Archives de catégorie : Maladies de la nutrition

Maladies du foie et de la vésicule biliaire

Utilisation des essences

 

Evacuation de la production biliaire

  • Le romarin

Cholérétiques

  • Les essences de lavande,  menthe,  sauge et  thym

 

 

Calculs biliaires ou urinaires

  • L’ail, le citron, le genévrier, l’hysope, la noix muscade, l’oignon

Propriétés antispasmodiques

  • La lavande, la marjolaine, la verveine, le cyprès, l’anis

Contre le hoquet

  • Quelques gouttes d’essence d’estragon déposées sur la langue

Toux spasmodique

  • Quelques gouttes d’essence de cyprès sur l’oreiller

Excitabilité du système nerveux

  • La lavande

Réduire le tonus du sympathique

  • La marjolaine

 

Voir les associations d’Huiles essentielles
à utiliser pour les fonctions digestives foie et vésicule biliaire
           

Image parLynn Greyling de Pixabay

Maladies du sang et maladies de la nutrition

Quantités indiquées en ml

 

Agranulocytose :

Alterner deux formules :

Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3, Cannelle 4.
Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7

 

 

 

Albumine
Hyper-azotémie :

Genièvre 10, bouleau 4

Anémie. Chlorose :

Romarin 5, Thym 5, Camomille 5.

Chlorose

Scrofulose des enfants. Lymphatisme :

Alterner la formule « Anémie » avec trois autres formules :

Lavande 2, Pin 5, Romarin 5. Camomille 5,
Sauge sclarée 2, Serpolet ou Thym ou Sarriette 5;
Basilic 5, Serpolet 4, Camomille 4.       

Leucémie, Polynucléose :

Éosinophilie; Lymphocytose; Monocytose; Agranulocytose

Suppuration récidivante :

Deux formules à utiliser en alternance

Thym, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3,
Cannelle 4, Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7

Oreillons :

Genièvre 6, Camomille 6

Scarlatine :

Eucalyptus 2, Pin ou Cajeput 3, Origan 2, : 10 %.
S’il y a une bonne tolérance, doubler la dose pour parvenir à la dilution courante de 20 % pour cette maladie. 

Varicelle :

Application d’une poudre d’argile blanche élaborée avec :

  • Poudre d’argile blanche 60 g,
  • Lavande H.E. 30 gouttes,
  • Géranium H.E. 30 gouttes.

Mettre les ingrédients dans un broyeur
Mélanger.   

 

Image parAntonio Corigliano de Pixabay

Formules d’Huiles essentielles pour soigner la nutrition

FORMULES D’HUILES ESSENTIELLES

 A faire préparer par votre pharmacien

Diabète

L’eucalyptus, l’oignon, le géranium  détiennent des vertus antidiabétiques qui auront l’occasion d’être souvent mises à profit.

Selon certaines publication, il est à noter que le nombre de personnes diabétiques ne cesse d’augmenter et d’anciens travaux américains se sont penchés sur ces chiffres importants.

L’emploi de ces essences dans le diabète doit devenir un réflexe, ainsi que l’utilisation de nombreux autres végétaux :

  • Les feuilles de noyer, de myrtille, de mûrier noir, d’olivier, l’aigremoine, la bardane, la renouée des oiseaux, le galega, la scrofulaire, etc…

Formule pour diabétique :

Eucalyptus 4, Géranium 7, Genièvre 4, thym 2; 

Céphalée d’origine digestive 

Verveine 6, Camomille 8.
Éosinophilie

A prendre en alternance :

Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3, 
Cannelle 4, Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7. 

Grippe

Thym 4, Origan 4, Sarriette 4, Cannelle 4, Myrte 4.

Hyperazotémie ou excès d’urée. Albumine

 Genièvre 10, Bouleau 4.

Lymphatisme (Voir Anémie)

Romarin 5, Thym 5, Camomille 5.

Anorexie Inappétence

Trois formules à utiliser en alternance :

Cumin 5, Carvi 5, Origan 5;
Citron 5, Camomille 5, Serpolet ou Thym ou Sarriette 5.
Basilic 5, Serpolet 4, Camomille 4.

Asthénie physique et intellectuelle.

Maladies nerveuses.

 Romarin 2, Thym 2, Sarriette 3, Origan 2, Marjolaine 3, Basilic 3.

Surcharge pondérale et cellulite

Voie interne

Basilic, Ocimum basilicum :

  • Trois gouttes d’huile essentielle sur un comprimé neutre, à absorber 3 fois par jour, en régularisation du système neurovégétatif.


Sauge, Salvia officinalis

  • Utile dans l’obésité et la cellulite.
    Absorber deux gouttes d’huile essentielle sur un comprimé neutre deux fois par jour entre les repas.


Voie externe :

Cèdre de l’atlas, Cedrus atlantica :

  • Drainant, diurétique, élimine les graisses.

Lemon grass, Cymbopogon citratus :

  • Anti inflammatoire, vasodilatateur, décongestionnant, lutte efficace contre la cellulite

Criste marine :

  • Elimine la cellulite et l’aspect peau d’orange grâce à son action contre la rétention hydro-lipidique.

Hyperfolliculinie

 Romarin 3, Bouleau 2, Cyprès 3, Lavande 3, Origan 2.

Gastrite

Nausée. Vomissement. Ulcère 

Deux formules à utiliser en alternance : 

Camomille 11, Bigarade 11.
Basilic 5, Bigarade 5, Géranium 5, Camomille 6;

Hoquet

Estragon seul en dilution à 20 %.

Infection intestinale avec diarrhée ou infection urinaire avec cystite

Maladies du sang

Prendre en alternance : 

Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3, Cannelle 4.

Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7

Spasmes 

Ulcère de l’estomac ou de l’intestin 

Camomille 7, Lavande 7, Bigarade 7 ou

Estragon 5, Camomille 5, Lavande 4, Origan 4, Marjolaine 4;

Voir : maladies du sang et de la nutrition    

L’insuffisance hépatique

Qu’est ce que l’insuffisance hépatique ?

 
Deux diagnostics sont très souvent portés sur les sites spécialisés : l’un relatif à un nervosisme exagéré, l’autre à un foie déficient. Or, selon les études,  nous allons voir que les causes du mauvais fonctionnement du foie existent bel et bien,  celles de la vésicule biliaire également.

Les traitements seront sans surprise, fidèles à la vocation de ce blog, privilégiant des moyens de traitements naturels, une alimentation à base de végétaux sous différentes formes et l’adjonction de soins externes. L’insuffisance hépatique grave est exclue de ce billet car il s’agit d’un domaine strictement réservé au médecin.

FICHE

L’Insuffisance Hépatique

Image educ-environnement, libre de droits

Symptômes

L’insuffisance hépatique légère banale est relativement fréquente. Les signes les plus souvent rencontrés sont une mauvaise haleine, une langue chargée, des maux de tête, des nausées, un manque d’appétit, une digestion difficile, un état permanent de fatigue. Peuvent se rencontrer, des hémorragies nasales ou des gencives, une soif plus ou moins vive. A un degré de plus : teinte jaune des conjonctives, urines foncées, parfois décoloration des selles. Il s’agit d’un ictère, autrement dit une jaunisse, baptisé « hépatite », généralement assorti – malgré l’absence fréquentes de preuves – de viral.

Causes

Elles sont diverses : origine congénitale, abus de certains médicaments, alimentation de mauvaise qualité ou manquant de mesure, les infections antérieures, l’alcoolisme.

Traitements

– Adopter une alimentation saine éliminant les plats en sauce, les charcuteries ordinaires, les graisses cuites, l’alcool. En revanche, les œufs de qualité, la crème fraîche (dans le potage par exemple), le beurre frais, les huiles crues (olive, tournesol) ne sont pas contre-indiqués et sont généralement bien supportés.

– Suppression des médicaments toxiques et, en cas de besoin absolu, usage raisonné, surveillé, limité.

Formule d’insuffisance hépatique : Solution du Bourget (Codex) :

Bicarbonate de sodium : 6 g
Phosphate de sodium : 4 g
Sulfate de sodium : 2 g
Doses pour un litre d’eau.

Posologie :

– Un verre (100 g) au lever et au coucher.
– Cures de 15 jours par mois.
– Les quinze autres jours du mois, préparations végétales associant diversement selon les cas : Feuille d’artichaut, fumeterre, boldo, pissenlit…

Préparations pour l’insuffisance hépatique :

Radis noir dans l’alimentation, préparé comme le céleri rémoulade avec huile d’olive, citron, persil ou tout autre aromate.
Ou bien sous son nom botanique, Raphanus niger, vendu en pharmacie.
Ou bien sous forme de jus frais de radis noir cru qui nettoie la vésicule biliaire et le foie.

Aubier de tilleul sauvage (Gravelline)

– Site pharmacien où vous le procurer : Chez la Gravelline  en décoction avec 40 g par litre d’eau :
– Prendre 2 ou 3 verres par jour, par cures de 20 jours à un mois.

– Diastases pancréatiques (ou levure de bière) au début des repas.

– Papaïne. (Voir passeportsanté) Dragées ou cachets à base de plantes, d’extraits de papaïne à la fin des repas.

– Extraits de foie, (PureLiver FoiePur, New Roots foie pur en capsules) si nécessaire.

Les bienfaits de la carotte et des poireaux :

Il faut rappeler que la carotte est une amie du foie, l’eau de cuisson des poireaux – en cures de trois semaines à raison de trois ou quatre tasses par jour – aussi et équivaut pour certains auteurs à une cure à Vichy.

L’ennemi du foie :

C’est le froid ! En effet,  le foie n’aime pas le froid. A condition qu’il ne s’agisse pas d’une infection du foie ou d’un syndrome abdominal aigu tel qu’une appendicite, une bouillotte chaude (comme une bouillotte aux noyaux de cerise),  est susceptible de soulager en quelques minutes. Elle favorise aussi le sommeil.

Cures thermales :

Domaine thermal de Mondor, situé au Luxembourg, MONDORF Domaine Thermal. L’établissement propose une Cure thermale du foie et des voies digestives incluant une Cure de boissons, des bains aux bourgeons de pin ou carbo-gazeux ou oxy-gazeux, des séances de relaxation.  La cure à une durée 21 jours.

En France choisir le Centre thermal de Vichy. Vals-les-Bains et aussi : la station thermale de Châtel-Guyon, Pougues Les Eaux, stations soufrées.

Recette

Pour protéger son foie trop souvent agressé :

– Chaque soir boire une infusion de romarin ou de thym, de camomille ou de verveine. Vous trouverez l’équivalent en pharmacie ou dans les magasins spécialisés. Leur efficacité, réelle est comparable.
Il faut varier les infusions : une semaine ou quinze jours de chaque.

  ***

Le mental sur la maladie

Pour terminer, une insuffisance hépatique avec nausées, inappétence, digestions lentes peut être entretenue par les soucis, un climat familial défectueux, des ennuis professionnels. Il faudra en tenir compte. Sachez enfin que l’énumération des traitements hépatiques naturels n’est pas limitative et qu’il ne faut pas se traiter seul.

Dans tous les cas, consulter son médecin traitant. Ou faire appel à un médecin spécialisé dans les traitements naturels et les problèmes alimentaires. Ils sauront vous diriger, vous indiquer les meilleurs produits, et vous imprimer un rythme de suivi qui pour de nombreuses personnes peut très bien ne pas excéder deux ou trois par an.

« Le mal au foie »

Existe-t-il vraiment ? C’est ce que l’on croit :  que l’on a mal au foie

Lors d’une hépatite fulgurante, par exemple de type B, le volume du foie est modifié mais cette atteinte reste indolore. De même que le gastro-entérologue vous répondra lorsque vous serez remis sur pieds : « vous pouvez manger tout ce que vous voulez, même du chocolat si ça vous fait plaisir ».  Le médecin traitant se montrera sans doute plus réservé et interdira toute consommation d’alcool pendant un an, sous quelque forme que ce soit, bonbons, sauces, etc… ».
Selon le Professeur Béraud du CHU de Bordeaux, d’autres réponses que l’on donne : « C’est les nerfs » ou bien « c’est votre foie » sont des allégations faciles qui n’expliquent pas toujours grand chose. Dans les services de gastro entérologie, on dit même que le mal au foie n’existe pas… on remarquera que beaucoup de personnes se plaignent d’être affublées de ces étiquettes, de mal au foie, sans que leur état ne s’améliore en dépit d’une succession de médicaments, ou protecteurs hépatiques variés. Tous ces diagnostics portés ne sauraient convaincre dans de nombreux cas.

C’est la raison pour laquelle, disposer de quelques connaissances et adopter une bonne hygiène de vie, permettent de mettre l’organisme au repos et le foie en particulier. Professeur Claude Béraud, CHU de Bordeaux, chef de service en hépato-gastro-entérologie et addictologie

Fiches Y. Chatillon

Image parHans Braxmeier de Pixabay

Formules naturelles pour maladies de la nutrition

Quantités indiquées en ml

Anorexie. Inappétence

Trois formules à utiliser en alternance : 

Cumin 5, Carvi 5, Origan 5, Citron 5/
Camomille 5, Serpolet ou Thym ou Sarriette 5/
Basilic 5, Serpolet 4, Camomille 4

Asthénie physique et intellectuelle

Maladies nerveuses

Romarin 2, Thym 2, Sarriette 3, Origan 2, Marjolaine 3, Basilic 3

Cellulite

Hyperfolliculinie

Romarin 3, Bouleau 2, Cyprès 3, Lavande 3, Origan 2

Obésité

Prendre en alternance la formule « cellulite » et la formule :

Citron 4, Mélisse 3, Bouleau 2, Serpolet ou Thym 2, Lavande 3

Voir les maladies de la nutrition

 

Tisanes dépuratives du foie


 Pouvant compléter l’action de l’argilothérapie

 

Aspérule odorante, sommités fleuries 30 g
Romarin, sommités fleuries 30 g
Caille-lait, som. fl. 30 g
Prêle 30 g
Réglisse, racine 30 g
Souci, som. fl. 20 g
Menthe, feuilles 20 g

Mettre 2 cuillerées à soupe par tasse, en infusion, 10 min. Prendre une tasse après les repas de midi et du soir. Sucrer au miel.

ENGORGEMENT DU FOIE Poids
Aspérule odorante 30 g
Réglisse, racine 30 g
Artichaut, feuilles 20 g
Souci, fleurs 10 g
Cassis, feuilles 10 g
Prêle, plante 10 g
Busserole, feuilles 10 g
Romarin, sommités fleuries 10 g
Centaurée, sommités fleuries 10 g
Caille-lait, sommités fleuries 10 g

Prélever deux cuillerées à soupe pour une tasse. Faire bouillir pendant 2 min et infuser 10 min. A consommer en une tasse, un quart d’heure avant chaque repas. Cette tisane est un peu amère, consommée froide, ce léger goût disparait.

POUR LES HEPATITES, Y COMPRIS L’HEPATITE VIRALE Poids
Patience, feuilles 20 g
Centaurée, sommités fleuries 20 g
Arnica, fleurs 20 g
Verveine, plante 20 g
Absinthe, sommités fleuries 20 g
Aigremoine, feuilles 20 g
Pissenlit, racine 20 g
Aunée, racine 20 g

Une cuillerée à soupe par tasse.
Porter à ébullition et laisser infuser.
Consommer 2 ou 3 tasses par jour, avant ou entre les repas.

Assez amère, cette tisane également, sera mieux acceptée, consommée froide.

 

Savoir ménager son foie

  • Le foie possède plusieurs fonctions qui se résument ainsi, il est un organe essentiel qui permet de vivre.
    Insuffisance hépatique ou non, nous nous devons d’en prendre soin par des habitudes alimentaires appropriées.
  • Éviction de certaines substances qui, à la longue, se révèlent toxiques à l’organisme dont il est le garant et utilisation des médecines naturelles.
  • Les huiles essentielles peuvent lui être salutaires.
  • Ainsi que la consommation de certains nutriments se trouvant dans des aliments de tous les jours sous forme de fruits et de légumes.
Jiju Kurian Punnoose — Travail personnel

 

Qu’est-ce qu’une insuffisance hépatique ?

Il s’agit d’une fragilité du foie. Et d’une maladie chronique.Les symptômes peuvent être

  • digestifs : ballonnements, indigestions fréquentes, douleurs abdominales, nausées, constipation alternée avec diarrhée, aérophagie, allergies alimentaires ; ou cutanées : eczéma, acné ;
  • ou généraux comme : fatigue, perte de poids, manque d’appétit.

Ces indispositions peuvent être quotidiennes et persister des années, toutefois, avec le temps, d’ordinaire, elles s’atténuent et parfois même disparaissent.

Les fonctions du foie

 

Il synthétise de nombreuses substances indispensables au fonctionnement de l’organisme. Grâce à l’excrétion dans la bile des déchets et substances en excès dans l’organisme, il a une fonction d’élimination. Les médicaments que nous prenons, sont détruits par le foie et ensuite éliminés dans l’urine ou la bile. Ce qui permet de dire également qu’il assure la dégradation et la destruction de substances étrangères à l’organisme.

Le foie est un filtre mais aussi à sa fonction d’épuration, peuvent être ajoutées une fonction de défense et de protection immunitaire. Le foie joue un rôle important dans l’ensemble des facteurs qui protègent la personne contre les agressions principalement infectieuses ou toxiques.

Le foie, à quoi sert-il (*) ?

– A produire de l’énergie,- A stocker sucre, vitamines, fer,- A détruire les substances toxiques apportées dans l’alimentation,- A dégrader l’alcool,- A fabriquer les protéines permettant le transport des graisses dans le sang.- A fabriquer l’urée,- A éliminer la bilirubine,- A permettre un fonctionnement intestinal correct,- A éliminer le cholestérol,- A la destruction des médicaments,- A détruire plusieurs hormones,- A fabriquer des substances pour permettre la coagulation du sang,- A barrer le passage dans le sang de substances étrangères pouvant entraîner des accidents immunologiques,- A lutter contre l’infection en détruisant les bactéries d’origine intestinales,

– A fabriquer, avant la naissance, les globules rouges du sang.

  (*) : sources Cl. Béraud

L’alimentation

1/ Conseils généraux pour adopter une alimentation saine

 

Les plus grands ennemis du foie sont :

Les graisses : Éviter les graisses pour la cuisson, choisir la cuisson au four sans ajouter de matières grasses. Utiliser des huiles végétales pour l’assaisonnement. Les graisses saturées d’origine animales (viande, produits laitiers et beurre) doivent être consommées en quantité modérée.

Les sucres. Éviter, en dehors des repas, la consommation de sucres à absorption rapide. (Desserts, confiseries, pâtisseries, sucre).

Le sel. Évitez de rajouter du sel aux plats qui vous sont servis.

L’alcool : La consommation de boissons alcoolisées ne doit pas dépasser deux verres chaque jour chez la femme et trois verres chez l’homme.

  • A savoir :- Le jus frais de radis noir cru nettoie la vésicule biliaire et le foie.
    – La menthe poivrée stimule la digestion et les sécrétions biliaires.
    – Le jus frais de fenouil cru favorise l’expulsion des gaz intestinaux (flatulence).
    – Le romarin est stomachique, cholagogue. Il favorise l’expulsion de la bile, donc la fonction hépatique et digestive.
    – La rhubarbe à un effet laxatogène, comme le jus de pommes reinettes, de pruneaux, de figues, de poires.
    – La camomille a un effet antispasmodique et anti-inflammatoire.
    – La réglisse est un cicatrisant des muqueuses agressées et un laxatif.
  • La guimauve est un émollient, qui calme l’irritation des muqueuses.
    La médecine traditionnelle et la crise de foie.

Placebo, quand la maladie devient rite.

Certains malades se plaignant d’une crise de foie, se décident à consulter un médecin. Parfois le diagnostic de la crise de foie est admis tout-à-fait et les causes de la crise écoutées ; parfois pour ne pas risquer d’ignorer une pathologie biliaire, le médecin prescrit des examens radiologiques ou autres qui pourront révéler une lithiase biliaire ou d’autres affections mais surtout donner lieu en cas d’examen de la vésicule, à des interprétations fantaisistes permettant d’inventer des maladies qui n’existent pas et surtout pour lesquelles la preuve d’une relation entre les anomalies radiologiques et les symptômes dont se plaint le malade n’a jamais été établie. D’où s’ensuit la prescription de placebos. Car la maladie de foie, en elle-même, n’existe pas. Il sera tout aussi efficace de trouver d’autres traitements.

Le traitement aux Huiles Essentielles, un effet non-placebo

Huile essentielle conseillée :

L’huile essentielle de citron 

C’est la meilleure amie de votre foie : elle aide à sa dépuration et à la régénération des fonctions hépatiques. De plus, elle facilite la digestion et l’élimination des graisses. C’est l’huile essentielle idéale après des excès.

Autres huiles essentielles à privilégier :

– L’huile essentielle de menthe poivrée,- l’huile essentielle de lédon du Groënland,

– l’huile essentielle de romarin à verbénone.

Mode d’emploi

En cas de mauvaise digestion :

Déposer 2 gouttes d’huile essentielles de citron sur un comprimé neutre ou un petit morceau de sucre. A prendre après le repas, deux fois par jour. Vous pouvez également les diluer dans une petite cuillère à café de miel ou d’huile d’olive.

Vous pouvez remplacer l’huile essentielle de citron par 2 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée.

Pour plus d’efficacité :

Remplacer l’huile essentielle de citron par 1 goutte d’huile essentielle de romarin à verbénone. Vous pouvez également utiliser l’huile essentielle de lédon du Groënland en application externe : déposer 1 goutte sur la région du foie 2 à 3 fois par jour.

2/ Savoir consommer les bons aliments

– Des fruits et légumes :

Consommer quotidiennement des céréales, des légumes et des fruits.

– Les boissons :

Boire un litre d’eau ou de boissons non alcoolisées et non sucrées chaque jour, éviter les boissons sucrées (jus de fruits, pétillants, limonades, etc). Le thé et le café en quantité modérée devraient n’apporter aucun risque.

Le foie détruit l’alcool, l’alcool détruit le foie

 

« La cellule hépatique est la seule qui puisse oxyder et dégrader l’alcool, substance toxique pour de nombreux organes et notamment pour le foie. En effet l’alcool, au-delà d’une certaine quantité, devient un poison pour les cellules hépatiques qui le détruisent, et la survenue fréquente d’une atteinte du foie après plusieurs années de consommation excessive n’est donc pas étonnante. 

Si les Français pensent à tort que toutes les cirrhoses sont alcooliques, et si c’est offenser un sujet sobre ou abstinent de lui dire qu’il est atteint de cette maladie, ces mêmes Français ignorent presque tout des légions hépatiques dues à l’alcool : leur fréquence réelle, leurs conséquences économiques et humaines, leur gravité, enfin la simplicité des thérapeutiques qui permettent souvent d’obtenir, par la sobriété ou l’abstinence, la guérison ou la stabilisation des lésions. « 

Professeur Claude Béraud « Le foie des Français ».***

Quant aux bienfaits des cures thermales qui sont très souvent prescrites par « les empiriques », dans ce cas précis, elles ne servent à rien. Après une hépatite virale, aucune cure dans une station thermale n’est préconisée par aucun médecin. Rien d’étonnant à cela. Pas une étude n’a prouvé que cette prescription améliorait les lésions hépatiques ou modifiait l’évolution des affections du foie. Encore une preuve que le mécanisme exact des troubles digestifs qui sont attribués par erreur à une insuffisance hépatique ou à une maladie de la vésicule biliaire sont tout-à-fait mal connus des curistes et des médecins.

  Image : {{PD-Art}} template without license parameter: the underlying work is public domain in both the source country and the United States. (Usage: {{PD-Art|1=|deathyear= »year of author’s death »|country= »source country »}}, where parameter #1 can be PD-old-auto, PD-old-auto-1923, PD-old-auto-1996, PD-old-100 or similar. See Commons:Multi-license copyright tags for more information.)–>

Image parGerd Altmann de Pixabay

Récapitulatif maladies de la nutrition

LES MALADIES DE LA NUTRITION

Image par Paolo Chieselli de Pixabay

Maladies de l’estomac et de l’intestin

Généralités

L’ail, l’oignon, l’anis, le citron, le genévrier, le thym, sont anti fermentaires. On n’oubliera pas la participation majeure des infections intestinales dans l’éclosion de la plupart des maladies, la cancérose comprise. L’ingestion journalière d’aromates est un garant du bon équilibre et du bon fonctionnement de l’intestin.

Les malades qui se soignent par les plantes et les essences aromatiques, ceux qui utilisent couramment les aromates dans leur alimentation reconnaissent cette efficacité. Un jour de jeûne et l’ingestion, pendant 24 ou 48 heures, d’huiles essentielles entraînent une désinfection organique. La sauge, le cyprès, la verveine ont des propriétés hormonales.

L’essence de cyprès est un véritable homologue de l’hormone ovarienne. Les essences ont une action régulatrice des glandes endocrines.

Elles agissent, non pas en se substituant aux glandes déficientes, mais en les dynamisant, en les « relançant ».

Il s’agit donc d’une thérapeutique d’excitation physiologique, ce qui donne aux essences aromatiques, dans ce domaine comme dans les autres, un intérêt primordial.

Les propriétés de l’oignon dans les équilibres glandulaires et l’obésité sont, depuis toujours, bien connues et utilisées.    

              Voir les associations d’Huiles essentielles à utiliser pour les fonctions digestives estomac et intestin.

Et s’il n’en est pas moins vrai qu’un mélange d’Huiles Essentielles peut supprimer une pathologie en 48 Heures (Zona), dans le cas d’un corps sain on utilisera également les Huiles Essentielles en prévention des pathologies.

Image parmohamed Hassan de Pixabay