Archives de catégorie : Maladies rénales, veineuses, rhumatismales

Les maladies cardio-vasculaires

Soins par les Huiles Essentielles

Généralités

Abaissent la tension artérielle :

  • l’essence de lavande,
    d’aspic (par action périphérique, en abaissant la tension superficielle du sang),
    de marjolaine, par un mécanisme central.

A l’inverse, élèvent la tension artérielle :

Les essences :

  • d’hysope,
    de romarin,
    de sauge,
    et de thym,

Par libération d’adrénaline consécutive à une action directe à l’endroit des surrénales.


Consulter les formules d’associations d’Huiles essentielles à utiliser (fonctions cardiaques)

   

Image parsilviarita de Pixabay

Maladies rhumatismales, racine de fenouil

La racine de fenouil pour soigner la goutte

L’accumulation de cristaux provoque des poussées inflammatoires douloureuses dans les articulations. L’accumulation d’acide urique peut causer par intermittence, des douleurs et une inflammation des articulations et des tissus.

Connue depuis l’antiquité, la goutte est un rhumatisme articulaire du à des dépôts de cristaux microscopiques d’acide urique dans les articulations. Elle toucherait principalement les hommes.

Acide urique

Les propriétés diurétiques de certaines essences, comme la racine de fenouil  s’ajoutent à des vertus anti-rhumatismales également rencontrées chez d’autres végétaux.

Propriétés diurétiques de la racine de fenouil

Les hygiénistes prescrivent la racine de fenouil qui aide à traiter la rétention d’eau et la cellulite. Elle possède en outre des propriétés diurétiques puissantes dans le cas d’insuffisance urinaire. Ses vertus diurétiques sont aussi utilisées contre l’arthrite et les rhumatismes. D’autres essences remplissent les mêmes fonctions, parmi lesquelles le genévrier et l’oignon.

Fréquence

Il paraîtrait en effet que les maladies rhumatismales sont actuellement deux fois plus fréquentes que les maladies de cœur, sept fois plus fréquentes que le cancer et dix fois plus fréquentes que la tuberculose ou le diabète.

Phytothérapie

La racine de fenouil se trouve le plus souvent sous forme de gélules ou d’ampoules dans les magasins spécialisés.

 
 

Image parClker-Free-Vector-Images de Pixabay

Maladies rhumatismales et douleurs d’origines diverses, H.E. formules

Les applications se font localement sous forme d’émulsions, d’onguents, de liniments ou de compresses.
En effet, de nombreuses huiles essentielles  sont pourvues de propriétés antinévralgiques et antirhumatismales.

En leur temps, les Anciens n’ignoraient pas le pouvoir des Huiles essentielles. Ils les utilisaient en applications de plantes chauffées au four ou de cataplasmes d’ail, d’oignon, de thym, de sauge… dans les affections douloureuses rhumatismales et goutteuses.

PROPRIÉTÉS

Les essences aux propriétés antirhumatismales s’utilisent en usage externe et agissent localement. Les essences (1) possèdent un grand pouvoir de diffusion, de cette manière, cette voie de diffusion externe à travers la peau permet de penser que le traitement agit également de manière générale.
Lors d’un bain aromatique, il a été prouvé que les essences traversent les téguments pour arriver très rapidement dans la circulation sanguine. Elles seront éliminées notamment par les poumons et les reins. Ces organes ainsi bénéficieront de leurs propriétés désinfectantes, antispasmodiques ou stimulantes.

BAINS

Différents bains aux essences sont recommandés :

-Le genièvre pour les rhumatisants et les arthritiques.
-La marjolaine,  thym, romarin, sauge comme bains fortifiants.
– Enfin les bains de lavande sont calmants, de même que le tilleul.

On trouvera, à l’étude particulière des essences, les diverses indications des bains généraux et locaux.

Dans les temps anciens, on s’est penché sur le traitement des affections générales avec des produits naturels. Ainsi on a trouvé que des badigeons de teinture d’iode, ou des frictions avec des liniments à base d’ail, d’huile d’olives, de camphre, tout en tenant compte des propriétés d’absorption de la peau pouvaient s’avérer efficaces.

Dans les pharmacies, les applications cutanées de diverses pommades contenant un principe actif (anticoagulant, hormonal…) entraînent un retentissement sur l’organisme entier.

PARTICULARITÉS

Outre toutes ces particularités, les essences disposent d’un pouvoir de pénétration à travers le revêtement cutané. Elles sont solubles dans les graisses de la peau. En effet, traversant très rapidement les couches externes, elles passent très rapidement dans le sang.

Par conséquent, outre leur activité propre, les essences peuvent servir de support, de véhicule à divers autres médicaments destinés à être appliqués localement dans le but d’en obtenir des effets généraux (alcaloïdes, glucosides divers…).

Image parClker-Free-Vector-Images de Pixabay

Tisanes dépuratives du sang

 

Quelques formules de tisanes détoxifiantes pouvant compléter l’action de l’argilothérapie

 

CIRCULATION DU SANG Poids
Vigne rouge, feuille 60 g
Prêle 10 g
Noyer feuilles 10 g
Réglisse, racine 15 g
Bourdaine, écorce 25 g
Chiendent, rhizome 15 g
Hysope, sommités fleuries 10 g

Mettre 2 à 3 cuillerées à soupe du mélange pour un demi-litre d’eau. Faire bouillir pendant quelques minutes. A consommer sans modération dans la journée ou pendant les repas.

DÉPURATION DU SANG Poids
Bourdaine, écorce 30 g
Millepertuis, sommités 20 g
Saponaire 20 g
Garance, racine 20 g
Réglisse, racine 15 g
Salsepareille 10 g
Prêle, plante 10 g
Serpolet, sommités 10 g
Séné, folioles 10 g
Bourrache, feuilles 10 g

Une ou deux cuillerées à soupe pour une tasse. Faire bouillir 2 min et infuser 15 min. A consommer en une tasse, un quart d’heure avant les deux repas principaux.

TONIFIANT ET APAISANT DU CŒUR ET EN CAS D’HYPERTENSION Poids
Vigne rouge, feuilles 25 g
Bourse à pasteur 20 g
Gui, feuilles 20 g
Pissenlit, racines coupées 15 g
Grateron, feuilles 15 g
Epine-vinette, écorce 15 g
Germandrée, sommités fleuries 10 g
Aubépine, fleurs 5 g
Muguet 5 g

Porter à ébullition trois cuillerées à soupe de ce mélange pour un demi-litre d’eau, durant quelques minutes.

Puis infuser un quart d’heure ou, mieux, laisser macérer toute la nuit. A consommer dans la journée.

Il est recommandé d’ajouter du miel.


Image par Mareefe de Pixabay

Récapitulatif maladies rénales, veineuses, rhumatismales

LES MALADIES RÉNALES, VEINEUSES ET RHUMATISMALES

Images :

Image par Dr. Manuel González Reyes de Pixabay
Image par Steve Buissinne de Pixabay
Image par Liz Masoner de Pixabay
Image par Tumisu de Pixabay

La silice, minéral oublié

La silice est un élément minéral très répandu sur la terre

Longtemps, le corps humain a ignoré son rôle. Mais à la lumière de nombreuses expériences, les chercheurs ont montré que la silice est l’un des composants les plus importants des tissus conjonctifs. Lesquels comprennent à la fois les cartilages, les tendons des articulations, et les éléments de la paroi des artères. Et, la silice les rend plus résistants et plus élastiques.

 

SILICE ET RHUMATISMES

La silice permet de mieux fixer le calcium sur l’os et améliore la trame du collagène qui assure la souplesse des tissus.Il est établi que dans les déminéralisations, les pertes en silice sont plus précoces que les pertes en calcium au niveau de l’os.Le silice est de plus, un élément de structure, dont dépend l’élasticité des tissus. Dès que le taux de silice diminue, la teneur en calcium des tissus conjonctifs augmente, et leur élasticité diminue.Par ailleurs, la silice accélère la consolidation des fractures, probablement grâce à ce rôle de fixateur du calcium.

SILICE ET ATHÉROSCLÉROSE

Une étude réalisée en Finlande, sur une période de 25 ans, a révélé que la mortalité par maladie coronarienne (angine de poitrine, infarctus) des habitants de l’Est de la Finlande était le double de celle des Finlandais de l’Ouest. Des études très poussées ont permis de découvrir que le seul facteur significativement différent entre les deux populations était la concentration de silice dans l’eau de boisson. Très basse à l’est (où la mortalité est élevée) et normale à l’ouest (où la mortalité est faible). La silice joue donc un rôle prépondérant dans la prévention des maladies vasculaires en rétablissant l’élasticité de la paroi artérielle, indispensable pour amortir les variations de la pression sanguine.

POURQUOI MANQUE-T-ON DE SILICE ?

L’eau et de nombreux légumes et fruits assurent les apports en silice nécessaires à l’organisme. La silice est concentrée dans les pelures, et les téguments des céréales. Il existe des carences : – car l’eau de boisson peut être pauvre en silice (en pays calcaire par exemple)

– car l’alimentation moderne, à base de pain blanc, de légumes décortiqués et de fruits pelés, ne couvre plus les besoins.

QUE FAIRE ?

La phytothérapie permet de remédier à ce manque : de nombreuses plantes riches en silice biodisponible nous apportent cet élément qui nous veut du bien.

Par exemple : L’alfalfa, le Bamboosil, et la Prêle.

La prise régulière de gélules de poudre totale de ces plantes, ou leur utilisation en voie externe permettra de restaurer l’élasticité des tissus, de limiter l’évolution des rhumatismes et de prévenir l’apparition des complications de l’athérosclérose.

Sources : familiales

Image parPDPics de Pixabay

L’arthrose

 

 

 

FICHE L’Arthrose

 

L’arthrose ou rhumatisme chronique est une affection dégénérative des articulations.

C’est une maladie de la cinquantaine, mais beaucoup de sujets moins âgés en sont atteints.

Il existe des traitements naturels pour la soigner. Outre les locaux , des médications à base de plantes sont la théorie des naturopathes. Ils proposent d’autres méthodes comme les cures, et certaines thérapies.

Que faut-il faire ou ne pas faire pour éviter l’installation de l’arthrose ?

Faut-il se soigner selon les méthodes naturelles ou selon les méthodes traditionnelles allopathiques ?

La vidéo ci-dessus vous aidera dans votre choix.

L’arthrose est caractérisée par des lésions cartilagineuses avec productions osseuses (ostéophytes, becs-de-perroquet), et des déformations. Elle affecte généralement plusieurs articulations avec, en associations diverses : colonne vertébrale, genoux, hanche, doigts, épaule :

– Par des douleurs, une impotence plus ou moins accusée, une limitation des mouvements qui peut régresser, ou s’aggraver à la suite de poussées nouvelles aboutissant à des déformations parfois notables. A la radiographie apparaîtront, pincement des interlignes articulaires, formations osseuses des pourtours, déminéralisation, déformations.  

Les causes sont multiples

 A telle enseigne que l’arthrose est une des affections les plus généralisées. Dans certains pays, le rhumatisme est la première cause d’absentéisme et l’un des premiers budgétivores.

On évoque, selon les cas, des facteurs héréditaires, inflammatoires, l’athérosclérose, des troubles métaboliques ou endocriniens (arthrose de la ménopause). 

De nombreux facteurs locaux. 

Ceux-ci sont à l’origine de cette usure articulaire : traumatismes de toutes natures, violents ou bénins mais répétés, inflammations antérieures (arthrite) qui aboutissent à l’arthrose. 

TRAITEMENTS LOCAUX

 – Frictions :

Deux ou trois fois par jour avec un onguent (il en existe beaucoup) ou une lotion aromatique :  

    Teinture de gingembre        90   g
    H.E. origan}   ââ  3   g
    H.E. genièvre}   ââ  3   g
    H.E. cyprès       1.50 g
   H.E. térébenthine           6  g
    Alcoolat de romarin    qsp 250   ml

Frictions à la main nue et non par l’intermédiaire d’un gant de toilette, une ou deux minutes chaque fois.

Cette lotion est également un traitement de la  cause et non pas uniquement un calmant ;   

– Chaleur :

Bouillottes, infra-rouges, soleil, sacs de sable chauffés au four… ;  

– Emplâtres de feuilles de chou : 

 Si vous souffrez vraiment vous songerez à ce remarquable procédé, toujours d’actualité. (voir : « Traitement des maladies par les légumes et les fruits ». Editions Maloine) 

– Bains concentrés aromatiques généraux ou locaux : 3 ou 4 par semaine parfois plus, de 15-20 minutes. Ou bains associant les algues marines et les essences. Même rythme d’utilisation ;  

 – Contre la douleur : aussi un ou deux boutons intradermiques d’eau distillée aux points de douleur maxima. A faire pratiquer avec de fines aiguilles par une personne du corps médical.   

– Méthodes de physiothérapie : certaines méthodes de physiothérapie bien conduites. Le terme englobe des agents aussi différents que l’eau, l’air, l’électricité, les radiations lumineuses, la chaleur…  

– La négativation électrique  : dont les effets sont locaux et d’ordre général. 

 – Les massages : enfin, bien sûr, la mécanothérapie et les massages donnent de bons résultats.  

DU POINT DE VUE GÉNÉRAL

– Contre la douleur :

Des antalgiques banaux genre aspirine. Surtout pas, sauf exceptions, d’anti-inflammatoires.  

. Iode et soufre :

toujours d’actualité ; 

. Préparations à base de plantes et d’essences aromatiques dont voici des exemples :

a) cynara (artichaut) T.M.}  
    fraxinus (frêne) T.M.}                      ââ qsp 90 ml
    ribes nigrum (cassis) T.M.}  
b) Huile Essentielle genièvre}  
    Huile Essentielle cyprès}  
    Huile Essentielle thym}         ââ 1 g
    Huile Essentielle de origan}  
    alcool à 90° qsp      qsp 90 ml

25-30 gouttes des 2 flacons (50-60 gouttes au total) dans 3/4 de verre d’eau tiède avant les 3 repas

   feuilles de cassis}  
    feuilles de frêne}          ââ 100 gr
    reine des près                50 gr

ou bien en infusion avec :

– 1 cuillerée à soupe pour une tasse. Trois ou quatre tasses par jour ;

. La scrofulaire noueuse :

– 2 à 3 cuillerées à café de sommités fleuries dans 250 ml d’eau bouillante

. L’aubier de tilleul sauvage :

– (sous sa dénomination « Gravelline ») par cures de trois semaines – un mois. 

. Le colchique d’automne :

– (en liquide, chez le pharmacien). 

 . La prêle :

– reminéralisant, protecteur tissulaire

. Des algues en comprimés :

– du phosphore, de la vitamine D, une catalyse de cuivre, autres moyens.

 Les cures thermales :  

Les stations ne manquent pas en France, toutes à peu près d’égale valeur. Elles sont très bien réparties, souvent à moins de 200 km du domicile. Voir la liste là, sur wikipedia. Le médecin traitant guidera  votre choix. Les cures marines font également partie du lot. Voir votre médecin traitant.   

La chirurgie :

Elle devient indispensable dans certains cas où tout a échoué. Ses réalisations à notre époque sont souvent remarquables mais chacun a le droit de tout faire pour l’éviter.

Les massages avec l’aromathérapie :

Mélanger : 2 ml d’huile essentielle de gaulthérie + 2 ml de katafray + 11 ml d’huile de calophylle et masser l’endroit douloureux.

En cas de douleurs chroniques, avaler aussi 2 gouttes d’eucalyptus citronné sur un sucre trois fois par jour.

PRÉVENTIVEMENT

 Il est très difficile de codifier en ce qui concerne les prédispositions héréditaires. En règle générale, le bon sens invite à faire ceci :

– éviter la sédentarité donc faire de l’exercice d’assouplissement, c’est-à-dire bougez, marchez, courez ;

– éviter les excès de table qui favorisent l’athérosclérose ;

– décider de cures de plantes, de cures tout court,

– nager, maigrir si nécessaire,

– et surtout vous faire suivre par un médecin, de votre choix.   

*** 

De nombreux médecins naturopathes prescrivent les cataplasmes de choux ou les utilisent. A vous de les tester et s’ils vous soulagent de les adopter. En ce qui concerne les traitements de la douleur, il est nécessaire de les faire pratiquer par une infirmière en vérifiant qu’elle n’utilise pas de l’eau distillée à la place du sérum physiologique. Pour parler massages, l’essentiel sera de s’adresser à un expert, voire un professionnel. Les anti-inflammatoires modernes sont tous plus ou moins toxiques. Ne pas utiliser de cortisone non plus, bien lire les noms des produits car elle se cache sous des noms différents.  

Le thermalisme

Il est un autre moyen de lutter contre l’arthrose. Faire des cures.

Leur effet peut être capital dans cette affection.  La grande vogue des cures marines, depuis quelques années, prouve bien que leur efficacité est reconnue en cas de souffrance.

La thérapie cellulaire :

Autrement dit « les cellules fraîches ». Méthode âprement critiquée par certains. En réalité, au vu des études, en ce qui concerne l’arthrose, la thérapie cellulaire ne peut avoir qu’un effet très général en s’opposant au vieillissement de l’organisme.
Elle n’a pas disparu depuis Brown-Sequard, Voronoff et Niehans pour ne pas remonter plus avant.
Les hygiénistes affirmaient, il y a quelques années qu’il y avait toujours plus de demandes, que ce soit en Suisse, en France ou en Allemagne.   

Inconvénient : comme nombre d’autres méthodes très officielles, elle se montre onéreuse.


GLOSSAIRE

   TM = teinture-mère.

Teinture mère : liquide obtenu par macération d’une plante fraîche dans de l’alcool de titre variable selon la plante. Matière première pour l’homéopathie, ces teintures sont prescrites en phytothérapie sous forme de gouttes.  

HE = huile essentielle

1ml = 35 gouttes environ

1 cuillerée à café pleine = entre 3 et 4,5 ml.  

ââ, qsp : abréviation qui signifie  » à quantités égales, quantité suffisante pour… « . Utilisée par le médecin pour indiquer le dosage d’un mélange de plantes.

Tisane : Curative, cette boisson peut être obtenue par infusion (en versant de l’eau bouillante sur la plante sèche), ou par décoction (en plongeant la plante sèche dans de l’eau froide portée à ébullition, puis en laissant bouillir) ou par macération (plante laissée dans l’eau à température ambiante).

Les TM se trouvent en pharmacie,

et les HE en pharmacie ou en para-pharmacie ou sur les sites internet d’ AROMATHERAPIE.        

Toutes ces fiches J.D.N. sont établies selon travaux Y.Chatillon.    

 

Ces informations sont données à titre purement informatif. 

 

Pour tout usage des huiles essentielles dans un but thérapeutique, consultez un médecin.


Image parLuisella Planeta Leoni de Pixabay