de raisins blancs, rouges, noirs, muscats et plus.

LA VIGNE

 
Vitis vinifera
L. (Ampélidacées)
 
 

 

LES FEUILLES DE VIGNE

 

Les feuilles et les fruits desséchés de la vigne sont utilisés en substances médicinales Selon C. Neubaeur : / Récoltées en juin, les feuilles de vigne contiennent : – de l’acide tartrique, bitartrate de K., quercétine, quercitrin, tanin, amidon, acide malique, gomme, inosite, du sucre qui fermente mais ne cristallise pas, oxalate, phosphate et sulfate de calcium, / Récoltées en automne les feuilles contiennent beaucoup plus de quercétine et seulement des traces de quercitrin ; on n’y retrouve pas l’inosite ni acide malique.

Atouts

 

Stimulantes


Les feuilles de vigne rouges, colorées par les anthocyanes, riches en tanin, sont employées dans la médecine comme fortifiantes, et pour prévenir les accidents de la ménopause chez les femmes.

Contre les conjonctivites

 

Lorsqu’on taille la vigne vers la fin d’avril, il s’écoule des rameaux une sève abondante, limpide, appelées Pleurs de la vigne. Les médecins l’employaient jadis contre les affections cutanées. Aujourd’hui il ne s’agit plus que d’un remède contre les affections inflammatoires de l’œil.

 

LE FRUIT OU RAISIN

 
 
 

Lutter contre l’obésité


Uva des Latins avant sa maturité, il porte le nom de verjus ; sa saveur est alors astringente. Le suc de verjus a été et est encore quelquefois employé comme acide et diurétique. On fait un sirop de verjus employé pour combattre l’obésité.

AdoucissantEn bromatologie, le raisin mûr en fait partie, mais il sert quelquefois en médecine comme émollient, contre la toux, lorsqu’il a été desséché au soleil.

Différentes variétés de raisins

Les gros raisins secs ou :

 
Raisins de Smyrne ou de Damas, lorsqu’ils sont gros comme de petites prunes, allongés, comprimés, ridés et d’un jaune bleuâtre ; – Raisins de France, de Marseille ou de Provence, d’Espagne ou de Malaga, lorsqu’ils sont plus petits et plus brunâtres. – Les raisins de Corinthe (uva groecula, passuloe minores) : Ceux-ci sont noirs, gros comme des lentilles, sans pépins apparents et très ridés. Ils deviennent facilement la proie des insectes.

 

Vertus :

 

Pectorales,

ils font partie des quatre fruits pectoraux.

– Soigner l’angine,

– Le décocté de raisins secs est employé en gargarisme

Soigner la gravelle, 

– (calculs rénaux, lithiase), la goutte, les affections cardio-rénales, l’obésité en faisant une cure de raisins frais à raison de 500 à 4 000 g par jour.

 

 

LE JUS DE RAISIN

 

 

BIENFAITS

 
 

Valeur énergétique : 900 calories/litre Il s’agit d’une boisson énergétique, alcalinisante, faiblement minéralisée, achlorurée et hypoazotée.

  1. Le jus de raisin est obtenu par expression des fruits non suivie de fermentation. Sa composition est variable avec le cépage et le degré de maturité. Il contient des sucres, de l’eau, des tartrate, malate et phosphate acides de K, Ca, Mg, des matières pectiques et azotées, des diastases, des ferments, etc.
  2. Il contient aussi les vitamines (en mg/l) : Thiamine, riboflavine, acide pantothénique, nicotinamide, pyridoxine, biotine, mésoinositol, acide ascorbique.

 

Bon à savoir : Le jus de raisin est dix fois moins riche en acide ascorbique que le jus de pommes ou de pêches, et 100 fois moins que les jus de cassis.

 

PROPRIETES

 

– Action diurétique. – Convient aux arthritiques, pour les maladies du rein et les cardio-rénaux, les personnes en surpoids. – Efficace dans le traitement de la dyspepsie, du spasme du pylore, et de diverses affections du foie. – Il peut convenir aux nourrissons au-dessus de 3 mois.

 

CONSOMMATION

 

Pour les adultes :

  • La dose quotidienne varie d’un à trois verres (200 ml). Les 2/3 du jus de raisin devant être absorbés le matin à jeun, et le reste à 17 h.
  • Pour les jeunes enfants, les doses seront de 30 à 50 ml par jour sous forme de jus pur ou coupé d’eau bouillie.
  •  

 

L’EXTRAIT DE VIGNE

 
 

Peut être employé comme astringent, diurétique, nervin (agissant sur les nerfs), antispasmodique et contre les taches de rousseur. Il est préparé en évaporation du suc exprimé des jeunes bourgeons de la vigne, reprenant deux fois l’extrait par l’alcool.

 

L’HUILE DE PEPINS DE RAISIN

 


Une huile précieuse en diététique

 

Première utilisation

Suivant la variété des cépages et des terrains où pousse la vigne, les pépins de raisin donnent, épuisés par un solvant, un certain pourcentage d’une huile jaune, brunâtre ou verdâtre, visqueuse, qui durant la dernière guerre a été employée pour fabriquer de la peinture, du mastic, du savon et comme lubrifiant.

La plus digeste des huiles

Après raffinage de cette huile, on a obtenu un produit liquide, jaune, comestible. A partir de pépins de raisin et par extraction par pression, on obtient actuellement une huile de table et de cuisson très estimée, de goût agréable.

Un indice d’iode élevé

Cette huile, particulièrement riche en acide linoléique, contient 30/33 % d’ac. oléique, 8/9 % d’acide palmitique et moins de 1 % d’acide stéarique. Étant riche en tocophérols, elle ne rancit pas. Elle a pris un grand essor dans les régions du Gard et de l’Hérault. Au même titre que les huiles de tournesol et de germes de maïs, l’huile de pépins de raisin diminue d’une façon importante le dosage du cholestérol dans le sang.

 

 

CURES

 

La vinothérapie

 

Il existe des programmes de soins exclusifs dans des environnements privilégiés. Ces soins conjuguent les vertus d’une eau de source, riche en minéraux et oligo-éléments, aux bienfaits reconnus de la vigne et du raisin. Les soins sont prodigués par des vinothérapeutes à base des produits aux propriétés anti-oxydantes et anti-âge. Les Sources de Caudalie représentent un endroit charmant en Gironde pour bénéficier des bienfaits du raisin.

 

 

LE VIN

 
 

A savoir : Le vin est le produit résultant exclusivement de la fermentation alcoolique du raisin frais ou du jus de raisin frais. L’addition même en quantité minime, d’un autre jus sucré, d’une substance aromatique ou de tout produit autre que les substances autorisées par la loi, fait donc perdre le droit à cette appellation au produit ainsi obtenu.

 

Toutefois, dans cet article il ne sera pas abordé le thème de la vinification ni de la préparation des vins, espace réservé exclusivement aux professionnels de la viticulture.

 

 

 
 

Image parJill Wellington de Pixabay

Précis de phytothérapie : Plantes et vitalité

Baisse de tonus ?

On refait le plein d’énergie ! Éviter les « faux amis » – café, alcool, tabac… ces excitants ne peuvent que masquer la fatigue. En revanche, préférer des actifs d’origine naturelle connus pour leur aptitude à restaurer l’énergie. Alors pour entretenir la vitalité, on puise à volonté dans les forces de la nature

PLANTES ET VITALITÉ

FENUGREC

  

 

Trigonella foenum-graecum L.

Partie utilisée : la graine

 

   

Graine de richesse

 

Originaire d’Asie mineure, le Fenugrec est une plante voisine des fèves conservant une odeur tenace. On la cultive pour ses graines, d’une grande qualité nutritive ; elles sont très riches en glucides, protides et sels minéraux (calcium, magnésium, phosphore).
Stimulant de l’appétit

 

Le Fenugrec a pour effet de stimuler les fonctions digestives et de favoriser l’assimilation des aliments. Ses propriétés apéritives le rendent précieux en cas de manque d’appétit et d’amaigrissement.
On le recommande en particulier aux convalescents et aux personnes âgées.
Des études en cours pourraient confirmer son rôle dans la régulation de la glycémie et contre l’excès de triglycérides dans le sang.
Pour reprendre la forme

 

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules par jour, matin et soir, avec un grand verre d’eau. Déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes.

KOLA

 

 

 Cola nitida (Vent.) Schott & Endl.

Partie utilisée : la graine

  

Le fortifiant des Africains

 

Cultivé en Afrique équatoriale, le Kolatier produit de grosses graines, appelées « noix de Kola ». Dans les plantations, les noix sont mâchées fraîches par les Africains, pour soutenir leurs forces avant un effort prolongé.

 

Stimulant physique et intellectuel

 

La noix de Kola doit ses propriétés stimulantes  sa forte teneur en caféine, dont les effets sur le système nerveux central sont bien connus. La présence de tanins permet de faire durer l’action de la caféine, tout en évitant ses effets indésirables.
L’extrait de kola est recommandé en cas d’asthénie fonctionnelle passagère, pour son effet « coup de fouet ».
  
Pour faciliter l’effort

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et midi avec un verre d’eau. Réservé à l’adulte.

GINSENG (1)

   

Panax ginseng C.A. Meyer.

Partie utilisée : la racine

  

Une réputation millénaire
Dans la Chine ancienne, le Ginseng était réservé aux castes supérieures. On lui prêtait le pouvoir de conserver la jeunesse. Sa réputation, répandue dans toute l’Asie, a gagné l’Occident au XVIIIè siècle.
Il faut 4 à 6 ans avant de récolter la racine ; séchée, celle-ci est blanche ; ébouillantée, elle devient rouge.

 

Action de fond sur l’organisme

 

Les études récentes ont confirmé les remarquables propriétés du Ginseng. Ses actifs spécifiques, les ginsénosides, améliorent les échanges énergétiques, augmentent l’oxygénation des cellules et favorisent la synthèse des neuromédiateurs. D’où ses effets bénéfiques sur la résistance physique et l’énergie sexuelle, comme sur les performances intellectuelles.
Excellent adaptogène, le Ginseng est tout indiqué pour aider à combattre les effets du stress.
  
Le tonique par excellence

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir avec un verre d’eau. Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse. Ne pas dépasser 3 mois de cure en continu.
 

GELÉE ROYALE

 

 

 

Production de l’Abeille Apis mellifica L.

 

 

Substance rare et précieuse

 

Élaborée par les abeilles ouvrières, cette gelée d’un blanc nacré est la nourriture exclusive de la reine, qui bénéficie d’une longévité extraordinaire, bien qu’elle se consacre jour et nuit à la reproduction.
Depuis cette découverte, au milieu du XXème siècle, les apiculteurs prélèvent dans chaque ruche une petite part de ce produit précieux.
Un reconstituant « royal »

 

 La Gelée royale apporte des vitamines du groupe B, des sels minéraux et des oligo-éléments, ainsi que des acides aminés et des acides gras insaturés : un cocktail nutritif éminemment reconstituant ! une cure de Gelée Royale aide l’organisme  réserver son énergie vitale et à se défendre contre les agressions, en particulier en période hivernale.
Pour reprendre des forces

 

 

La Gelée royale est recommandée à tout âge (à partir de 6 ans), en cures régulières.
Conseil d’utilisation : en général 2 gélules matin et soir, avec un verre d’eau.

 

Déconseillée en cas d’allergie au pollen ; elle peut être remplacée par de la Levure de bière.

Vous aimerez aussi : Pollen et gelée royale

 
   

CYNORRHODON (3)

 

 

Eglantier Rosa canina L.

Partie utilisée : le fruit

Source de vitamine C
Le Cynorrhodon se reconnaît à la couleur rouge vif qui égaie les boussons d’Églantier dès l’automne.
C’est l’une des meilleures sources naturelles de vitamine C, loin devant l’orange, le citron et le kiwi.
Remède naturel contre l’asthénie (2)
La vitamine C intervient dans presque toutes les réactions chimiques de l’organisme. Elle favorise notamment l’absorption intestinale du fer. C’est un puissant anti-oxydant qui s’oppose à la formation de radicaux libres destructeurs. Elle a aussi un rôle important dans la protection contre les affections hivernales. Malheureusement, elle se détruit à l’air et à la chaleur.
  
Idéal avant l’hiver
La prise d’un extrait de Cynorrhodon garantit un apport important en vitamine C : elle est recommandée à tout âge (à partir de 6 ans).
Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et midi, avec un verre d’eau.
 

ELEUTHÉROCOQUE

 

Eleutherococcus senticosus

(Rupr. & Maxim) Maxim.

Partie utilisée : la racine

Une découverte russe

 

L’Eleuthérocoque, ou « buisson du Diable », pousse aux confins de la Chine et de la Russie. Ses tiges sont armées d’épines acérées qui rendent malaisée la récolte. C’est dans sa racine que les médecins russes ont découvert des actifs aux remarquables propriétés.

 

Meilleure résistance au stress

 

 
L’Eleuthérocoque agit comme stimulant du système nerveux central, des glandes surrénales et du système immunitaire.
Ses propriétés adaptogènes sont conseillées pour combattre le stress.
On l’utilise notamment pour aider l’organisme à résister à l’effort physique et intellectuel, au froid, aux tensions nerveuses… De plus, la plante aide à se défendre contre les agressions virales.
  
En cas de surmenage

 

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules par jour, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte
 

LEVURE DE BIÈRE

  

Saccharomyces cerevisiae

Haute valeur nutritionnelle

 

Ce champignon microscopique participe depuis des siècles à la fermentation de la bière. C’est un complément alimentaire de grande valeur, très riche en acides aminés, protéines et vitamines du groupe B. C’est aussi une source de minéraux reconnues : fer, phosphore, potassium. Son goût particulier fait que l’on préfère souvent la consommer en gélules.
Visiblement revitalisante

 

La cure de Levure de bière permet d’augmenter la résistance à la fatigue. Ses composants spécifiques sont connus pour redonner de l’éclat à la peau, de la solidité aux ongles, de la vigueur aux cheveux.
Lyophilisée, la Levure de bière est intacte, prête à reprendre vie. Elle contribue ainsi à rééquilibrer la flore bactérienne, notamment après une infection intestinale ou un traitement antibiotique.
Pour des bienfaits multiples

 

Conseils d’utilisation : en général 2 gélules matin et soir, avec un verre d’eau.
Chez l’enfant de plus de 6 ans : prendre 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.
Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.
 

GINGEMBRE (4)

 

 

Zingiber officinale Roscoe

Partie utilisée : le rhizome

  
Une épice puissante

 

En poudre ou confit, le Gingembre est apprécié depuis longtemps pour son arôme camphré et sa saveur puissante. C’est le rhizome séché que l’on utilise. La plante est cultivée en Inde, en Chine et à la Jamaïque. Ses fleurs très colorées étant stériles, on ne peut la reproduire que par division du rhizome, ce qui lui confère encore plus de valeur.
Dynamisant et calmant

 

Réputé pour son action stimulante sur le tonus sexuel, le Gingembre est reconnu pour son efficacité sur les troubles digestifs. Par son action sédative sur la muqueuse de l’estomac, il contribue à réduire les nausées, les vomissements et autres désagréments du mal des transports.
En voiture, en bateau ou en avion

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et midi avec un verre d’eau. En prévision d’un voyage : en général 2 gélules la veille ; 1 gélule le matin et 1 au départ.

 

(1) Le Ginseng est cultivé dans les pays d’Asie. Pour éviter tout risque de fraude, la collecte ne doit se faire qu’auprès de partenaires fiables. En principe, les professionnels font mention qu’à l’arrivage, les lots de racines sont soumis au contrôle botanique et leur teneur en actifs est vérifiée.

Le conseil du phytothérapeute : Dix jours de cure de ginseng en gélules sont nécessaires avant de ressentir l’action en profondeur du Ginseng. Pour retrouver plus vite son tonus, on peut associer de l’extrait de Kola. Il faut ajouter le Cynorrhodon en période de convalescence ou pendant l’hiver. Attention, la fatigue peut être le symptôme d’une maladie cachée. Si elle persiste, il est nécessaire de consulter son médecin.

 

(2) Qu’est-ce que l’asthénie ? La fatigue est une réaction normale de l’organisme après un effort ; elle se dissipe après un certain temps de récupération. En revanche, l’asthénie n’est pas directement liée à l’activité et ne disparaît pas au repos. L’asthénie fonctionnelle s’installe lorsque l’organisme subit un surmenage physique et/ou intellectuel. Parmi les causes les plus fréquentes : le stress de la vie citadine, les difficultés professionnelles et familiales, les examens, les maladies infectieuses, le vieillissement.

 

(3) Les Cynorrhodons renferment des poils urticants, d’où leur nom familier de « gratte-cul ». Malgré cet inconvénient, nos grand-mères les décortiquaient avec patience pour les transformer en sirops fortifiants et en confitures délicieuses.

Le conseil du phytothérapeute : L’alimentation actuelle néglige souvent fruits et légumes crus, surtout en hiver. Or vos besoins en vitamine C peuvent être supérieurs à la moyenne si vous pratiquez un sport de façon intense, si vous êtes soumis à un stress important ou si vous fumez. A titre protecteur, vous pouvez prévoir une cure de 2 semaines à l’entrée de l’hiver. En cas de baisse de forme, faites une cure de 10 jours minimum, jusqu’au retour du tonus.

 

(4) Le gingembre : adopté par la NASA, contre le mal de l’espace. Comme la plupart des plantes médicinales, le Gingembre agit sans provoquer d’effets indésirables, tels que somnolence et difficulté de concentration. On peut ainsi apaiser ses troubles tout en gardant l’esprit clair. Un atout primordial pour des spationautes en mission. C’est la raison pour laquelle les responsables des vols de la NASA ont inclus le Gingembre dans la pharmacie de bord. En cas de nausées lors du retour sur terre, les hommes de l’espace ne risqueront pas de s’endormir aux commandes…

 

 

Sources :
Photographies : Flick par l’intermédiaire de la plateforme Blogorama,
Phytothérapie : P. Fabre
Sources : P. Fabre Phytothérapie.

 

Image parIva Balk de Pixabay

Les huiles en phytothérapie

Soins avec les poudres de plantes

5 principales

 

L’huile d’onagre

Elle est extraite des graines de la primevère du soir.
Elle est riche en acide linoléïque et gamma linolénique (vitamine F)

 Oenothera Biennis

 

PARTIE UTILISÉE
 

– l’huile extraite de la graine

400 mg/gélule

 

      HUILE D’ONAGRE  
POSOLOGIE CONSEILLÉE :

3 gélules le matin,
2 le soir,
– Problèmes féminins : pendant la seconde moitié du cycle féminin
– Peau : en cure de 20 jours renouvelables

PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES :
 

– Apport des précurseurs des prostaglandines de la série 1.

INDICATIONS TRADITIONNELLES :
 

– Problèmes hormonaux : troubles prémenstruels, ménopause, frigidité, impuissance
– Peau : souplesse et élasticité de la peau, anti-ride.
– Constipation occasionnelle


L’huile de ricin

Extraite de la graine décortiquée, l’huile de ricin est utilisée depuis des générations pour résoudre rapidement les problèmes occasionnels de transit intestinal. Elle permet également d’atténuer les taches de rousseur de la peau

 
Ricinus communis
 
PARTIE UTILISÉE :
L’huile extraite de la graine

500 mg/gélule

POSOLOGIE CONSEILLÉE :
 4 à 6 gélules le soir

. en cure 2 à 3 jours

 
PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES: 

– Laxatif

 

INDICATIONS TRADITIONNELLES :

– Constipation occasionnelle

 

 
 

 

L’huile d’olive

L’huile d’olive est extraite par première pression à froid. Traditionnellement, elle est utilisée pour faciliter l’élimination de la bile et désengorger le foie

 
Olea europaea drawn by William Miller from « The Botanical Cabinet » (London 1817-1833) plate 456

Olea europaea
 
PARTIE UTILISÉE :

l’huile extraite de l’olive
500 mg/gélule

 

   HUILE D’OLIVE
POSOLOGIE CONSEILLÉE :
 
4 à 6 gélules
le matin à jeun
 
PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES : 

– Troubles hépato-biliaires

INDICATIONS TRADITIONNELLES :

– Foie engorgé

– Digestion difficile

 

L’huile de germe de blé

L’huile de Germe de blé est un véritable produit-phare en phytothérapie

Cette huile est l’une des sources naturelles les plus riches en vitamine E, qui possède de remarquables propriétés anti-athéromateuses. Elle est employée pour régulariser le taux du bon cholestérol, le HDL. Ces propriétés sont encore renforcées par la présence de lécithine et d’acides gras insaturés

 
Triticum
 
PARTIE UTILISÉE :

l’huile extraite du germe

400 mg/capsule

 
   HUILE DE GERME DE BLÉ
POSOLOGIE CONSEILLÉE :
 

2 à 4 gélules par jour en 2 prises

PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES :

– Apport en vitamine E.

 

 
INDICATIONS TRADITIONNELLES : 

– Excès de cholestérol, prévention des effets de l’athérosclérose, artérite, troubles vasculaires de la circulation cérébrale chez le sujet âgé.

 

 
 

L’huile de bourrache

L’huile de Bourrache naturelle est extraite de la graine

Elle contient deux acides gras essentiels (vitamine F) :
– l’acide gamme linolénique et l’acide linoléïque dont les propriétés sont nombreuses en tant que précurseurs d’hormones tissulaires
– les prostaglandines de la série 1

 

Borago officinalis

La bourrache officinale

 
PARTIE UTILISÉE :
 

l’huile extraite de la graine

400 mg/gélule

HUILE DE BOURRACHE

 
POSOLOGIE CONSEILLÉE :

1 à 2 gélules

2 fois par jour

en usage interne ou externe

 
 
PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES :
 

– Apport d’acide gamma linolénique et d’acide linoléïque précurseurs des prostaglandines de la série 1.

 
 
INDICATIONS TRADITIONNELLES :

– Peau : régénérescence des tissus, souplesse et élasticité de la peau, antiride, vergetures, eczéma atopique du nourrisson.

– Vieillissement : lutte contre le vieillissement des tissus.

 
 

 

 

 

Sources :

Wikimedia Commons, Domaine Public aux Etats-Unis.

– Photographie : auteur : Hans Bernhard (Schnobby)

– Familiales
– Photographiques : Wikimedia Domaine Public
 
 
 
 
 
 
 
 

Image parPetra Göschel de Pixabay
Image parCouleur de Pixabay

Plantes et douleurs

Les atteintes articulaires sont liées à l’âge, mais aussi au mode de vie ; c’est la raison pour laquelle on en souffre de plus en plus jeune.

La phytothérapie intervient avec succès dans le soulagement des crises et dans la gestion longue durée des manifestations douloureuses.

Elle représente une alternative très intéressante pour celles et ceux qui décident de ne pas opter pour les anti-inflammatoires de synthèse car ils ne les supportent pas.

   

Quelles sont les origines des douleurs articulaires ?

  • La douleur passagère peut être d’origine traumatique (foulure, tendinite).
  • Les douleurs récurrentes et chroniques sont généralement liées à une maladie rhumatismale.
  • Si l’origine de la maladie est inflammatoire ou infectieuse, il s’agit d’arthrite. La goutte, d’origine métabolique, est due à un dépôt d’acide urique. 
  • L’affection la plus courante, l’arthrose, est liée à une dégénérescence du cartilage.
  • Seul un médecin est en mesure de diagnostiquer la maladie articulaire et d’en évaluer la gravité.

Plantes antidouleurs étudiées : Reine des près, Harpagophytum, Cassis feuille, Bambou, Ortie, Grande camomille.

 

REINE DES PRES

     Spirea ulmaria L. (Filipendula ulmaria (L.) Maxim.)

 Partie utilisée : la sommité fleurie

 L’aspirine végétale »Grande plante, abondante dans les prairies humides, la Reine des Près porte le nom savant de Spirée, d’où est tiré le mot « aspirine ».

Ses fleurs au parfum délicieux contiennent des dérivés salicylés, à l’origine de ses propriétés anti-douleurs. De nombreux bénéfices 

La Reine des près est traditionnellement conseillée pour favoriser l’apaisement des sensations douloureuses telles que les maux de tête, les maux de dents et les manifestations articulaires mineures, en particulier celles d’origine inflammatoire.
La Reine des Près possède en outre des propriétés fébrifuges qui la rendent intéressante dans les états grippaux avec fièvre et douleurs.
Contrairement à certains antalgiques de synthèse, souvent responsables d’effets indésirables au niveau digestif, la plante est parfaitement tolérée par l’organisme.

Pour un soulagement efficace

Conseil d’utilisation
en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte. Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante et en cas d’allergie aux salicylés.

HARPAGOPHYTUM

   Harpagophytum procumbens D.C.

Partie utilisée : la racine secondaire

   La découverte du XXe siècle. Cette plante, appelée « griffe du diable », vit en plein désert sud-africain. Elle n’a livré que récemment le secret de ses propriétés thérapeutiques. C’est en 1989 que l’Harpagophytum a été inscrit à la Pharmacopée française. 

 A utiliser pour les articulations 

Les actifs majeurs sont des iridoïdes (harpagoside, harpagide, procumbine), reconnus pour leur puissante activité anti-inflammatoire. Des études cliniques étendues ont prouvé l’efficacité de l’Harpagophytum dans le soulagement des manifestations articulaires douloureuses, d’origine rhumatismale (arthrose) ou traumatique (tendinites, foulures).

 Traitement de fond

Conseil d’utilisation
en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau., de préférence au cours du repas.
En période de crise : 6 gélules par jour les dix premiers jours, puis 2 gélules par jour.
Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement.

 

CASSIS FEUILLES

 

Ribes nigrum L.

Partie utilisée : la feuille

Des actifs récemment révélés

A côté du fruit dont les effets favorables sont connus depuis longtemps, sur la circulation, la feuille de Cassis a prouvé son intérêt dans le domaine des manifestations articulaires douloureuses, depuis les études pharmacologiques menées dans les années 1990. Propriétés : anti-inflammatoires

La richesse en polyphénols des feuilles et des bourgeons du Cassis est à sans doute à l’origine de ses propriétés anti-inflammatoires et anti-rhumatismales. L’extrait concentré de feuilles de Cassis aide à restaurer la souplesse et le bon fonctionnement des articulations.

Entretenir sa mobilité

Dans le cadre d’une cure d’entretien.Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.Réservé à l’adulte.

 

 

 

BAMBOU

 

Bambusa arundinacea L.

Partie utilisée : les jeunes pousses

Un végétal plein de minéral

La famille des Bambous compte plus de 1 300 espèces.

Le Bambou, épineux, variété que l’on utilise à des fins médicinales, se distingue par une exceptionnelle teneur en matières minérales. L’exsudat extrait des jeunes pousses constitue une véritable source naturelle de silice.

 Un apport bienfaisant

La silice participe à la solidité de la trame osseuse. L’apport minéral a également pour effet d’augmenter la résistance du tissu conjonctif, ce qui aide à prévenir la dégénérescence du cartilage, caractéristique de l’arthrose. L’extrait de Bambou contribue ainsi au confort des articulations.Soins des tissus osseux et cartilagineux Dans le cadre d’une cure d’entretien.Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

 

ORTIE

 

Urtica dioica L.

Partie utilisée : La feuille

Des qualités non négligeables

Tout jardinier ou promeneur champêtre garde le souvenir cuisant d’une rencontre inopinée avec des feuilles d’Ortie !

Leur pouvoir urticant disparaît toutefois par simple lavage à l’eau. On peut alors les consommer en potage ou mettre à profit leurs nombreuses propriétés médicinales.

 Apaisante et minéralisante

L’extrait de feuille d’Ortie est par tradition utilisé pour son effet apaisant sur les articulations douloureuses, en cas de goutte, mais aussi de tendinite et de foulure. De surcroît, sa richesse en sels minéraux (calcium, potassium, silicium, fer, magnésium) se révèle précieuse pour la bonne santé des os et des cartilages.

Confort articulaire

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé l’adulte

GRANDE CAMOMILLE

Chrysanthemium parthenium (L.) Bernh.

Partie utilisée : le capitule

 Activité anti-douleur

Espèce différente de la petite Camomille (utilisée pour blondir les cheveux) et de la Camomille romaine (conseillée en bains d’yeux), la Grande Camomille intéresse par ses actifs, en particulier le parthénolide présent dans les capitules floraux. 

Contre la migraine et les règles douloureuses

L’action apaisante de la grande Camomille sur les contractions des vaisseaux sanguins expliquerait son succès dans le soulagement des maux de tête et des douleurs menstruelles.La plante est bien tolérée par l’organisme. 

A utiliser en prévention 

Des études cliniques, conduites sur plusieurs mois, ont mis en évidence l’effet positif de la cure de Grande Camomille sur la fréquence et l’intensité des crises migraineuses.

Conseil d’utilisation 

en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.Réservé à l’adulte.

Contre-indiqué pendant la grossesse.

Les associations conseillées :

– Manifestations aiguës, Tendinites, foulures, goutte :

Harpagophytum + Ortie feuille

– Crises d’origine rhumatismales :

 Harpagophytum + Reine-des-prés

– Manifestations chroniques

– Avec déminéralisation :

Harpagophytum + Bambou ou Ortie

– Avec atteinte du cartilage :

Cassis + Bambou ou Ortie. 

Si les troubles persistent, il est indispensable de consulter un médecin.

Vous trouverez ces gélules ou poudres de plantes en Pharmacies et Parapharmacies. Il vous est possible d’alterner ces traitements aux gélules avec celui des huiles essentielles (si elles existent) des plantes indiquées pour calmer les douleurs. Vous les utiliserez alors en applications le long de la colonne vertébrale. Ou bien encore vous les consommerez, pour certaines, sous forme d’infusions.

@ Photographies prises sur Internet. Contact.

Sources :

– Phytothérapie : Plantes & Médecines Pierre Fabre
(C) Photographies : Wikipédia avec sources indiquées + Fotolia
Image parPeggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

Plantes et maux de l’hiver

Système immunitaire

 Quand le froid et l’humidité fragilisent l’appareil respiratoire, l’organisme a besoin de renforcer sa capacité à résister aux attaques virales ou microbiennes.

Les plantes et les produits et recettes d’origine naturelle ont l’avantage de stimuler efficacement le système immunitaire et de combattre les agressions hivernales. L’hiver, c’est plus que jamais la saison de la phytothérapie et de la recette végétarienne !

 

PLANTES EN PRÉVENTION DES MAUX DE L’HIVER

 Recette du couscous végétarien

 

PROPOLIS

Production de Apis mellifica L.

Un autre cadeau des abeilles

La propolis est une substance cireuse de couleur foncée, élaborée par les abeilles à partir des résines exsudées par les bourgeons et les écorces de certains arbres (pin, sapin, épicéa, peuplier, aulne…). Les ouvrières s’en servent pour protéger et assainir la ruche. Après les médecins grecs, le grand savant iranien Avicenne conseilla la Propolis, pour soigner les blessures par flèche. Ce fut un désinfectant et cicatrisant des plus précieux lors de la guerre des Boers, au début de XXè siècle.

Essentiellement anti-infectieuse

Toujours d’actualité, la propolis s’utilise pour renforcer les résistances naturelles de l’organisme. Ses propriétés antibactériennes aident à mieux lutter contre les agressions propres à la  saison hivernale. Sa richesse en vitamines et oligo-éléments lui valent un effet tonifiant.

En renfort contre les attaques

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.    

ECHINACEE

 

Echinacea purpurea L.

Partie utilisée : la racine

Américaine d’origine,
Française de culture

A l’origine, l’Echinacée poussait dans les prairies sauvages d’Amérique du Nord ; c’était l’un des grands remèdes des « médecine-men » Sioux. Aujourd’hui, la plante est cultivée en France, dans la plaine garonnaise.

Activité immunostimulante

De composition très complexe, l’Echinacée recèle des actifs capables de stimuler le système de défense immunitaire, par mobilisation des globules blancs et sécrétion accrue d’interleukine. L’extrait d’Echinacée se recommande notamment en période hivernale, pour mieux affronter et mieux surmonter les attaques infectieuses de la sphère respiratoire (rhinites, bronchites simples, états grippaux).

En prévision des agressions hivernales

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

En cas de récidives : 10 jours de cure chaque mois pendant l’hiver.

Déconseillé en cas de maladies du système immunitaire.

THYM

Thymus vulgaris L.

THYM

Partie utilisée : la feuille

Un parfum de garrigue

Plante méditerranéenne par excellence, le Thym pousse sur les terrains rocailleux arides. Son odeur caractéristique, qui le rend indispensable à la cuisine, est due à la présence, dans des glandes microscopiques, d’une huile essentielle riche en phénols, notamment en thymol.

Antiseptique et
antispasmodique

Le Thym est bien connu pour son activité antiseptique contre les micro-organismes (champignons, levures, bactéries). Il agit aussi comme antispasmodique et décontractant musculaire. L’extrait de Thym contribue à apaiser les voies respiratoires supérieures, lorsque l’inflammation s’accompagne de toux, notamment en cas de quintes sèches.

En faveur du
bien-être respiratoire

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, à prendre avant le repas, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

Ne pas utiliser pendant la grossesse.

En cas de toux persistante, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin. 

EUCALYPTUS

  

Eucalyptus globulus L.

Partie utilisée : la feuille

 

Un emblème de l’Australie

Dans son continent d’origine, ce bel arbre aromatique fournit la nourriture exclusive du petit animal fétiche des Australiens, le Koala. Seules les feuilles de forme allongée, poussant sur les branches âgées, exhalent le parfum caractéristique de l’huile essentielle, très riche en eucalyptol.

En cas d’encombrement

Au puissant pouvoir antiseptique de l’eucalyptol, s’ajoute une activité décongestionnante sur les voies respiratoires. C’est pourquoi l’Eucalyptus aide à fluidifier les sécrétions bronchiques et favorise leur évacuation. D’où son intérêt dans le soin des affections hivernales avec encombrement (toux « grasse »).

Pour respirer plus librement

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, à prendre avant le repas avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte. Ne pas utiliser pendant la grossesse et l’allaitement.
En cas de toux persistante, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

SAULE

 

Salix alba l;

Partie utilisés : l’écorce

Arbre à chatons

Le Saule blanc se plaît au bord des cours d’eau qu’il ombrage de son feuillage léger. Les chatons duveteux qu’il arbore au printemps sont les fleurs femelles.

Les actifs de l’écorce

Le saule contient des dérivés salicylés extraits de l’écorce (notamment la salicine ou salicoside). Ce sont ces dérivés, à l’origine de l’aspirine qui confèrent à l’extrait de Saule ses propriétés antipyrétique et analgésique. On le conseille traditionnellement dans les manifestations fébriles de l’état grippal, ainsi qu’en cas de douleurs dentaires et de maux de tête.

Quand l’état grippal
se manifeste

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.Réservé à l’adulte.

En cas de sensibilité aux salicylates, il est plutôt conseillé de prendre du Quinquina.  

 

 

 

 

QUINQUINA

 

Cinchona succirubra Pav. ex Klotzch

(Cinchona pubescens Vahl)

Partie utilisée : l’écorce

Le premier antipaludique

On n’est qu’au XVIIe siècle que les « fièvres des marécages » sévissant en Europe furent enfin combattues par un médicament efficace, la poudre de Quinquina, venue d’Amérique du Sud par l’intermédiaire des Jésuites.Son nom vient du péruvien kina-kina, « écorce des écorces ».

Fébrifuge

Le principal actif, la quinine, a été isolé en 1820 par les pharmaciens français Pelletier et Caventou. C’est un remarquable anti-infectieux. L’extrait de Quinquina rouge est traditionnellement conseillé en cas de fièvre légère et d’état grippal. Ses vertus apéritives ont leur utilité contre l’inappétence et l’asthénie fréquentes en hiver.

Si les virus s’agrippent

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

Ne pas utiliser pendant la grossesse.

 

RECETTE DU COUSCOUS VEGETARIEN

  Ingrédients

– 2 carottes- 2 panais- 300 g de courge- 8 échalotes- 2 bâtons de cannelle- 4 étoiles de badiane- 3 feuilles de laurier- 1/2 c/c de curcuma- 1/2 c/c de gingembre- 2 c/s d’huile d’olive- 200 g de pois chiches- 400 g de semoule complète- 2 c/s de coriandre ciselée- sel et poivre 

La préparation

  – Éplucher les carottes et les panais, coupez-les en cubes de même taille, ainsi que la courge.- Peler et couper les échalotes en deux.- Chauffer l’huile dans une cocotte, ajouter les légumes, saler et poivrer.- Ajouter les épices et le laurier, verser un verre d’eau.- Laisser mijoter 20 min sur feu doux, jusqu’à ce que les légumes soient tendres.- Ajouter les pois chiches rincés et égouttés.- Porter 50 cl d’eau salée à ébullition, versez sur la semoule.- Laisser gonfler 6 min puis remuer à la fourchette.- Parsemer les légumes de coriandre.- Servir avec la semoule.    

Sensible à la lumière, la plante dirige sa tige en croissant vers les rayons lumineux ; ce qu’est pour la plante cette sensibilité, la connaissance l’est aussi pour l’homme. Il nous faut considérer qu’il est une obligation de porter attention à la signification des signaux que notre corps sait nous envoyer : bien-être, santé, mais aussi déficiences organiques, maladies. Car, c’est en ce sens encore, que nous trouverons la nourriture qu’il est bon de lui apporter pour les combattre, et en considérant les grands principes d’une l’alimentation naturopathique équilibrée.

     Sources : 

– Phytothérapie : Plantes & Médecines Pierre Fabre(C) Photographies : Fotolia, Flick   

Image parDavid Mark de Pixabay

Adrénaline et amaigrissement

Une brusque « décharge d’adrénaline » face à un danger inattendu, ou en réponse à une émotion, se traduit : 

– par une augmentation du rythme cardiaque et de la transpiration, 
– un raccourcissement du temps de réaction, 
– un éveil des sens. 

En conséquence, l’adrénaline, hormone stimulant l’ensemble de notre organisme, nous aide également à maigrir.   

CAMILINE

CUPALINE

EXOSULINE

Camellia thea

Paullinia cupana ou Guarana

Ephedra sinica

Partie utilisée : les boutons et les feuilles non fermentées Partie utilisée : la graine Partie utilisée : la tige

  L’utilisation du thé en phytothérapie se fait à partir de la plante non modifiée par la fermentation. Les constituants du thé stimulent la sécrétion de l’adrénaline, et en augmentent la durée d’action, ce qui favorise la lipolyse (libération et élimination des graisses du tissu adipeux).Comme cette action se complète d’une limitation de l’absorption des calories au niveau intestinal par les tanins, la prescription de Camiline se trouve justifiée dans les surcharges pondérales.

  Le guarana est un arbuste du Brésil. Son fruit est une capsule rouge qui contient de nombreuses graines utilisées par les Indiens comme stimulant. L’étude chimique de ses constituants révèle une grande richesse en caféine (action tonique), associée à des tanins. Le guarana est actif dans les surcharges pondérales, par stimulation de la sécrétion d’adrénaline et augmentation de sa durée d’action. Or, l’adrénaline est la meilleure hormone liplolytique.

 Cet arbuste gracile, originaire de l’est asiatique, a un aspect particulier de « balai de sorcière ». Les branches sont angulées et les feuilles quasi inexistantes. La médecine l’utilise abondamment pour l’extraction de son alcaloïde : l’éphédrine qui soulage remarquablement l’asthme et les allergies de la gorge et du nez et peut calmer les migraines. Cette éphédrine est une adrénaline naturelle qui est donc lipolytique et pourra agir dans les surcharges pondérales.

PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES :

– Stimule l’adrénaline et limite l’absorption calorique
– Tonique
– Diurétique

PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES :

– Stimulant
– Lipolytique
– Astringent par les tanins

PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLES :

– Broncho-dilatateur
– Vaso-constricteur nasal
– Anti-migraineux
– Lipolytique

INDICATIONS TRADITIONNELLES :

– Embonpoint, obésité, surcharges pondérales, cellulite
– Fatigues passagères
– Rétention d’eau

INDICATIONS TRADITIONNELLES :

– Fatigue, asthénie, convalescence
– Embonpoint, surcharge pondérale, obésité
– Diarrhée

INDICATIONS TRADITIONNELLES :

– Asthme, bronchite chronique,
– Rhinites chroniques, rhume des foins et sinusites
– Mal de tête, migraine
– Embonpoint, surcharges pondérales, obésité
– Adrénaline et amaigrissement

 

POURQUOI GROSSIT-ON ?

Dans l’organisme, les graisses sont stockées dans des cellules spécialisées, les adipocytes, cellules de réserve, dont l’accumulation constitue les bourrelets disgracieux, de la taille chez l’homme (bouée de sauvetage), ou des cuisses chez la femme (culotte de cheval).

Aussi, ces adipocytes assurent une fonction de stockage et se vident sous l’influence de l’adrénaline qui utilise ces graisses de réserve comme carburant nécessaire au fonctionnement des muscles.En outre, quand vous présentez une surcharge pondérale, cela signifie que le déroulement de cette chaîne adrénaline est bloqué ; que les graisses ne sont pas suffisamment évacuées des adipocytes.  

L’ADRÉNALINE ?

  L’adrénaline est une hormone sécrétée en grande partie par la glande surrénale, dont le rôle principal est d’assurer la réponse immédiate de l’organisme aux agressions, en activant le métabolisme de celui-ci. Elle est alors sécrétée en très grande quantité.Au repos, elle assure le fonctionnement des muscles, en leur fournissant l’énergie dont ils ont besoin, à partir des réserves de graisses stockées dans les adipocytes.Malheureusement, si cette propriété est très intéressante, elle est limitée en pratique par la durée de vie extrêmement courte de l’hormone qui est détruite rapidement par une enzyme spécifique.  

ACTIONS POSSIBLES 

Trois plantes permettent de profiter au maximum de l’action favorable de l’adrénaline sur la libération des corps gras à partir des adipocytes :

CUPALINE et CAMILINE augmentent la production d’adrénaline, tout en allongeant sa durée d’action.

Ces deux plantes stimulent la sécrétion d’adrénaline par la caféine qu’elles contiennent, tout en inhibant en grande partie l’action de l’enzyme destructrice d’où une action plus prolongée et plus intense de l’adrénaline.

 EXOSULINE contient dans sa composition plusieurs composés, dont l’éphédrine , de structure chimique proche de celle de l’adrénaline. Ces composés agissent de la même manière sur les graisses, mais plus progressivement et plus durablement.. Ils ont également un rôle de coupe-faim.L’association de ces plantes vous permettra de relancer le mécanisme de libération des graisses qui seront brûlées dans vos muscles, sans efforts particuliers, ce qui vous assurera une diminution de votre surcharge pondérale.  Néanmoins, un régime hypocalorique est nécessaire, en association avec les gélules de CUPALINE, CAMILINE et EXOSULINE, pour vous éviter de reconstituer les réserves ainsi libérées.       

 

Voir l’article : Les plantes minceur    

Image par??? ???????? de Pixabay

Plantes et bras de Morphée

Parmi toutes les méthodes de reconstruction du capital-vie, il en est une qui joue un peu le rôle de chef d’orchestre

Il s’agit du sommeil

Le sommeil, « jugé réparateur », « restaure » les diverses fractures que la tension quotidienne impose à notre corps et à notre esprit. Ce travail immense qui s’effectue sans que l’on en ait conscience, a besoin, à notre époque, d’un certain nombre de soutiens. Les plantes en font partie.

Voici une liste non exhaustive des principales plantes favorisant le sommeil.

Depuis des millénaires, les hommes et les femmes de toutes régions du monde, connaissent le pouvoir sédatif et hypnotique des PLANTES DU SOMMEIL. 

Les plantes possèdent peu ou pas d’effets secondaires. Leur action se révèle donc douce et progressive.

 

 

  VALERIANE

 

Valeriana officinalis L.

Partie utilisée : la racine

 

 

Un tranquillisant végétal

De taille élevée (jusqu’à 2 m), la Valériane officinale se reconnaît à ses couronnes de fleurs roses… et à son odeur, qui n’attire que les chats ! Pline l’Ancien, naturaliste romain, la recommandait comme décontractant, les princes de la Renaissance en glissaient dans leurs draps. 

 

Un effet sur le système nerveux.

 

Son activité sur le système nerveux central et ses effets antispasmodiques, liés à la teneur de la racine en acide valérénique, justifie l’usage traditionnel de la Valériane dans les troubles du sommeil. En réduisant la nervosité, la Valériane aide à raccourcir le temps d’endormissement.

Chez les fumeurs en cours de sevrage, elle facilite le sevrage du tabac.

 

S’endormir plus vite

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules le soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement.

 

AUBÉPINE

 

Crataegus oxyacantha L.

Partie utilisée : la sommité fleurie

 

A l’épreuve du temps

 

La floraison neigeuse de l’Aubépine, célébrée par les poètes de la Renaissance, symbolise à elle seule le printemps. Dans les haies, ses buissons épineux peuvent être âgés de plusieurs siècles !

 

Contre le stress

 

Douée d’une activité sédative sur le système nerveux central, l’Aubépine est traditionnellement utilisée pour atténuer les troubles liés à la nervosité : irritabilité, émotivité, perception exagérée des battements du cœur (en l’absence de pathologie cardiaque). L’extrait d’Aubépine participe à la prévention des troubles du sommeil.

 

Plus de calme jour et nuit

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

L’association avec la Passiflore est utile et donne de bons résultats.

 

  PASSIFLORE

 

 

Passiflora incarnata L.

Partie utilisée : la partie aérienne.

 

 

 

La fleur de la Passion

Cette élégante liane doit son nom à la forme curieuse de ses organes floraux, dans lesquels des missionnaires avaient vu les instruments de la passion du Christ. L’unique espèce médicinale, recherchée pour ses vertus apaisantes, se distingue peu des variétés cultivées dans leurs fleurs ou pour les fruits de la passion.

 

Activité sédative et anxiolytique

Découverte au XIXè siècle, l’activité de la Passiflore serait due à la synergie d’actifs présents en quantités infimes. Les enfants comme les adultes peuvent recourir à son effet bénéfique reconnu sur la nervosité et les troubles du sommeil. Bien toléré, l’extrait de Passiflore favorise le sommeil.

 

Calme et repos

 

Conseil d’utilisation : chez l’adulte, si nervosité : en général 1 gélule matin et soir avec un verre d’eau ; si difficulté d’endormissement, 1 gélule au dîner et 1 au coucher. Chez l’enfant de 6 à 15 ans: 1 gélule le soir avec un verre d’eau.

 

  ESCHSCHOLTZIA

 

 

Eschscholtzia californica Cham.

  Partie utilisée : la partie aérienne fleurie

 

Le Pavot de Vegas

Originaire de la côte Ouest des États-Unis, cette plante décorative très florifère est connue en Europe depuis le XIXè siècle. Son nom rend hommage au botaniste russe F.F. Eschscholtz.

Ses propriétés sont proches de celles du Pavot et du Coquelicot, qui appartiennent à la même famille botanique.

 

Vertus antispasmodiques

L’Eschscholtzia a pour effet de calmer les spasmes, favorisant ainsi la détente nerveuse et musculaire au cours de la nuit. L’extrait d’Eschscholtzia est traditionnellement utilisé en cas de nervosité et d’agitation au coucher, de réveils nocturnes et/ou de réveil matinal.

 

Un bon endormissement

 

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules le soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

 

 HOUBLON

 

 

Humulul lupulus L.

Partie utilisée : l’inflorescence femelle

 

Une plante de l’abbesse Hildegarde

Ses tiges grimpantes peuvent atteindre 7 m de haut dans les houblonnières. On l’utilise pour donner son amertume à la bière depuis le VIè siècle. L’abbesse Hildegarde de Bingen le recommandait contre la mélancolie. En Allemagne, on glisse des fleurs de Houblon dans l’oreiller pour favoriser le sommeil.

 

Contre le nervosisme

Les inflorescences femelles (les cônes) contiennent des principes amers et une huile essentielle reconnue pour ses propriétés sédatives et relaxantes.

Le Houblon recèle aussi des phytohormones, ce qui le rend utile lors de règles douloureuses ou en cas d’irritabilité.

 

Contre les troubles de l’humeur

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à la femme adulte

MILLEPERTUIS

 

 
 
 

Hypericum perforatum L.

Partie utilisée : la sommité fleurie.

 

 

Plante solaire par excellence

Le Millepertuis fait partie des herbes « magiques » dont la cueillette devait s’accomplir au matin de la Saint-Jean. Ses fleurs jaune d’or, au léger parfum d’encens, entraient dans la composition d’onguents contre les brûlures et les affections de la peau.

 

Propriétés neuro-sédatives

Très complexe, le Millepertuis contient des actifs spécifiques (hypericine, hyperforine).

Les essais cliniques pratiqués récemment ont mis en évidence son intérêt dans le soulagement des manifestations passagères d’humeur dépressive : lassitude nerveuse, désintérêt, anxiété, troubles du sommeil.

 

Dans les manifestations dépressives légères et transitoires

 

Conseil d’utilisation : en général 2 à 3 gélules par jour, avec un verre d’eau. La cure peut présenter des contre-indications. Demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin, avant utilisation et après le premier mois de cure.

Réservé à l’adulte. Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante.

Vous pouvez vous procurer ces gélules ou poudres de plantes en Pharmacies et Parapharmacies.

Il y a possibilité d’alterner ces traitements aux gélules avec celui des huiles essentielles (si elles existent) des plantes indiquées pour le sommeil.

Elles sont à utiliser en applications le long de la colonne vertébrale.

Ou bien encore à consommer, pour certaines, sous forme d’infusions.

 

Sources : P. Fabre Phytothérapie.
@ Photographies prises sur Internet. Contact.

 

 

Image parSusanne Jutzeler, suju-foto de Pixabay

Plantes et digestion

 

Voici une liste non exhaustive des principales plantes favorisant la digestion

Les plantes digestives font partie des pharmacopées les plus anciennes au monde. Leur action apaisante s’exerce de manière privilégiée sur un ou plusieurs organes de digestion.

 

 

La phytothérapie peut aider efficacement à dissiper les troubles et à retrouver un fonctionnement harmonieux du système digestif.
Mais, bien sûr, les plantes ne dispensent pas de rechercher une alimentation saine, légère et équilibrée.


Aller à :

Charbon végétal, fenouil, ispaghul, radis noir, Curcuma, fumeterre, sauge, salicaire, kaolin, mélisse, aloès, brocoli, artichaut, boldo, angélique, matricaire

 

 
 

 

CHARBON VEGETAL

Carbo vegetabilis (Cocos nucifera L.) 

 

 

Carbonisation et activation

Le charbon végétal s’obtient par carbonisation de coques de noix de coco. Un second passage à haute température active en renforce sa capacité d’absorption. Ce produit inerte est parfaitement toléré dans le tube digestif.

La propriété de fixer les gaz

Le charbon végétal a pour propriété essentielle de fixer les gaz produits dans l’intestin par la fermentation intempestive de certains aliments. On l’utilise notamment en cas de digestion difficile accompagnée de ballonnements. Il peut être indiqué en traitement d’appoint de la diarrhée (en complément de mesures de diététique et de ré-hydratation).

Bien-être et ventre plat

Conseil d’utilisation :

chez l’adulte, en général 1 à 2 gélules 2 fois par jour, avec un verre d’eau ;

chez l’enfant de plus de 6 ans (ballonnements, diarrhée légère) : en général 1 à 2 gélules par jour.

Du fait de l’activité absorbante du charbon, il est conseillé de prendre tout autre médicament  à distance.

 

 

 

 

FENOUIL

Foeniculum vulgare Mill.

Partie utilisée : le fruit

 

 

Une odeur d’anis

Très répandu dans les pays méditerranéens, le Fenouil sauvage se reconnaît à son feuillage filiforme et à sa forte odeur anisée. Réputé dès l’antiquité, le Fenouil fait partie des 88 plantes décrétées indispensables par Charlemagne. Il fut d’abord cultivé dans les monastères, pour sa capacité à « chasser les vents ».

Des propriétés carminatives

Les fruits contiennent une huile essentielle riche en anéthole, très utilisée dans l’alimentation pour son puissant arôme d’anis. Par ses propriétés stimulantes et carminatives, le Fenouil stimule le travail de l’estomac. L’extrait de Fenouil participe ainsi activement au confort digestif.

Contre lourdeur d’estomac et ballonnements

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, à prendre après le repas avec un verre d’eau.

 

 

L’ISPAGHUL

 

 

Plantago ovata Forsk.

Partie utilisée : le tégument de la graine

 

Le « Plantain indien »

L’Ispaghul est une variété orientale du Plantain des près. Remède traditionnel des maux de ventre en Inde et au Pakistan, où il est cultivé.

Ses graines sont récoltées à maturité et séchées au soleil. Leur action bénéfique est due à la richesse du tégument en fibres mucilagineuses (jusqu’à 30%).

Des mucilages doux

En se réhydratant, les fibres d’Ispaghul gonflent en formant dans le tube digestif un gel non assimilable par l’organisme. 

L’Ispaghul contribue à réguler le transit avec douceur et efficacité.

En régulation du transit

Conseil d’utilisation : en général 2 à 4 gélules par jour, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

 

 

RADIS NOIR

 

 

Raphanus sativus L. var. niger J. Kern.

Partie utilisée : la racine

 

Un bon légume-racine

Plante potagère estimée des amateurs, le Radis noir fournit une grosse racine à la chair blanche, de saveur forte et piquante. Coupé en fines lamelles et accompagné de beurre salé, c’est un hors-d’oeuvre original, aux vertus apéritives.

Propriétés cholagogues et antispasmodiques

Riche en vitamines et en sels minéraux, la racine contient notamment des principes soufrés, les glucosinolates. Le Radis noir est intéressant comme cholagogue, augmentant la quantité et la fluidité de la bile et comme antispasmodique, apaisant les fibres musculaires des voies biliaires. De ce fait, le Radis noir est traditionnellement conseillé comme draineur hépato-biliaire, pour améliorer la digestion après un excès alimentaire ou en cure préventive aux changements de saison.

Après les excès

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Ne pas dépasser 15 jours de cure.

Contre-indiqué en cas de calculs biliaires et de problèmes thyroïdiens.

 

  

 

CURCUMA

Partie utilisée : le rhizome

 
 

Le safran des Indes

Originaire de l’Inde, le Curcuma est une plante herbacée cultivée en Asie tropicale, en Afrique et aux Antilles.Le rhizome, bouilli, séché et broyé, donne une poudre jaune d’or, au goût épicé et aux propriétés apéritives.On l’utilise en cuisine, mélangé à d’autres épices (curry) et comme colorant alimentaire, sous le code E 100.Les médecines orientales le prescrivent traditionnellement dans le traitement des maladies du foie (jaunisse, hépatites).

 

Stimulant hépato-biliaire

Les actifs du Curcuma exercent une action stimulante sur la sécrétion et l’élimination de la bile. La cure de Curcuma trouve ainsi son utilité dans les troubles digestifs liés à la « paresse » du foie.

 

Pour favoriser la digestion

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, avec un verre d’eau. Ne pas utiliser en cas d’obstruction des voies biliaires.   

Réservé à l’adulte.

 

 

 

FUMETERRE

Fumaria officinalis L.

Partie utilisée : la partie aérienne fleurie

Unanimement reconnue

Fréquente au bord des chemins, la Fumeterre est une des « stars » de la médecine traditionnelle. Étudiée tout à tour par les médecins grecs, les savants arabes et les naturalistes de la Renaissance, elle est considérée depuis toujours comme « la plante du foie ».

Régulatrice

Son extraordinaire richesse en actifs lui vaut des propriétés multiples : dépurative, diurétique, spasmolytique…

La Fumeterre intéresse surtout par son action bénéfique sur le flux biliaire. Elle aide à régulariser le fonctionnement hépato-biliaire, contribuant ainsi à dissiper les troubles liés à une digestion difficile. L’effet calmant exercé par la protopine est utile en cas de nausées.

Prise occasionnelle ou cure préventive

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Au moment des troubles : 4 gélules par jour. Ne pas dépasser 15 jours de cure.

Réservé à l’adulte.

 

 
 

SAUGE

Salvia lavandulifolia Vahl

Partie utilisée : la feuille

 

« L’herbe sacrée »

Cette plante aromatique d’origine méditerranéenne a été créditée d’un véritable pouvoir salvateur, d’où son nom latin.

Au XIè siècle, la fameuse école de médecine de Salerne, en Italie, avait rendu célèbre l’adate : « De quoi un homme mourrait-il, si la sauge pousse en son jardin ? » En cuisine, la Sauge apporte un arôme camphré original.

Contre les troubles gênants

Au cours des siècles, la plante a conservé sa réputation justifiée de « chasser la faiblesse » et « sécher la sueur ». De nos jours l’utilisation traditionnelle de la Sauge repose sur son action antispasmodique sur l’appareil digestif.

On la recommande notamment en cas de digestion lente, accompagnée de ballonnements et de flatulences. Toutefois son activité œstrogénique réserve son usage aux femmes.

Le confort digestif au féminin

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à la femme.

Ne pas utiliser pendant la grossesse et l’allaitement.

 

 

SALICAIRE

Lythrum salicaria L.

Partie utilisée : les sommités fleuries

 

Une plante élégante et utile

la Salicaire forme de grandes colonies dans les prairies jusqu’à 1400 m d’altitude. Ses hautes tiges, scandées de feuilles lancéolées, portent de longues inflorescences d’un rose intense marqué de pourpre.

La plante des diarrhées légères

Les sommités fleuries sont particulièrement riches en tanins, ce qui explique l’activité antidiarrhéique et antiseptique de la plante.

La Salicaire présente également des propriétés astringentes et protectrices des parois intestinales.

On l’utilise actuellement pour favoriser la régulation du flux intestinal. L’extrait de Salicaire ne présente pas d’effet indésirable, même chez l’enfant.

 

Réguler le flux intestinal

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, avec un verre d’eau.

Au moment des troubles : 2 gélules après chaque selle molle.

 

KAOLIN

 

 

Argile blanche

 

 La douceur de l’argile

Le kaolin est une fine poudre minérale, composée d’argile blanche (silicate d’aluminium hydraté) très pure, hautement appréciée par les céramistes. Le mot kaolin vient de Chine, pays inventeur de la porcelaine.

Action absorbante et cicatrisante

L’argile présente également des qualités précieuses pour la beauté et la santé. Doté de propriétés cicatrisantes, le kaolin agit comme un pansement sur la muqueuse du tube digestif. C’est surtout un bon absorbant des toxines et des gaz intestinaux. On l’utilise particulièrement dans les problèmes de ballonnements.

Retrouver le calme

Conseil d’utilisation : en général 1 à 2 gélules, 3 fois par jour, à prendre après les repas ou au moment des troubles, avec un verre d’eau. Du fait de l’activité absorbante du kaolin, il est recommandé de prendre tout autre médicament à distance. Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante.

 

 

MELISSE OFFICINALE

Melissa officinalis L..

Partie utilisée : la feuille

 

Délicate odeur de citron

D’un joli vert vif, les feuilles de la Mélisse dégagent quand on les froisse une délicate odeur citronnée. Cette plante vivace, spontanée au sud de l’Europe, a sa place dans les jardins d’herbes aromatiques, car elle parfume agréablement les salades et les boissons fraîches.

Vertus apaisantes

La mélisse est connue depuis longtemps pour ses propriétés antispasmodiques au niveau digestif et pour son activité sédative.

Par ses vertus apaisantes, la Mélisse contribue à dissiper les gênes digestives d’origine nerveuse.

Quand l’estomac est « noué »

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, à prendre avant le repas avec un verre d’eau.

 

 

ALOES

Fucus vesiculosus L.

Partie utilisée : lle thalle

Aloe ferox Mill.

Partie utilisée : le suc des feuilles

 

Un duo efficace

Les feuilles charnues de l’aloès du Cap contiennent un suc visqueux, très amer, bien connu pour ses puissantes propriétés laxatives.

Les algues de l’espèce Fucus apportent leur forte teneur en alginates, très utilisés comme gélifiant. Leur association s’avère efficace sur le transit intestinal.

Accélérateur du transit

En douceur, mais avec vigueur, grâce à l’effet stimulant sur la paroi intestinale, la cure Algues/Aloès fait bénéficier du pouvoir laxatif nécessaire et suffisant en cas de ralentissement du transit.

Contre la constipation occasionnelle

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules au coucher, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte, pour un usage ponctuel. Contre-indiqué pendant la grossesse et l’allaitement.

Tenir compte de la teneur en iode.

Précautions d’emploi : demandez conseil au pharmacien.

 

BROCOLI

  

Brassica oleracera L. Var. italica Plenck

Partie utilisée : l’inflorescence

 

Des pousses délicates

Variété de chou originaire des bords de la Méditerranée, le Brocoli fut très tôt adopté comme plante alimentaire en Italie. Son nom vient de l’italien « broccolo », qui veut dire « petite pousse ». 

Il fut introduit en France par Catherine de Médicis.

Action régulatrice de l’acidité

Le Brocoli est connu pour son action régulatrice sur les acidités de l’estomac. Très riche en antioxydants, il contient des dérivés soufrés (glucosinolates), notamment la sulforaphane, dont l’activité bactériostatique a été démontrée sur le germe responsable des ulcères de l’estomac et de certaines gastrites. Le Brocoli joue ainsi un rôle protecteur contre le désagrément de ces agressions.

Plus de calme jour et nuit

 

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

 

 

ARTICHAUT

 

Cynara scolymus L.

Partie utilisée : la feuille

Un cœur tendre

Issu du Cardon sauvage, l’artichaut que nous connaissons a pris place dans les potagers dès le XVè siècle. Ses tiges étaient alors dégustées confites dans le sucre. On le cultive dans toute l’Europe pour ses boutons floraux dont on consomme la base charnue. Cette grande plante a sa place au jardin d’agrément car ses fleurs épanouies se révèlent d’un beau bleu.

Pour le drainage hépatique et rénal

Ce n’est qu’au début du XXè siècle que furent découvertes les propriétés médicinales des feuilles de l’artichaut. Le principe actif majeur (la cynarine) a pour effet de stimuler la formation de la bile ; il joue également un rôle protecteur sur les cellules hépatiques.

De plus, la présence de sels de potassium entraîne une action diurétique.

L’extrait d’Artichaut est donc traditionnellement utilisé pour son effet bénéfique sur les troubles de la digestion et de l’élimination.

Mieux éliminer, mieux digérer

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Ne pas dépasser 15 jours de cure. Réservé à l’adulte.

 

 

BOLDO

 

 

Peumus boldus Molina

Partie utilisée : la feuille

 

Arbuste providentiel

 

Au Chili, où il pousse spontanément sur les contreforts andins, le Boldo est une plante providentielle : on mange ses amandes en dessert et ses feuilles comme condiment, on utilise l’écorce en tannerie et le bois pour faire du charbon.

Cet arbuste toujours vert est maintenant cultivé au Maroc.

Stimulant et hépatoprotecteur

Des études récentes sur l’animal ont révélé un pouvoir hépatoprotecteur de l’extrait de Boldo. Le principal actif présent dans la feuille (la boldine) est un alcaloïde aux propriétés cholagogues et cholérétiques, favorisant la sécrétion et l’évacuation de la bile. La cure de Boldo est traditionnellement envisagée pour une meilleure digestion des aliments.

En cas d’indigestion

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

Ne pas dépasser 15 jours de cure.

Réservé à l’adulte.

 
 
 

ANGÉLIQUE

 

 

Angelica archangelica L.

Partie utilisée : la racine

 

Douce et belle

Au Moyen Âge, l’angélique avait sa place dans l’herbularius de chaque monastère : elle était réputée éloigner la peste. Cette ombellifère qui se plaît dans les lieux humides, se distingue par son odeur suave de sa cousine toxique, la Ciguë. Les tiges se mangent confites. Le fruit est muni d’ailettes évoquant un ange.

Contre spasmes et ballonnements

La racine contient de nombreux actifs intéressants : en stimulant les sécrétions gastriques et pancréatiques, l’angélique prépare et facilite le travail de digestion. 

La cure aide à prévenir les digestions lentes, accompagnées de spasmes intestinaux et de ballonnements.

Activer le système digestif

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, 15 mn avant le repas, avec un verre d’eau.

 
 
 

 

MATRICAIRE

Chamomilla recutita (L.) Rauschert

Partie utilisée : la capitule

 

La plus populaire des médicinales

Très répandue à l’état sauvage dans les terrains incultes, la Matricaire est sans doute la plante la plus utilisée au fil des générations. Sous les noms de Camomille allemande ou Camomille des champs, on la prenait en tisane, décoction, vin digestif… La plante est maintenant sélectionnée et cultivée partout en Europe.

Les capitules floraux, qui constituent la partie active, possèdent une saveur très amère.

Dans le cas de crampes abdominales

Dotée de multiples propriétés, la Matricaire intervient avec succès sur la sphère digestive, grâce à son activité spasmolytique.

Son efficacité est reconnue sur les spasmes gastriques et les crampes abdominales qu’elle contribue à apaiser. La Matricaire possède en outre un intéressant pouvoir anti-inflammatoire, actuellement mis à profit pour les soins de la peau.

Pour l’apaisement digestif

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un verre d’eau.

 
 

Vous trouverez ces gélules ou poudres de plantes en Pharmacies et Parapharmacies. Il vous est possible d’alterner ces traitements aux gélules avec celui des huiles essentielles (si elles existent) des plantes indiquées pour le sommeil. Vous les utiliserez alors en applications le long de la colonne vertébrale. Ou bien encore vous les consommerez, pour certaines, sous forme d’infusions.

 

Conseils du phytothérapeute

Les plantes aux propriétés complémentaires additionnent leurs effets.

Associez-les pour mieux soulager les troubles.

– En cas de lenteur digestive : Si vous avez des nausées et de la somnolence : Radis noir + Fumeterre.

Si vos repas ont été trop riches en graisses : Curcuma + Artichaut .

Si votre transit intestinal est difficile : Radis noir + Boldo .

Si vous souffrez de ballonnements épigastriques : Curcuma + Angélique ou pour les femmes Curcuma + Sauge.

Il est nécessaire de respecter les doses conseillées par le pharmacien ou autre professionnel et les précautions d’usage.

 

Sources : P. Fabre Phytothérapie.

@ Photographies prises sur Internet.

 

Image parAlexas_Fotos de Pixabay

Précis de phytothérapie : les plantes minceur

Cette famille de plantes, les plantes minceur, possède la capacité à freiner l’appétit, diminuer les graisses et drainer l’eau ainsi que les toxines accumulées

Liste non exhaustive des principales

 FRÊNE

Fraxinus excelsior L.

Partie utilisée : la feuille

L’arbre et sa feuille

De taille imposante (sa cime peut s’élever à 30 m), le Frêne apparaît comme le support du monde dans la mythologie scandinave. Dès le XIIe siècle, l’abbesse Hildegarde de Bingen préconisait la feuille de Frêne pour « purger le corps de son eau ». Dans les campagnes françaises, on en fait une boisson fermentée rafraîchissante, la « frenette ».

Activité diurétique et dépurative

Les feuilles du Frêne sont riches en sels minéraux, notamment en potassium, ainsi qu’en mannitol, vraisemblablement à l’origine de son activité diurétique et dépurative. En favorisant l’élimination rénale, le Frêne aide à combattre la rétention d’eau et facilite la perte de poids. On lui reconnaît en outre une intéressante action anti-inflammatoire.

Pour favoriser l’élimination

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules par jour, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

 SPIRULINE

   Spirulina maxima

(Arthrospira platensis Stizenb. ex Gomont)

Algue bleue des eaux chaudes

Cette micro-algue de forme spiralée est apparue sur Terre il y a quelque 4 milliards d’années. Elle se développe en colonies sur les lacs d’eau douce du Mexique et du Tchad, où elle est recueillie et séchée pour enrichir l’alimentation quotidienne.

Hyperprotéinée

La Spiruline contient jusqu’à 70 % de protéines (2 fois plus que du soja). Elle est très riche en acides gras essentiels, vitamines et sels minéraux fer, magnésium, chrome…).

Cette concentration d’éléments nutritifs en fait un complément précieux, pour entretenir la masse musculaire lors d’un régime amincissant et pour l’alimentation des sportifs.

Pour un bon rapport masse grasse/masse maigre

Conseil d’utilisation : en général 2 à 3 gélules matin et soir, avec un grand verre d’eau.

 MATE

 

Llex paragariensis A. St. Hil.

Partie utilisée : la feuille

Un tonique sud-américain

Le Maté est d’abord un arbre, haut de 4 à 10 m. cultivé depuis le XVIe siècle dans ses pays d’origine, Paraguay, Argentine et Brésil. Le même nom désigne la boisson tonique traditionnelle, obtenue par infusion des feuilles, qui joue un grand rôle dans la vie sociale de ces pays.

La mobilisation des lipides

C’est à la caféine, principale molécule active avec la théobromine, que le Maté doit son action stimulante sur le système nerveux central. L’action synergique de tous les constituants expliquerait la capacité démontrée du Maté à mobiliser les réserves adipeuses. D’où son intérêt dans le cadre d’un régime alimentaire contrôlé, accompagné ou non de fatigue transitoire.

De l’aide pour lutter contre le surpoids

En complément de mesures diététiques. Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et midi, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

PILOSELLE

Hieracium ilosella L.

Partie utilisée : la plante entière

Une plante qui n’aime pas l’eau

Cette petite plante vivace ne se plaît que sur les sols arides et ensoleillés, où elle se multiplie en dressant ses capitules de fleurs jaune tendre. Le mot Piloselle (du grec pilos, poil) évoque le fin duvet, caractéristique des plantes adaptées à la sécheresse, qui couvre ses feuilles arrondies et lui vaut le surnom « Oreille-de souris ».

Spécialiste du drainage

Les propriétés de la Piloselle sont connues depuis les travaux du Dr Leclerc, vers 1930. La plante entière recèle un grand nombre de molécules actives, en particulier des flavonoïdes et des coumarines, dont l’ombelliférone.

L’extrait de Piloselle exerce un effet stimulant au niveau des reins, ainsi que sur le foie, en favorisant la sécrétion biliaire. Par son action sur l’ensemble des fonctions d’élimination, la plante est traditionnellement indiquée pour un drainage général de l’organisme.

En cure d’entretien

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules par jour, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

   ORANGE AMÈRE

 

Citrus aurantium L.

Partie utilisée : l’écorce du fruit

Le fruit du Bigaradier

Petit arbre originaire d’indochine, l’Orange amer, ou Bigaradier, est cultivé dans tout le bassin méditerranéen. Les feuilles sont consommées en infusions digestives, les zestes utilisés en liquoristerie; les fleurs au parfum intense constituent la base de l’eau de fleur d’oranger. Le fruit, de saveur très amère, donne une confiture appréciée.

Un actif isolé de l’écorce

L’écorce de l’Orange amère renferme, outre des huiles essentielles, des aminés adrénergiques, dont la synéphrine, qui a pour effet d’augmenter la thermogénèse. D’où son intérêt pour activer la combustion des graisses mises en réserve par l’organisme.

Recommandé comme « brûle-graisse »

Dans le cadre d’un régime alimentaire contrôlé. Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, à prendre en dehors des repas, avec un grand verre d’eau.
Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement.

  ORTHOSIPHON

Une culture sous surveillance

Inscrit à la Pharmacopée européenne, l’Orthosiphon n’en est pas moins une espèce tropicale. C’est du Laos que proviennent les plantes utilisées par les Laboratoires Plantes et Médecines. Dans le cadre de la Phytofilière Pierre Fabre, la production est assurée par un partenaire local, à partir d’une variété sélectionnée pour sa teneur en sinensétine. Près de 150 personnes s’emploient à soigner les cultures, en bordure du Mékong. Les mains habiles des femmes détachent les feuilles, qui sont longuement séchées à l’ombre, avant d’être expédiées, apr balles de 180 kg, à l’unité d’extraction végétale (Gaillac-Tarn). C’est là que les actifs seront extraits et concentrés.

Entre la cueillette des feuilles fraîches, un matin au Laos et la livraison des gélules c’est un long voyage que fait l’Orthosiphon.

Source : Yves Barbin, coordinateur de la Phytofilière Pierre Fabre


Orthosiphon stamineus Benth.
(Orthosiphon aristatus (Blume) Miq.)
Partie utilisée : la feuille

Originaire d’Indonésie

Cette grande plante aromatique nous vient de l’Asie du sud-est, où l’on en fait une infusion très appréciée, à l’instar du thé. Ses feuilles, récoltées au moment de la floraison, sont également utilisées, selon la tradition locale, pour soulager les affections des reins et de la vessie. Ses fleurs d’un blanc bleuté s’ornent de longues étamines qui lui valent le nom de « Moustaches-de-chat ».

Pour mieux éliminer

Une synergie de composés actifs parmi lesquels la sinensétine, confère à l’Orthosiphon son pouvoir diurétique, favorisant l’élimination de l’urée et de l’acide urique. Cette fonction de drainage désigne la plante comme aide majeure dans une cure d’amincissement.

En cas de rétention d’eau

La cure d’Orthosiphon est recommandée en phase d’attaque.

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules par jour, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte

  PECTINE DE POMME

 

Malus communis Borkh

Partie utilisée : le fruit

Au cœur du fruit

La pomme est un fruit rafraîchissant et peu calorique, agréable à croquer pour calmer une petite fringale. La manger au début du repas aide à maîtriser l’appétit. Ses fibres ont aussi la propriété de capturer le cholestérol au niveau intestinal.

La pectine de pomme est un gélifiant utilisé pour la cuisson des confitures.

Double effet régulateur et stabilisant

La Pectine de pomme a la capacité de former un gel dans le tube digestif en emprisonnant les graisses, ce qui limite leur absorption par l’organisme.

La Pectine est également considérée comme un très bon stabilisant du taux de cholestérol.

De l’aide pour la cure d’amincissement

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

 THÉ VERT

 Camellia sinensis (L) Kuntze

Partie utilisée : la feuille

Naturellement tonique

C’est de la Chine ancienne, il y a plus de 45 siècles, qu’est venue l’idée de faire infuser les pousses du Théier, donnant naissance à la boisson la plus consommée au monde. Récoltées à la main et séchées, les feuilles donnent le thé vert. La fermentation les transforme en thé noir et modifie leurs composants.

Des bienfaits multiples

Les principaux actifs (catéchines associés à caféine), sont connus pour stimuler la fonte des réserves lipidiques. Le thé vert intervient ainsi efficacement contre tous les types de surcharges, généralisées ou localisées. Il est également utilisé pour favoriser l’élimination rénale de l’eau. Stimulant, le thé vert n’a toutefois pas d’effet excitant, grâce à la présence de tanins. D’après des recherches récentes, l’activité antioxydante des polyphénols pourrait prémunir contre certains cancers du système digestif.

Une aide précieuse en cas de surcharge

Dans le cadre d’un régime alimentaire contrôlé. Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau.

Réservé à l’adulte.

  PRÊLE

Equisetum arvense L.

Partie utilisée : la partie aérienne stérile  

Une survivante des premiers âges

La Prêle des champs fait partie d’une famille de plantes déjà présente il y a plus de 250 millions d’années. Cette espèce médicinale peut être confondue avec la Prêle des marais, toxique, d’où la nécessité absolue du contrôle par un botaniste.

Très riche en silice

Ses tiges stériles, porteuses de rameaux fins et raides, recèlent notamment des silicates et du silicium organique. Cette concentration expliquerait son action reminéralisante, complétée par une activité diurétique.

Drainage et reminéralisation

La Prêle des champs est traditionnellement utilisée pour favoriser le drainage de l’organisme.

On la recommande également pour la protection des tissus osseux et cartilagineux menacés par l’arthrose ou l’ostéoporose.

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules par jour, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

  ASCOPHYLLUM

Ascophyllum nodosum. Le Jol.

Partie utilisée : le thalle 

Le Goémon noir

Commune sur les côtes rocheuses du littoral atlantique, cette algue brune d’aspect noueux présente de longues lanières coriaces, très riches en iode.

Modérateur d’absorption des lipides

L’extrait d’Ascophyllum est riche en phlorotanins. Ces composés actifs favorisent l’inhibition des lipases pancréatiques, ce qui contribue à réduire l’assimilation des lipides par l’intestin. C’est pourquoi on le recommande pour aider à limiter le stockage des graisses dans l’organisme.

Contre la formation de « petites réserves »

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule midi et soir, à prendre 15 mn avant le repas, avec un grand verre d’eau. Ne pas dépasser trois semaines de cure.

Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi qu’en cas d’allergie à l’iode.

 GUARANA

Paullinia cupana Kunth

Partie utilisée : la graine   

Concentré de caféine

Spontanée dans la forêt amazonienne, cette curieuse plante grimpante est maintenant cultivée dans la région de Manaus. Mûr, le fruit laisse voir une graine noire cernée d’une arille blanche, faisant penser à un oeil. la pâte préparée avec les graines, le guarana, est la base de boissons toniques traditionnelles chez le peuple Guarani.

Activateur de la lipolyse

La teneur des graines en caféine peut atteindre un taux exceptionnel allant jusqu’à 10 %.

En activant les métabolismes, la caféine augmente la lipolyse, c’est-à-dire la combustion des graisses. Son action n’est pas ralentie par celle d’autres composants. Par son double rôle de « brûle-graisse » et de stimulant, le Guarana a toutes les qualités pour aider et soutenir l’organisme dans la lutte contre les capitons.

En cure d’attaque

Dans le cadre d’un régime alimentaire contrôlé. Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et midi (pas après 16 h), avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

 FUCUS

Fucus vesiculosus L.

Partie utilisée : le thalle

Ressource marine

Cette algue brune est bien connue en Bretagne, où elle est récoltée sur les rochers à marée basse. Son rôle d’activateur métabolique a été expérimenté au cours du XIXè siècle.

L’effet modérateur d’appétit

L’algue contient essentiellement de l’acide alginique, dont les dérivés, les alginates, ont la propriété de gonfler dans l’estomac. Le Fucus procure ainsi une impression de satiété, d’où son emploi comme modérateur d’appétit. De plus, sa richesse en iode a pour effet de stimuler le métabolisme de base, ce qui active le processus d’amincissement.

Pour faciliter la perte de poids

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule par jour à prendre 15 mn avant le repas principal, avec un grand verre d’eau. Ne pas dépasser trois semaines de cure. Tenir compte de la teneur élevée en iode. Réservé à l’adulte. Déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi qu’en cas d’allergie à l’iode.

  PAPAYE

Carica papaya L.

Partie utilisée : le  fruit

Un goût exotique

Symbole de la générosité tropicale, le Papayer porte d’énormes baies, dont le poids peut atteindre 5 kg. Sa culture s’est répandue d’Amérique centrale jusqu’aux Antilles. La Papaye mûre offre une chair orangée à la saveur acidulée, très rafraîchissante.

Propriétés désinfiltrantes

La sève des fruits verts, obtenue par saignée, contient jusqu’à 20 % de papaïne, une enzyme qui dégrade les protéines et accélère leur assimilation. Utilisé dans certains troubles digestifs, l’extrait de papaye intervient également contre la formation d’œdème lié aux amas cellulitiques.

En phase d’attaque des capitons

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte. 

 MARC DE RAISIN

Vitis vinifera L.

Partie utilisée : la rafle et la peau des baies

Les fruits de la Vigne

Le marc de raisin se compose de grappes pressées dont le jus a été extrait.

Des actifs « anti-stockage »

Certains actifs du marc de raisin s’opposent à la transformation des excédents alimentaires en réserves lipidiques. De plus, grâce aux propriétés veinotoniques bien connues de la Vigne, le marc de raisin intervient contre le ralentissement de la micro-circulation, phénomène à l’origine de l’invasion cellulitique.

Pour combattre l’apparition de la cellulite

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 1 gélule matin et soir, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

  ANANAS

Ananas comosus (L.) Merr.

Partie utilisée : la tige

Pas le fruit, mais la tige

Le mot ananas reproduirait l’expression indigène « a nana », « fruit excellent ». Sa découverte par les Européens remonte au second voyage de Christophe Colomb vers ce qu’on n’appelait pas encore l’Amérique du Sud. Plus tard, Louis XV eut le privilège royal de goûter les premiers spécimens obtenus sous serre.

Des enzymes multi-actives

La tige de l’ananas contient de la bromélaïne, une enzyme capable de fractionner les chaînes de protéines. Par ses propriétés anti-inflammatoires et anti-oedémateuses, l’extrait d’Ananas apporte une aide intéressante dans le soin des zones cellulitiques avec rétention d’eau.

Pour aider à désinfiltrer

En complément de mesures diététiques.

Conseil d’utilisation : en général 2 gélules matin et soir, avec un grand verre d’eau. Réservé à l’adulte.

Il n’y a pas de miracle, pour garder un poids en adéquation avec sa taille et le maîtriser, il est nécessaire de passer par des mesures diététiques et d’adopter un régime alimentaire équilibré. Ceci n’est pas toujours facile surtout si la gourmandise d’en mêle. Il faut donc s’aider de ces plantes. Elles constituent une aide précieuse pour se retrouver bien dans son corps.

Vous aimerez aussi : Adrénaline et amaigrissement

Sources : P. Fabre Phytothérapie.

Image parVidmir Raic de Pixabay