Archives de catégorie : Les thérapeutiques

Formules associations Huiles essentielles, Fonctions cardiaques

 

Additif complexes

aromatiques formulaires

Utilisation,

comment procéder

Faiblesse et fatigue cardiaque

Fortifiant des muscles du cœur :

Lavande : 1 ml.5
Marjolaine : 1 ml.5
Bigarade : 1 ml.5
Myristate d’Isopropyle : qsp : 26 ml
Dilution : 14 % env.

Insuffisance cardiaque.

Insuffisance mitrale. Asthme cardiaque :

Marjolaine, Cyprès.
Alterner tous les 2/3 jours avec :
Marjolaine, Romarin.

Troubles du rythme cardiaque :

Trois formules à prendre en alternance :

Marjolaine 8, Cyprès 8.
Marjolaine 8, Bigarade, 8.
Camomille 10, Menthe 5.

Palpitations :

Lavande, Marjolaine.

Extra-systole, Arythmie avec dyspepsie :

Géranium, Basilic, Thym, Origan.

Acouphène. Sifflement. Bourdonnement d’oreille. Surdité :

Trois formules à prendre en alternance :

Camomille 7, Genièvre 11.Bois de Rose 6, Camomille 6, Genièvre 5.

Sarriette 6, Camomille 10.

Collapsus, Syncope :

Camphre seul dilué à 20 %.

Extra-systole

intriguée avec dyspepsie :

Trois formules à prendre en alternance :

Géranium 5, Basilic 6, Thym 4, Origan 3.
Lavande 4, Marjolaine 6, Bigarade 8.
Bigarade 9, Cyprès 8.

Hypercholestérolémie :

Romarin 8, Bouleau 10.

Hypertension :

Lavande 7, Marjolaine 7, Citron 5.

Hypotension, troubles avec œdème, enflure, crampes, fatigue :

Pin 6, Thym 7, Romarin 6.
ou
Sauge sclarée : 2 ml
Romarin         : 2 ml
Thym             : 2 ml
Myristate d’Isopropyle : qsp 24 ml
Dilution         : 18 %

Formules associations Huiles essentielles, Fonctions respiratoires

formulaires

Utilisation des huiles essentielles

 

ANGINE

Géranium 10 à 12, Origan 3 à 4, Serpolet 3 à 4;

APHONIE

Géranium 11, Cyprès 8.

ASTHME

Deux formules à prendre en alternance : 

Serpolet 8, Cyprès 7 à 8, Lavande 3 à 4;

Hysope 7, Lavande 6, Romarin 4.

Rechercher et choisir la formule qui donne la meilleure tolérance et calme au plus vite.

BRONCHITE

Bronchite, toux grasse.

Il faut des plantes béchiques et asséchantes.

Hysope 4, Pin 6, Myrte 6, Eucalyptus 4.

Bronchite chronique – stimulant

Trois formules à prendre en alternance :

Pin 5, Lavande 4, Eucalyptus 5, Thym 4.
Cyprès 5, Lavande 4, Eucalyptus 5, Thym 4.
Origan, Romarin, Serpolet, Pin, Eucalyptus.

Bronchite chronique avec surinfection, dyspnée, suffocation

Serpolet 6, Cyprès 6, Lavande 4, Eucalyptus 4.

Bronchite compliquée d’asthme, d’emphysème, de sclérose pulmonaire

Deux formules à prendre en alternance :

Hysope 3  4, Cyprès 4 à 5, Eucalyptus 4 à 5,Serpolet 4 à 5;

Thym 4 à 5, Cyprès 4 à 5, Pin 4 à 5, Eucalyptus 4 à 5.

Bronchorrhée avec pneumocoques

 Deux formules à prendre en alternance :

Thym 5, Origan 5, Pin 5, Eucalyptus 5.
Cannelle 6, Sarriette 6, Cajeput 6.

Sclérose Pulmonaire avec intriqués asthme, emphysème et bronchite :

Hysope : 1 ml.5
Cyprès : 1ml.5
Serpolet : 1ml.5
Eucalyptus : 1ml.5
Myristate d’Isopropyle qsp : 24ml.
Dilution : 18 %

COQUELUCHE

Deux formules à prendre en alternance.

Origan 5 à 6, Cyprès 5 à 6, Camomille 5 à 6.
Origan 3 à 4, Serpolet 3 à 4, Romarin 4 à 5, Lavande 4 à 5.

EMPHYSÈME

Pin 6, Lavande 6, Serpolet 6
ou Cyprès 6, Lavande 6, Serpolet 6.
ou Pin, Térébenthine, Lavande, Serpolet

RHINITE

Rhinites de toute nature

Trois formules à prendre en alternance : 

Eucalyptus 5, Menthe 3, Géranium 6, Lavande 5.

Niaouli 4, Pin 6, Serpolet 3, Romarin 5.

Myrte 6, Eucalyptus 3, Géranium 6, Lavande 4.

Rhinite allergique ou rhume des foins

Alterner :

Camomille seule en dilution à 15-17 %.
Camomille 12, Sarriette 6.

Rhume des foins

Serpolet, Citron, Menthe

SINUSITE

Deux formules à prendre en alternance :

Cyprès 8 à 9,
Benjoin 6, Pin 5, Myrte 6.

Sinusite (à utiliser de préférence en inhalations) :

Pin, Benjoin, Eucalyptus

Obstructions nasales :

Eucalyptus, Niaouli, Menthe, Myrte.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Géranium, Eucalyptus, Menthe, Lavande

TOUX

Toux grasse :

Pin, Myrte, Eucalyptus, Hysope

Toux coqueluchoïde :

Origan, Serpolet, Pin, Romarin

Toux bronchite :

Pin, Lavande, Eucalyptus, Thym

Toux irritantes, nerveuses, asthmatiformes :

Pin, Lavande, Serpolet, Hysope Hysope 8 à 9.

Hysope 5, Serpolet 5, Lavande 4, Marjolaine 4.

INFLAMMATION BRONCHIQUE DES FUMEURS

Sassafras, Myrte, Eucalyptus

TRACHÉITE

Trois formules à prendre en alternance : 

Eucalyptus 3, Myrte 15.

Myrte 13, Lavande 4.

Myrte 11, Serpolet 3, Lavande 5.

Trachéite, Laryngite avec toux irritante et rauque :

Pin, Marjolaine.

Alterner tous les 2, 3/jours avec :

Pin, Marjolaine, Lavande, Thym

Mal de gorge

Pin, Marjolaine,

Alterner tous les 2, 3 jours avec

Pin, Marjolaine, Lavande, Thym

Facilitant de l’expectoration

Pin 6, Niaouli 6, Eucalyptus 6.

GRIPPE :

Pin, Thym, Lavande, Romarin, Menthe, Girofle, Cannelle

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Cannelle, Origan, Sarriette

En règle générale, les huiles essentielles à recommander, en cas de mal de gorge, sont les suivantes :

Huile essentielle de Benjoin
Huile essentielle de Thym
Huile essentielle Bois de rose
Huile essentielle de Lavande
Huile essentielle de Santal
Huile essentielle de Niaouli

Les essences de plantes existent aussi en gélules.

Formules associations Huiles essentielles, Fonctions digestives

aromatiques formulaires

Utilisation des Huiles Essentielles,

ESTOMAC

Aérophagie :

Basilic et Carvi
ou
Marjolaine seule.

Indigestion :

Mélisse, Basilic et Bigarade
ou
Mélisse, Basilic, Verveine.

Gastrite. Nausée. Vomissement. Ulcère :

Deux formules à utiliser en alternance :

Camomille 11, Bigarade 11.
Basilic 5,Bigarade 5, Géranium 5, Camomille 6.

Hoquet :

Estragon seul en dilution à 20 % à alterner avec Cyprès seul en dilution à 20 %.

Gastralgie. Dyspepsie :

Basilic 8, Origan 6, Angélique 5, Carvi 4.

INTESTIN

Infection intestinale avec diarrhée ou infection urinaire avec cystite.

Maladie du sang :

Prendre en alternance :

Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3,Cannelle 4.
Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7.

Météorisme, flatulences, ballonnements :

Estragon, Thym et Basilic.

Colites :

Thym, Romarin, Lavande, Carvi
ou
Néroli, Origan et Romarin.

Constipation avec météorisme :

Cannelle, Girofle, Romarin, Carvi.

Constipation seule :

Romarin, Cumin, Pin.

Diarrhée. Entérite :

Alterner :
Camomille seule 20
Cannelle 6, Cajeput 10, Gingembre 6.

Ulcère de l’estomac ou de l’intestin :

Camomille, géranium.

Spasmes intestinaux :

Camomille 7, Lavande 7, Bigarade 7
ou
Estragon 5, Camomille 5, Lavande 4, Origan 4, Marjolaine 4.

Ulcère de l’estomac ou de l’intestin :

Camomille 12, Géranium 11.

Ténia :

Térébenthine, Thym.

Oxyures :

Eucalyptus, ail.

Ascaris :

Chénopode, Eucalyptus, Thym.

Crampes. Spasmes avec douleurs :

Trois formules à utiliser en alternance, à l’essai,

afin de déterminer les meilleurs effets suivant la susceptibilité du patient : 

Basilic 7, Origan 6, Coriandre 7.
Lavande 6,Marjolaine 6, Origan 5, Camomille 6.
Camomille 7, Lavande 7, Bigarade 7.

Aérocolie :

Carvi 4, Cannelle 4, Girofle 3, Romarin 10. Romarin 8, Cumin 7, Pin 7.

Colibacillose :

Alterner : Thym 4, Origan 5, Sarriette 4, Girofle 3, Cannelle 4. Pin 7, Eucalyptus 7, Cajeput 7.

FOIE

Lithiases biliaires :

Trois formules à utiliser en alternance :

  1. – Thym 4, Marjolaine 6, Sarriette 3, Mélisse 5.
  2. – Thym 6, Mélisse 6, Marjolaine 7.
  3. – Citron 8, Sarriette 5, Romarin 6.

 

Cholécystite :

Thym, Romarin, Citron.
ou
Cumin 4, Citron 5, Thym 5, Mélisse 7.

Hépatite virale commune :

Romarin, Pin, Genièvre.

Insuffisance hépatique :

Cyprès, sauge.

Insuffisance hépatique avec ballonnement, flatulence :

Thym 2 ml,
Romarin 2 ml,
Basilic 2ml
Myristate d’isopropyle : qsq 24 ml
Dilution à 18 %.

Cirrhose

– Thym10, Marjolaine 10.

Hépatite virale :

– Thym 5, Romarin 5, Genièvre 7, Cyprès 4.

Insuffisance Hépatique liée à des troubles circulatoires :

– Cyprès 12, Sauge sclarée 7.

Avec dyspepsie :

– Thym 5, Romarin 5, Mélisse 5, Basilic 5.

Comment utiliser les formules d’H.E.

Huiles Essentielles…

 

Formules d’associations d’HUILES ESSENTIELLES

Pour soigner les affections les plus courantes, nous avons composé quelques FORMULES D’ASSOCIATIONS D’HUILES ESSENTIELLES.

Celles-ci ont été longuement réfléchies, basées sur des années d’expériences, de la recherche auprès d’auteurs d’expérience, de biologistes, de médecins. Elles ont donc une grande valeur thérapeutique.

Ces formules d’associations d’huiles Essentielles comportent généralement 3, 4, ou 5 huiles essentielles. Il est inutile de codifier des formules « fourre-tout », qui ne résolvent rien. Mieux vaut une formule simple et testée, qu’une formule comportant un grand nombre d’Huiles essentielles.

Certains auteurs ont étudié des mélanges d’essences de plantes élaborés avec 7, 8 Huiles essentielles voire même plus. Nous n’approuvons pas ces formules trop complexes, hétérogènes où dans la prise desquelles des risques d’intolérances allergiques, ou réactions diverses ont été observés. En effet, elles interfèrent dangereusement entre-elles

Le pouvoir toxique des Huiles essentielles existe

Si les Huiles essentielles développent leur pouvoir toxique connu, c’est une mauvaise utilisation qui en est à l’origine. Plusieurs cas d’intoxications ont été relevés sur des personnes non averties qui les utilisaient à mauvais escient : frictions trop importantes au cours d’une seule et même journée, formules d’Huiles essentielles disparates en non adéquation avec les symptômes, doses trop importantes et surtout sans synergies entre les différentes essences de plantes utilisées.

Doses

En principe, les prescriptions médicales seules doivent juger de la dose à administrer.

Posologie journalière :

En prise orale :

UNE GOUTTE à HUIT GOUTTES/jour

En frictions :

Sur UN ou DEUX/jour

Dans le cas où le médecin phyto-aromathérapeute prescrit plusieurs associations d’Huiles essentielles à appliquer en frictions, alterner tous les deux à trois jours l’application des formules d’associations d’Huiles essentielles prescrites.

Important : Dans une même journée, éviter d’employer plusieurs associations d’Huiles essentielles différentes.

Prescriptions

A savoir qu’il est prudent de ne prescrire que des formules comprenant 3 à 5 Huiles essentielles maximum, de préférence issues d’une seule et même  ou familles de plantes avec les mêmes caractéristiques. Les conifères, les myrtacées, plantes balsamiques, ombellifères, composées présentent cette particularité. C’est le seul moyen de diminuer les risques de résistance de microbes croisés. Un germe pathogène peut résister à une Huile essentielles, mais vraisemblablement pas aux 3 ou 4 autres.

Associations

L’association de quatre Huiles essentielles dont les propriétés se complètent restera plus efficace que l’utilisation d’une seule Huile essentielle. C’est l’utilisateur lui-même qui saura discerner ce qui lui convient le mieux, après l’observation du mieux-être puis soulagement éprouvé quasi-immédiat qui devrait intervenir après une application à même la peau d’une formule d’association d’Huiles essentielles.

Utilisation des formules d’associations d’Huiles essentielles

De nombreux exemples d’associations existent, ils doivent être élaborés sur des modèles de dilution précis, faits au pourcentage optimum indiqué.

Massage médical ou sportif :

– L’Huile essentielle sera composée de 3 à 5% d’huile essentielle diluée dans de l’huile d’amande douce. Ce taux sera réduit à 0,5% pour les enfants de deux à cinq ans ; et à 2% pour les enfants de 5 à 12 ans.

– Le massage doit toujours remonter des extrémités vers le cœur.

L’onction

· Les onctions se réalisent sur de petites surfaces de peau, avec, en conséquence une concentration plus importante. Prévoir environ 50% d’huile essentielle et 50% d’huile d’amande douce.

· Les zones concernées sont le front, les tempes, la nuque.

· Quelques essences sont contre-indiquées comme cannelle, origan ou girofle.

· Utiliser de préférence citron, lavande, camomille, eucalyptus, bois de rose, ou niaouli.

La friction :

· La friction se fait en application sur la peau. Friction le long de la colonne vertébrale« l’arbre de vie »et sur les zones malades.

– Elle se pratique en remontant vers le cœur par mouvements circulaires, dans le sens des aiguilles d’une montre pour stimuler, ou dans le sens inverse pour apaiser.

– Les articulations, plante des pieds sont concernées, mais elles se montreront d’une grande efficacité en application le long de la colonne vertébrale, l’arbre de vie. 

– Une huile pour friction se compose de 5 à 20% d’huile essentielle diluée dans de l’huile d’amande douce et peut s’étendre de 10 % à 25 % en fonction du sujet ( enfants, sensibilité accrue, réactivité, âge).

Résultats, efficacité :

– Efficacité ressentie environ 5 à 15 min après l’application, guérison espérée au terme de trois jours de traitement, selon durée de traitement prescrite.

– Dans le cas contraire, consulter son médecin habituel.

En cosmétologie :

Quelques unes des formules qui vont vous être proposées sont élaborées avec le myristate d’isopropyle à des pourcentages variant de 10 à 25 %.

Le myristate d’isopropyle est une base destinée aux compositions de diffuseur à tiges. Le myristate d’isopropyle est utilisé comme support de parfums pour diluer les matières premières aromatiques. Il peut se mélanger avec de l’alcool, désodoriser les habitations ou en parfumerie. Il entre dans la composition de l' »alcool des parfumeurs ».

Son aspect huileux est non gras et ses propriétés émollientes intéressent l’usage de la cosmétique.

 

 

Thérapeutique aromatique, Di/Ky, formulaire 2

FORMULAIRE 2

 
 
DIURETIQUES   cyprès, genévrier, oignon, romarin, sauge, térébenthine
DOULEURS GASTRIQUES ((Voir gastralgies)  
DOULEURS INTESTINALES (Voir spasmes intestinaux’)  
DOULEURS LOMBAIRES camomille (douleurs de la grippe), géranium  
DOULEURS DE L’OREILLE   ail, cajeput
DOULEURS MUSCULAIRES (voir rhumatismes musculaires)  
DOULEURS RHUMATISMALES (voir névralgies rhumatismales)  
DURILLON   ail
DYSENTERIES   ail, cajeput, citron, niaouli, thymol
DYSHIDROSE   Pin
DYSMENORRHEES Voir règles douloureuses  
DYSPEPSIES   ail, anis, basilic, bergamotier, camomille, cannelle, citron, coriandre, estragon, fenouil, genévrier, gingembre, girofle, hysope, lavande, menthe, noix de muscade, oignon, sarriette, sauge, thym, verveine
DYSPEPSIES ATONIQUES   ail, bergamotier, cannelle, fenouil, gingembre, hysope, lavande, menthe, noix de muscade, oignon, origans, romarin, sauge, thym, verveine des Indes
DYSPEPSIES NERVEUSES   anis, carvi, coriandre, estragon, girofle, oranger amer, sarriette
DYSPNEE   hysope
DYSTONIES NEURO-VEGETATIVES   estragon, origans, romarin, verveine des Indes
EBLOUISSEMENTS DIGESTIFS   anis
ECCHYMOSES   fenouil, hysope
ECORCHURES Voir plaies  
ECZEMA   camomille, hysope, sauge
ECZEMA SUINTANT   genevrier
ECZEMA SEC   géranium, lavande
EMBARRAS GASTRIQUE   menthe
EMBONPOINT (voir obésité)  
EMMENAGOGUES   romarin, sauge, thym
EMPHYSEME PULMONAIRE   ail, thym
EMPOISONNEMENT PAR LE PHOSPHORE t térébenthine
ENERVEMENT (voir irritabilité)  
ENFANTS (voir maladies infantiles)  
ENGELURES   citron, oignon
ENGORGEMENT DU FOIE ET DE LA RATE (voir congestion hépatique et congestion de la rate)  
ENGORGEMENT DES SEINS (voir seins)  
ENROUEMENT (voir aphonie)  
ENTERITE (voir intestins)  
ENTERORRAGIES (voir hémorragies intestinales)  
ENURESIE   cyprès
EPIDEMIES (prévention des)   ail, citron, eucalyptus, genévrier, niaouli
EPILEPSIE   basilic, cajeput, romarin, essence de térébenthine, thym
EPISTAXIS   citron, essence de térébenthine
ERETHISME GENITAL   marjolaine
ERETHISME CARDIO-VASCULAIRE   anis, carvi
ERUPTIONS   citron
ESSOUFLEMENT (voir dyspnée et asthme)  
ESTOMAC (acidité) (voir gastrite)  
ESTOMAC (atonie) (voir atonie gastrique)  
ETATS FIEVREUX (voir fiévreux)  
ETOURDISSEMENTS (voir vertiges)  
EXTINCTION DE VOIX (voir aphonie)  
FAIBLESSE GENERALE (voir asthénie)  
FAIBLESSE DES MEMBRES romarin  
FATIGUE CARDIAQUE   ail, anis vert, bornéol
FATIGUE GENERALE (voir asthénie)  
FERMENTATIONS   cannelle, carvi, estragon, genévrier, girofle, oignon, sarriette, thym
FETIDITE DE L’HALEINE (voir haleine fétide)  
FIEVRE AUTOMNALE   genévrier
FIEVRES INTERMITTENTES ET DES GENS NERVEUX   camomille, sauge
FIEVRES ERUPTIVES   eucalyptus, hysope, lavande
FIEVRE PUERPERALE   essence de térébenthine
FIEVRE TYPHOÏDE   ail, cannelle, citron, lavande, thym, thymol
FIEVREUX (états)   citron, eucalyptus
FISTULES (annales)   lavande, niaouli
FLATULENCES (voir météorisme)  
FOIE (voir hépatisme)  
FOURMIS (pour les éloigner)   citron
FRAGILITE CAPILLAIRE   citron
FRIGIDITE (voir impuissance)  
FURONCULOSE   camomille, citron, oignon, thym
GALE   ail, cannelle, carvi, citron, girofle, lavande, menthe, moutarde, romarin, essence de térébenthine, thym
GALE DU CHIEN   carvi, genévrier
GANGRENE PULMONAIRE   ail, eucalyptus
GASTRALGIES   cannelle, estragon, fenouil, géranium, hysope, menthe, pin, romarin, sarriette
GASTRITE   citron
GASTRO-ENTERITE   géranium
GENCIVES (entretien pour les fortifier) citron, fenouil  
GERCURES   citron, oignon
 GINGIVITE   citron, sauge
GLANDES ENDOCRINES (voir déséquilibres glandulaires)  
GLOSSITE   citron, géranium, sauge
GOITRE EXOPHTALMIQUE   ail, oignon
GONORRHEE CHRONIQUE   sassafras
GOUTTE   ail, basilic, cajeput, camomille, citron, fenouil, genévrier, pin, romarin, sassafras, essence de térébenthine, thym
GRIPPE   ail (prophylaxie), bornéol, camomille, cannelle de Ceylan (asthénie grippale), citron, cyprès, eucalyptus, fenouil (prophylaxie), hysope, lavande, menthe, niaouli, oignon, pin, romarin, sauge, thym
GUÊPES (voir piqûres d’insectes)  
HABITATIONS (voir désinfection des)  
HALEINE FETIDE des dyspeptiques   menthe, noix de muscade
HEMATURIES   citron
HEMOPHYLIE   citron, essence de térébenthine
HEMOPTYSIE   cannelle, citron, cyprès, genièvre, géranium, térébenthine, terpine
HEMORRAGIE GASTRIQUE   citron
HEMORRAGIES INTESTINALES    citron, térébenthine
HEMORRAGIES NASALES (voir épistaxis)  
HEMORRAGIES PULMONAIRES (voir hémoptysies)  
HEMORRAGIES URINAIRES (voir hématuries)  
HEMORRAGIES UTERINES   cannelle, cyprès, genièvre, géranium, essence de térébenthine, terpine
HEMORROÏDES   ail, chenopode blanc, cyprès, oignonc, cyprès, oignon
HEPATISME   citron, menthe, romarin, sauge
HERPES DES MUQUEUSES   citron
HOQUET   estragon
HYDROPISIE   ail, genévrier, oignon, essence de térébenthine
HYPERACIDITE GASTRIQUE (voir gastrite)  
HYPERCHOLESTEROLEMIE (voir cholestérol)  
HYPERCOAGULABILITE SANGUINE   ail, citron
HYPERCOAGULABILITE SANGUINE   ail, citron
HYPERHIDROSE PLANTAIRE   pin
HYPERTENSION ARTERIELLE   ail, citron, lavande, marjolaine, ylang-ylang
HYPERVISCOSITE SANGUINE   citron
HYPOTENSION   hysope, romarin, sauge, thym
HYSTERIE   cajeput, lavande, romarin
ICTERE   citron, géranium, romarin
IMPETIGO (voir dermatoses)  
IMPUISSANCE   anis (?), cannelle (voir essence d’Italie), genévrier, gingembre, girofle, menthe, oignon, pin, romarin, santal, sarriette, thym, ylang-ylang
INAPPETENCE   ail, bergamotier, camomille, carvi, citron, coriandre, estragon, fenouil, genévrier, gingembre, hysope, noix de muscade, origans, sauge
INCONTINENCE D’URINES   thuya
INDIGESTION   carvi, lavande, menthe
INFECTIONS DIVERSES   ail, bornéol, citron, oignon, pin
INFECTIONS GENITO-URINAIRES   genévrier, lavande, niaouli, oignon, térébenthine, thym
INFECTIONS INTESTINALES (voir intestins)  
INFECTIONS PUERPERALES   niaouli, essence de térébenthine
INFECTIONS PULMONAIRES (voir affections pulmonaires et bronchites, asthme…)  
INFECTIONS URINAIRES   cajeput, citron, eucalyptus, fenouil, genévrier, géranium, lavande, niaouli, oignon, pin, santal, sauge, essence de térébenthine, thym
INSECTES (pour les éloigner)   voir fourmis, mites, moustiques. (voir aussi piqûres d’insectes)
INSOMNIES   basilic, camomille, lavande, marjolaine, oranger amer, thym
INSTABILITE PSYCHIQUE   marjolaine
INSUFFISANCE HEPATIQUE (voir hépatisme)  
INSUFFISANCE LACTEE (voir allaitement)  
INSUFFISANCE PANCREATIQUE   citron
INSUFFISANCE RESPIRATOIRE   ail, anis vert, cannelle
INSUFFISANCE DES URINES (voir oliguries)  
INTESTINS (infections, entérites, colites) ail, basilic, bergamotier, cajeput, camomille, cannelle, géranium, hysope, lavande, niaouli, romarin, essence de térébenthine, thym, verveine des Indes, ylang-ylang
INTOXICATIONS D’ORIGINE GASTRO-INTESTINALE   menthe (voir intestins)
IRRITABILITE   camomille, cyprès, lavande
JAUNISSE (voir ictère)  
KYSTES   ail, fenouil
 

Thérapeutique aromatique, Formulaire, Dilution

Thérapeutique aromatique formulaire dilution

Pour soigner les affections les plus courantes, nous avons composé quelques FORMULES D’ASSOCIATIONS D’HUILES ESSENTIELLES.

 

 

Des auteurs d’expérience, biologistes, médecins ont longuement réfléchi durant leurs années d’expériences et de recherches et ils en ont conclu qu’elles avaient une grande valeur thérapeutique.

En outre, ces formules d’associations d’huiles Essentielles comportent généralement 3, 4, ou 5 huiles essentielles. Il est inutile de codifier des formules « fourre-tout », qui ne résolvent rien. Mieux vaut une formule simple et testée, qu’une formule comportant un grand nombre d’Huiles essentielles.

Par ailleurs certains auteurs ont étudié des mélanges d’essences de plantes élaborés avec 7, 8 Huiles essentielles voire même plus. Nous n’approuvons pas ces formules trop complexes, hétérogènes où dans la prise desquelles des risques d’intolérances allergiques, ou réactions diverses ont été observés. En effet, elles interfèrent dangereusement entre-elles

 

Le pouvoir toxique des Huiles essentielles existe

Une mauvaise utilisation des  Huiles essentielles est l’origine d’un pouvoir toxique reconnu. Des personnes non averties ont été intoxiquées car elles les utilisaient à mauvais escient : il semblerait qu’elles appliquaient des frictions trop importantes au cours d’une seule et même journée, utilisaient des formules d’Huiles essentielles disparates en non adéquation avec les symptômes, doses trop importantes et surtout sans synergies entre les différentes essences de plantes utilisées.

Doses

En principe, les prescriptions médicales seules doivent juger de la dose à administrer.

Posologie journalière :

En prise orale :

UNE GOUTTE à HUIT GOUTTES/jour

En frictions :

Sur UN ou DEUX/jour

Dans le cas où le médecin phyto-aromathérapeute prescrit plusieurs associations d’Huiles essentielles à appliquer en frictions, alterner tous les deux à trois jours l’application des formules d’associations d’Huiles essentielles prescrites.

Important : Dans une même journée, éviter d’employer plusieurs associations d’Huiles essentielles différentes.

 

Prescriptions

A savoir qu’il est prudent de ne prescrire que des formules comprenant 3 à 5 Huiles essentielles maximum, de préférence issues d’une seule et même  ou familles de plantes avec les mêmes caractéristiques. Les conifères, les myrtacées, plantes balsamiques, ombellifères, composées présentent cette particularité. C’est le seul moyen de diminuer les risques de résistance de microbes croisés. Un germe pathogène peut résister à une Huile essentielles, mais vraisemblablement pas aux 3 ou 4 autres.

 

Associations

L’utilisation d’une seule Huile essentielle est à privilégier  à l’association de quatre Huiles essentielles dont les propriétés se complètent, elle sera plus efficace.

A noter que c’est l’utilisateur lui-même qui saura discerner ce qui lui convient le mieux, après l’observation du mieux-être puis soulagement éprouvé quasi-immédiat qui devrait intervenir après une application à même la peau d’une formule d’association d’Huiles essentielles.

 

Utilisation des formules d’associations d’Huiles essentielles

Il existe de nombreux exemples d’associations,  ils doivent être élaborés sur des modèles de dilution précis, faits au pourcentage optimum indiqué.

 

Massage médical ou sportif

– L’Huile essentielle sera composée de 3 à 5% d’huile essentielle diluée dans de l’huile d’amande douce. Ce taux sera réduit à 0,5% pour les enfants de deux à cinq ans ; et à 2% pour les enfants de 5 à 12 ans.

– De plus, le massage doit toujours remonter des extrémités vers le cœur.

L’onction

· Les onctions se réalisent sur de petites surfaces de peau, avec, en conséquence une concentration plus importante. Prévoir environ 50% d’huile essentielle et 50% d’huile d’amande douce.

· Les zones concernées sont le front, les tempes, la nuque.

· Quelques essences sont contre-indiquées comme cannelle, origan ou girofle.

· Utiliser de préférence citron, lavande, camomille, eucalyptus, bois de rose, ou niaouli.

La friction

– La friction se fait en application sur la peau. Friction le long de la colonne vertébrale« l’arbre de vie »et sur les zones malades.

– Elle se pratique en remontant vers le cœur par mouvements circulaires, dans le sens des aiguilles d’une montre pour stimuler, ou dans le sens inverse pour apaiser.

– Les articulations, plante des pieds sont concernées, mais elles se montreront d’une grande efficacité en application le long de la colonne vertébrale, l’arbre de vie. 

– Une huile pour friction se compose de 5 à 20% d’huile essentielle diluée dans de l’huile d’amande douce et peut s’étendre de 10 % à 25 % en fonction du sujet ( enfants, sensibilité accrue, réactivité, âge).

Résultats, efficacité

– Efficacité ressentie environ 5 à 15 min après l’application, guérison espérée au terme de trois jours de traitement, selon durée de traitement prescrite.

– Dans le cas contraire, consulter son médecin habituel.

En cosmétologie

Quelques unes des formules qui vont vous être proposées sont élaborées avec le myristate d’isopropyle à des pourcentages variant de 10 à 25 %.

Par ailleurs, le myristate d’isopropyle est une base destinée aux compositions de diffuseur à tiges. Le myristate d’isopropyle est utilisé comme support de parfums pour diluer les matières premières aromatiques. Il peut se mélanger avec de l’alcool, désodoriser les habitations ou en parfumerie. Il entre dans la composition de l' »alcool des parfumeurs ».

Son aspect huileux est non gras et ses propriétés émollientes intéressent l’usage de la cosmétique.

 

 

Huiles essentielles

LES ESSENCES

 

Nul ne peut ignorer le pouvoir de cicatrisation par les essences, lequel se produit rapidement, sans accidents toxiques ni formation de cicatrice

Retourner à ces méthodes est du plus haut intérêt, tant pour le malade que pour la collectivité. Nous allons voir de quelles manières et comment les maladies de la peau sont justiciables d’un traitement par les huiles essentielles.

 

Les essences ont une action cicatrisante

L’importante activité des essences aromatiques vis-à-vis des constituants des tissus explique leur pouvoir antiseptique. Elles ont en outre un pouvoir « embaumant », et un grand pouvoir de reconstitution tissulaire, c’est-à-dire cicatrisant à propos des brûlures et des plaies.

Dans le cas des maladies de la peau, ces lésions indiquent une composition anormale des téguments et la présence d’un facteur de désintégration. Les essences provoqueront, outre l’arrêt de la désintégration, une synthèse des tissus qui aboutira à leur reconstruction.

Des guérisons à la clé

Une odeur agréable est contemporaine et facteur de santé comme de beauté. En cas de maladies, des essences sélectionnées doivent permettre d’obtenir la guérison, car, modifiant l’odeur (par des réactions physico-chimiques), elles doivent normalement modifier la forme.

La pratique confirme ces données. Pour plus de précisions, se rapporter aux différentes propriétés des phénols et des alcools.

Elles soignent les dermatoses diverses

Eczémas secs, suintants, l’acné, rougeurs trouvent leur solution dans le traitement aromatique local et général (une lésion cutanée est toujours l’indice d’un mauvais état organique). Or, l’application locale des essences agit également sur les organes sous-jacents (foie, intestin, système circulatoire).

Outre le Citral, employé en pommades ou en injectable, certaines pâtes neutres ou acides, on peut également utiliser dans le traitement de l’eczéma certains complexes particuliers d’essences de fleurs (tant françaises qu’exotiques).

Elles possèdent une action non irritante

Ces produits agissent également sur nombre d’affections cutanées les plus diverses. Elles sont notamment l’acné, les plaies atones, certains psoriasis, gale du ciment, masque de grossesse. Mises à part quelques essences fortement rubéfiantes comme la moutarde, la cannelle, le girofle, la térébenthine, le pin, le cyprès, la grande majorité n’a qu’une action irritante des plus réduite sur les téguments.

Les essences déterpénées sont sans action irritante sur les divers tissus.

 

En conclusion

Les propriétés d’absorption de la peau ont, de tout temps, été utilisées dans le traitement d’affections générales et la pharmacopée moderne présente des diversités précieuses destinées par des applications cutanées à entraîner un retentissement absolu sur l’organisme grâce à ces fidèles essences.

 

 

 

Sources : familiales

Mode d’action des essences aromatiques

Les hormones végétales

Selon une optique différente de la théorie de Filatov, les essences aromatiques ont été comparées par certains auteurs à des hormones végétales.

J’ai déjà parlé dans l’étude particulière des essences, de l’essence de cyprès qui semble être l’homologue de l’hormone ovarienne.  Puis dans l’étude du Pin, que l’essence d’aiguilles de pin et d’autres sont des stimulants de la cortico-surrénale.

De par l’action des phyto-hormones et de l’activité œstrogène de certains végétaux, nous pouvons dire qu’un certain nombre de végétaux ont une action certaine sur le cycle féminin. (Ancienne étude de P. et Zenife).

Par ailleurs, différents travaux donnent à penser que les essences seraient susceptibles d’agir en modifiant le champ électromagnétique des personnes.

Effets de vibrations. Pour d’autres auteurs, les extraits de plantes agiraient par effet de vibrations sur le système vago-sympathique. Cette théorie se trouve, d’ailleurs de plus en plus invoquée dans les phénomènes relatifs à la biologie, au maintien ou au rétablissement de la santé.

Enfin certains travaux personnels (Dr Jean Valnet) : « Contribution à l’application pratique d’une nouvelle conception du terrain biologique ») tentent à démontrer, tout au moins partiellement, l’action des essences par la valeur de leur pH, de leur rH2 et de leur résistivité.

Le PH

Voici quelques explications simples issues d’hygiénistes :

– Le pH représente, par un chiffre, l’acidité ou l’alcalinité d’une solution. Il varie de 0 à 14,14. Plus le pH est faible, plus la solution étudiée est acide. L’eau pure est à 7,07. Les vitamines ont une réaction acide inférieure à 6 ou à 5. Les fruits, les jus de fruits à pH bas sont des sources de vitamines et des milieux stériles. La fermentation du vin s’effectue en milieu acide. De même celle du lait transformé en yaourt, puissant désinfectant de la flore intestinale. A l’inverse, l’œuf pas frais,  la viande avancée,  accusent une réaction alcaline.

– Le facteur rH2 définit la charge en électrons d’un pH donné. Pour un même pH, il y a une infinité de valeurs rH2. Il définit le pouvoir d’oxydo-réduction, c’est-à-dire un équilibre entre les phénomènes d’oxydation et de réduction, variable selon les circonstances. L’échelle rH2 varie varie de 0 à 42. Les valeurs rH2 sont extrêmement faibles. Un rH2 de 28 (équilibre entre les pressions d’oxygène ou d’hydrogène) représente théoriquement une pression d’oxygène ou d’hydrogène de un dix milliardième de milliardième de milliardième d’atmosphère.

– Il faut donc conserver les cornichons dans le vinaigre, acide et non dans l’eau de Vichy, alcaline.

 

 

 

 

Image parClaireSMA de Pixabay

Résistivité des essences

THÉORIES

Dans les deux articles précédents, il a été abordé la théorie de Filatov et le mode d’action des essences aromatiques.

Télécharger ce background pour votre blog, cliquer sur le lien, puis clic droit et enregistrer sous :

 
 

RÉSISTIVITÉ

La résistivité est la propriété d’une solution à s’opposer à la transmission de la chaleur ou de l’électricité. Plus une solution est pure, plus elle s’oppose à la transmission électrique.

Or, d’une manière générale, les essences naturelles ont un pH acide et surtout une résistivité très importante. La résistivité de l’essence de girofle est de 4.000 (20 fois celle du sang humain), celle du thym de 3.300, celle de l’essence de lavande de 2.800, celle de l’essence de menthe 3.000. Un mélange d’essences dont on sait qu’elles sont dotées de propriétés bactéricides marquées par nébulisation dans l’atmosphère, a une résistivité de 17.000 (la résistivité du mélange est ainsi beaucoup plus forte que celle de chacune des essences le composant). Son pH est très acide, à 4,6.

Or l’alcalinité favorise la pullulation microbienne et l’acidité s’y oppose. On comprend dès lors les propriétés bactéricides intenses des essences naturelles.

La haute résistivité des essences s’oppose également à la diffusion de l’infection et des toxines.

La menthe. L’essence de girofle. 

Le rH2, potentiel d’oxydo-réduction, a des chiffres variables selon les essences, qui activent les oxydations ou les réduisent selon les cas. La menthe, puissant oxydant, voit ainsi ses propriétés anti-microbiennes expliquées. Par contre, l’essence de girofle est un réducteur et devrait comporter des propriétés anti-virales et anti-cancéreuses. (1)

Comme toujours, la pratique n’apparaît pas aussi simple que la théorie et souvent il est préférable de vous laisser guider par l’expérience renouvelée des auteurs anciens et les résultats que les essences permettent d’obtenir. Cl Bernard disait que quand les faits sont en opposition avec la théorie, c’est la théorie qu’il faut reconsidérer. Ainsi ne craignez pas d’attendre la confirmation de cette théorie pour vous faire un opinion sur les effets obtenus.

(1) Selon L. Cl. Vincent, la cancérose s’accompagne d’un pH alcalin, d’un rH2 élevé (au-dessus de 25-26) et d’une résistivité abaissée (en-dessous de 170, jusqu’à 110-100, phase d’irréversibilité). Or, l’essence de girofle qui a un pH acide (6,7), un rH2 bas (16,5) et une résistivité très élevée (4.000), se trouve avoir des composants électroniques opposées au cancer et aux maladies à virus.Les affections microbiennes correspondent à un état alcalin, avec rH2 assez faible et une résistivité également faible.

 
 
 
 

Image parMarina Pershina de Pixabay