Archives de catégorie : Huiles Essentielles les indispensables

Eucalyptus, propriétés, utilisations, infusions, inhalations, huiles essentielles, lotions

Synonyme

Arbre à la fièvre. On en connaît plus de 300 espèces dont environ 50 sur le littoral méditerranéen.

Originaire de l’Australie, Tasmanie.

Se rencontre dans toute l’Europe, l’Afrique méditerranéenne.

On l’utilise sous forme d’infusion (feuilles, boutons floraux), sous forme d’inhalations (feuilles, huile essentielle) également par la bouche sous forme d’huile essentielle, généralement associée à d’autres essences.

 

EUCALYPTUS


Eucalyptus globulus

Myrtacée   

 
 
 

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

– Tanins, essence composée d’eucalyptol (80 à 85 %), de phellandrène, d’aromadendrène, d’eudesmol et de pinène, de camphène, d’aldéhydes valérique, butyrique et caproïque, d’alcools éthylique et amylique …

L’essence est retirée des feuilles d’eucalyptus par distillation à la vapeur.

L’expérience a démontré depuis longtemps, les effets de l’eucalyptol, excellent antiseptique pulmonaire dont l’élimination se fait partiellement par la muqueuse bronchique.

Or, l’activité des autres composants de l’essence d’eucalyptus est encore plus grande. Cette essence possède un pouvoir bactéricide bien supérieur à celui de l’eucalyptol pur (*).

Cette activité supérieure serait due à la présence d’une petite quantité d’ozone produite par l’oxydation des phellandrènes et aromadendrènes.

PROPRIÉTÉS :

Usage interne :

– antiseptique général, notamment des voies respiratoires et des voies urinaires
– balsamique (calmant de la toux, fluidifiant des expectorations)
– hypoglycémiant (Faulds, Trabut)
– antirhumatismal
– fébrifuge
– vermifuge
– stimulant

Usage externe :

– bactéricide (la nébulisation d’une émulsion à 2 % d’essence d’eucalyptus tue 70 % des staphylocoques ambiants)
– parasiticide
– cicatrisant
– préventif des affections contagieuses et pulmonaires
– éloigne les moustiques
– bien-être Revitalisant de la chevelure (Formulaire des hydrolats.)

INDICATIONS :

Usage interne :

  • affections des voies respiratoires : bronchites aiguës et chroniques, grippe, tuberculose pulmonaire, gangrène pulmonaire, asthme, toux,
    – affections des voies urinaires : infections diverses, colibacillose,
    – diabète,
    – certaines affections et pyrexies anciennes maladies : malaria, typhus, rougeole, scarlatine, choléra (prophylaxie de la scarlatine, rougeole, (méthode de Milne)
    – rhumatismes, névralgies,
    – parasites intestinaux : ascaris, oxyures,
    – migraines,
    – asthénie.

Usage externe :

– plaies, brûlures : en pansements, favorise la formation des bourgeons charnus réparateurs
– affections pulmonaires, grippe
– sinusites
– pédiculose
– moustiques (pour les éloigner).

MODE D’EMPLOI :

Usage interne :

– infusion :
3 à 4 feuilles (ou une cuillerée à soupe de feuilles coupées) par tasse. Faire bouillir une minute et infuser 10 minutes. Trois à cinq tasses par jour.

– poudre de feuilles :
cachets de 0,50 gr, 6 à 10 par jour.

– alcoolature :
2 à 4 gr par jour en potion (pour les enfants, 5 gouttes par année d’âge et par jour)

– Teinture au 1/5 è :
1 à 10 gr par jour, en potions

– Sirop :
30 à 100 gr par jour (20 gr = 0,70 gr de feuilles d’eucalyptus)

– huile essentielle :

S’utilise :

– Soit en gouttes (3 à 10 gouttes par jour, sur un  petit morceau de sucre, ou dans un peu d’eau chaude, généralement en solution alcoolique avec d’autres essences)
– 52 gouttes au gramme

– dose maxima par jour : 2 à 3 gr
– Soit sous forme de perles ou capsules de 0.10 à 0,20 gr (0,20 à 2 gr par jour).

Usage externe :

– infusion utilisée en fumigations dans les chambres, en inhalations (10 gr pour un litre).
– essence en inhalations (X à XV gouttes dans un bol d’eau bouillante)

– Formule pour inhalations (grippe, sinusites, bronchites) :

Huile essentielle de lavande …………………….1 gr
Huile essentielle de pin (aiguilles) ………… 2 gr
Huile essentielle de thym ………………………  2 gr
Huile essentielle d’eucalyptus ……………..   4 gr
Alcool à 90 ……………………………..   qsp 150 ccUne cuillerée à dessert à une cuillerée à soupe pour un bol d’eau bouillante. Pour 2 à 3 inhalations par jour, pendant 8 à 15 jours.

– Comprimés pour inhalations :

Menthol ……………………………………. 0,001 gr
Essence d’eucalyptus ……………….. 0,06   gr
Essence de thym ……………………… 0,03   gr
Teinture de benjoin …………………. 0,03   gr

pour un comprimé. Un à deux comprimés délayés dans un bol d’eau très chaude.

– Plaies (infusion, essence diluée) brûlures :

Mixture huileuse antiseptique :

Essence d’eucalyptus et thym               aa  )   2 gr
Essence de romarin et lavande             aa  )  3 gr
Menthol ………………………………………………………. 0,50 gr
Salicylate de méthyle ……………………………………..1 gr
Baume Tranquille ………………………………………. 100 gr
Huile d’œillette  ………………………………………..1000 gr

– Pour pansements :

– Mélange désinfectant :

Essence d’eucalyptus ……………….. aa 15 gr 
Phénol …………………………………………..aa
Essence de térébenthine  ………….100 gr

laisser évaporer dans la chambre (sur des compresses, par exemple).

– Lotion pour éloigner les moustiques :

Essence d’eucalyptus    aa
Essence de citronnelle  aa 56 gr
Solution alcoolique saturée d’acide phénique .. VI gouttes

en badigeons de la peau.

– Autre lotion :

Essence de citronnelle ………………………….  26 gr
Essence de cèdre  ……………………………………28 gr
Alcool camphré  …………………………………….. 26 gr

en badigeons des parties découvertes

 

N.B.

  1.  – Voir à Niaouli la formule de l’essence algérienne.
  2. Méthode de Milne : méthode de traitement des fièvres éruptives, en particulier de la rougeole et de la scarlatine, permettant d’éviter la contagion, sans pratiquer l’isolement du malade. Elle consiste en badigeonnages répétés des amygdales et du pharynx avec de l’huile phéniquée à 10 %. En des onctions de la peau avec de l’essence d’eucalyptus pure et en protection de la tête du malade, pendant la période d’éternuement et de toux, par un grand cerceau recouvert d’un voile que l’on asperge périodiquement avec de l’essence d’eucalyptus. (Il existe certainement des méthodes plus modernes, ceci étant, bien entendu « la méthode naturelle par excellence »).
  3.  – Une variété d’eucalyptus résiste à la gelée : Euc. Coccifera (var. Favieri).

     

SPÉCIALITÉS :

Solubéol, Eucalyptine, Osmogel, Pineoleum.
Thiopon balsamique.
Bains, Benzoquinol.

(*) : Lire les expériences de M. Cuthbert Hall sur diverses cultures microbiennes « On Eucaliptus oils especially in relation to theirs bactéricid power » (Schimmel).

Niaouli, essence algérienne, huile éphédrinée


Le Melaleuca viridiflora est un arbre abondant en Nouvelle-Calédonie

L’essence de niaouli ou goménol (marque déposée), est obtenue par distillation à la vapeur des feuilles fraîches. On utilise, en thérapeutique, l’essence de niaouli purifiée.

La distillation des feuilles de diverses espèces de Melaleuca fournit un produit comparable appelé huile de cajeput (voir ce terme).

NIAOULI

 Melaleuca viridiflora, Myriacée

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

35 à 66 % d’eucalyptol, 15 % de terpinol, pinène droit, limonène gauche, citrène, térébenthène, esters valérianique, acétique, butyrique …

PROPRIÉTÉS :

– revitalisant de la peau. (Voir la catégorie « traitement du visage et du cou »)

usage interne :

– bronchites chroniques et fétides – tuberculose pulmonaire
– grippe
– coqueluche, asthme
– rhinites, sinusites, otites
– tuberculose osseuse
– infections intestinales (entérites, dysenteries)
– infections urinaires (cystites, urétrites)
– infections puerpérales
– rhumatismes
– parasites intestinaux

usage externe :

– plaies atones, ulcères, brûlures, fistules
– coryza, laryngites, bronchites, coqueluche

MODE D’EMPLOI :

usage interne :

– huile goménolée à 50 %, en capsules de 0,25 gr (2 à 10 par jour, progressivement), ou 10 à 40 gouttes dans une infusion
– en injections hypodermiques (solution huileuse à 20 % – 10 à 20 cc en moyenne)

usage externe :

– solution huileuse à 5-10 % pour pansements, brûlures, ulcères
– eau goménolée à 2 – 5 pour mille en compresses, lavages de toutes natures

– essence algérienne :

essence de niaouli         25 gr 
essence de lavande       25 gr
menthol                          1 gr
eucalyptol                       5 gr
gaïacol                            1 gr
alcool à 90 °                   q s p  120 cc
quelques gouttes sur un mouchoir contre les affections pulmonaires (rhumes, bronchites, grippe, asthme …)

– Huile éphédrinée composée :

éphédrine base             0,30 g 
essence de niaouli        1,50 g 
huile d’olives                  30 cc
2 à 3 gouttes dans chaque narine, 3 fois par jour.

N.B.

2 – Les indigènes l’emploient de longue date pour purifier l’eau.

L’essence neutralise le bacille de la tuberculose à la dose de 0,4 %.

SPECIALITE :

Balseptol, Balsofumine, Thiopon balsamique, Vapo-Myrtol.

INDICATIONS :

usage interne :

– antiseptique général, bronchique et urinaire,
– balsamique – anticatarrhal
– analgésique
– antirhumatismal
– vermifugeusage externe :- stimulant tissulaire (antiseptique et cicatrisant)
– antiseptique

 
 
 

Genévrier, baies, sirops, formules de vins, liniments, l’essence de genièvre

Petit arbuste au bois dur se rencontrant dans le Centre et le Midi de l’Europe, en Suède, Canada
Connu depuis l’Antiquité pour ses services antiseptiques et diurétiques (Caton l’Ancien). On utilise des baies, le bois, les feuilles, et son essence, obtenue par distillation des baies à la vapeur (genièvre).

 

 

SYNONYMES :

Genièvre, pétron

Génévrier

Communis. Conifère
Juniperus

 

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :

Junipérine et huile essentielle contenant bornéol et isobornéol, cadinène, pinène, camphène, terpinéaol, alcool terpénique – camphre de genièvre, albumine, sucre (73 %).

PROPRIÉTÉS :

Usage interne :

–         tonique des fonctions viscérales, du système nerveux, des voies digestives, et excitant général des sécrétions (baies)
–         antiseptique pulmonaire, digestif, urinaire et sanguin
–         stomachique
–         dépuratif
–         diurétique uricolytique – sudorifique (bois)
–         antirhumatismal : favorise l’excrétion de l’acide urique et des toxines
–         antidiabétique
–         emménagogue
–         soporifique

Usage externe :

–         parasiticide
–         dépuratif
–         antiseptique
–         cicatrisant

INDICATIONS :

Usage interne :

–         lassitude générale ou organique (digestions lentes)
–         prophylaxie des maladies contagieuses
–         affections des voies urinaires (reins, vessie) : blennorragie, cystite (s’en abstenir en cas d’inflammation aiguë des reins)
–         albuminurie
–         oligurie
–         hydropisie, cirrhose
–         fermentations intestinales
–         lithiase urinaire
–         artériosclérose
–         goutte
–         rhumatismes, arthritisme
–         diabète
–         menstruations douloureuses, leucorrhées

Usage externe :

–         séquelles de paralysies
–         eczéma suintant, acné
–         plaies, plaies atones, ulcères
–         dermatoses, névralgies dentaires (huile de cade)
–         gale du chien (usage vétérinaire)
–         désinfection des habitations

MODE D’EMPLOI :

Usage interne :

BAIES

1 – en infusion : 20 à 30 gr par litre d’eau, ou une cuillerée à café par tasse. Infuser 10 Minutes, 3 tasses par jour (diurétique et stomachique). Entrent dans la composition de certains vins.

2 – Elles ont des propriétés antidiabétiques aux doses suivantes : en moudre chaque jour une dizaine et les absorber avec de l’eau pendant 15 jours, un mois.

–   teinture-mère de baies : 15 gouttes dans une infusion, après les repas
–    extrait aqueux : 1 à 5 gr par jour, en potion, pilules
–    essence : de 0,10 à 0,20 gr par jour, en solution alcoolique.

– sirop antiarthritique :

extrait mou de baies de genièvre           aa   10 gr
extrait fluide de prêle
sirop des 5 racines                               qsp   400 gr

2 à 5 cuillerées à soupe par jour

– vin de genièvre :

baies concassées                                   30 gr
rameaux coupés                                    15 gr
vin blanc                                                1 litre

Laisser macérer 4 jours. Passer et ajouter 30 gr de sucre. De un verre à liqueur à un verre ordinaire par jour (tonique, apéritif, diurétique, antilithiasique, indiqué dans les  fièvres d’automne). L’action tonique est renforcée si on ajoute une pincée de petite absinthe et 15 gr de racine de raifort sauvage.

– autre formule de vin de genièvre :

baies concassées                        aa    7,5 gr
rameaux coupés                                 15    gr
vin blanc                                             1  litre

Laisser macérer 4 jours. Passer et ajouter 30 gr de sucre. De un verre à liqueur à un verre ordinaire par jour (tonique, apéritif, diurétique, antilithiasique, indiqué dans les fièvres d’automne). L’action tonique est renforcée si on ajoute une pincée de petite absinthe et 15 gr de racine de raifort sauvage.

– autre formule de vin de genièvre :

baies concassées                                  aa  7,5 gr
graines de moutarde blanche
Vin blanc                                              2 litres

Laisser macérer 5 jours. Filtrer. ½ verre 2 fois par jour (tonique, apéritif, stomachique)

– vin diurétique

digitale                                       5 gr
scille                                         15 gr
baies de genièvre                    25 gr
acétate de potasse                  50 gr
alcool                                     100 gr
vin blanc                                900 gr

(20 gr contiennent 0,10 gr de digitale)

Usage externe :

–   bois de genièvre : 50 gr par litre d’eau, en décoction.

Pour lavages des plaies torpides, des ulcères anciens dont elle favorise la cicatrisation.

– liniment excitant contre les paralysies :

essence de genièvre                               2 gr
menthol                                                  1 gr
essence de térébenthine                      20 gr
alcool à 90 °                                        120 gr

– bains de genièvre (rhumatismes, arthrite) : résultats parfois spectaculaires – ou en ablutions.

–   Voir à romarin : formule de bain aphrodisiaque.

–   Les baies grillées forment un excellent désinfectant des habitations.

N.B.

  1. –  L’essence de genièvre dissout facilement l’iode qui perd ses réactions habituelles (ne colore pas l’amidon en bleu, ne colore pas la peau en jaune). L’essence de genièvre iodée, absorbée, libère rapidement l’iode que l’on retrouve dans les urines, le mucus nasal. Ceci constitue une preuve supplémentaire du cheminement rapide des essences dans l’organisme.
  2. – Il est évidemment recommandé de manger les baies utilisées en cuisine (choucroute).
  3. – La distillation donne l’alcool de genièvre.
  4. – Les jeunes pousses, séchées sur une claie, coupées en petits morceaux et conservées dans une boite fermée, constituent un excellent thé.
  5.  – L’huile de cade est extraite du tronc des vieux genévriers. Elle est utilisée contre les dermatoses et les névralgies dentaires : un petit tampon d’ouate imbibé introduit dans l’orifice de la dent.
  6.  – C’est du genévrier qu’on extrait l’huile de Haarlem, de composition restée secrète (avec addition de baies de laurier et de bois de pin ?).
  7.  – L’essence de genièvre donne aux urines une odeur de violette.

SPÉCIALITÉ :

Juniperus TM Lehning – Bains d’algues et d’essences.

 

 

L’huile essentielle de Bois de Cèdre

Aromathérapie avec le bois de cèdre

L’Huile essentielle de Bois de Cèdre

L’huile essentielle de bois de cèdre est extraite, par distillation du bois de Cèdre de l’Atlas, grand conifère à feuillage vert bleuté. Cette espèce est originaire d’Afrique du Nord (Algérie, Maroc) mais elle a été introduite en France dès la seconde moitié du XIXème siècle.

Indications thérapeutiques

– Drainante et diurétique,
– Lipolytique, élimine les graisses, la cellulite, les rétentions hydrolipidiques,
– Utile en cas d’athérosclérose,
– cicatrisante, astringente, traite les dermatoses,
– revitalisant du cuir chevelu, pellicules, alopécie,
– antifongique,
– décongestionnante et antiseptique du système respiratoire dans le cas de toux, grippes, infections respiratoires, bronchite, tuberculose,
– Calmante, efficace en cas d’insomnies,
– Soulage l’arthrite et les rhumatismes.

Dans l’antiquité

En fin de compte, tous les peuples se sont servis des huiles essentielles pour soigner les corps.

Les Égyptiens préparaient une huile essentielle de conifère en comprimant du bois de cèdre chauffé dans un vaisseau d’argile. Les Romains cultivaient les plantes aromatiques dont ils avaient découvert l’efficacité. C’est ainsi que chaque villa avait son jardin de plantes aromatiques. Les pharaons momifiaient les corps avec des aromates afin d’acquérir l’immortalité des tissus et l’éternité de l’âme. Selon divers documents portant sur la passion et la Résurrection du Christ, ils utilisaient un mélange de myrrhe et d’aloès. A Jérusalem, on brûlait de la myrrhe et de l’encens dans les temples. En Orient puis en Extrême-Orient, des préparations balsamiques, gommes, résines et sucs naturels servaient pour l’embaumement.

009

L’huile essentielle de Curcuma


L’huile essentielle de Curcuma se trouve dans les magasins spécialisés.

Attention : Avant toute utilisation, lire impérativement les précautions d’emploi figurant dans les manuels.

L’huile essentielle de Curcuma

et ses ressources en santé, beauté et cuisine traditionnelle

 

Santé

. L’huile essentielle de Curcuma (de préférence biologique) possède de nombreuses vertus.

. C’est un stimulant hépatique et biliaire favorable à la digestion permettant une bonne sécrétion de la bile par le foie.

. C’est un excellent vermifuge.

 

Utilisation

Voie interne

Penser à bien diluer votre Huile Essentielle de Curcuma dans un émulsionnant (Une petite quantité  d’huile végétale ou de miel ou du Solub-HE) avant de les absorber.

 

En cas de digestion difficile :

– 1 goutte d’huile essentielle de Curcuma à diluer dans 1 cuillère à café d’huile végétale

– ou 1 goutte d’huile essentielle de Curcuma + 1 goutte d’huile essentielle de Gingembre à diluer dans cuillère à café d’huile végétale.

A prendre en début de repas.

Asthénie sexuelle

– 1 goutte d’huile essentielle de Curcuma à diluer dans cuillère à café d’huile végétale ou sur un comprimé.

Prendre ce mélange en début de repas, matin et soir.

 

Voie externe

Penser à bien diluer votre Huile Essentielle de Curcuma dans un émulsionnant (Une petite quantité  d’huile végétale ) avant de l’appliquer. 


En traitement des voies respiratoires

Inhalation de l’huile essentielle de curcuma en décongestionnant nez, gorge, oreilles.

 

Propriétés sur la peau

Astringente

Grâce à sa richesse en Turmérones, elle améliore l’éclat de la peau alliant les propriétés anti-âge à la lutte contre le dessèchement.

Propriétés médicinales

Puissant antioxydant.

 

En recettes de cuisine

L’huile essentielle de Curcuma parfume les plats de cuisine en provenance des Indes, de l’Afrique, elle est adaptée aux recettes orientales.

Il est nécessaire de diluer 1 à 2 gouttes, toujours dans un peu d’huile végétale, avant de l’ajouter au  plat préparé. (Toujours en fin de cuisson).

Elle accommode aussi les salades, vinaigrettes, féculents, plats à base de farineux et potages. 

 

CONTRE-INDICATIONS

 

L’huile essentielle de Curcuma pourrait se révéler, à terme, neurotoxique et abortive.

Son utilisation est interdite chez la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez enfants de moins de 7 ans.

Ne pas diffuser.

 

Articles en rapport :

Curcuma Longa
Curcuma Javanais

 

Image parFoto-Rabe de Pixabay<:div>

Sauge sclarée


Il s'agit d'une plante originaire de la Méditerranée, 
très abondante en Dalmatie et les îles de l'Adriatique, 
cultivée dans les jardins et le midi de la France. 
Plante célèbre depuis des siècles, c'est l'Herba sacra des Latins. 
Ses feuilles sont très grandes, ridées et d'une odeur forte. 
Les fleurs sont blanches tachées de bleu.

 

LA SAUGE SCLAREE

 

Salvia sclarea 

 

 

 

Ses atouts

 

Elle accompagne les étapes de la vie intime d’une femme : puberté, règles, accouchement, bouffées de chaleur, ménopause. La plante renferme des substances œstrogènes.

L’essence de sauge sclarée formée de 70 à 75 % de linalol et de ses esters est utilisée en parfumerie. Les sommités de la plante contiennent un alcool tertiaire diterpénique, le sclaréol. Il vient sur les feuilles du Salvia pomifera L. à la suite de la piqûre d’un insecte, une sorte d’excroissance, nommée Pomme de sauge, Baisonge.

Tonique, gastrique, elle est surtout active contre l’hyperhidrose, les sueurs nocturnes. On l’utilise en infusion ou sous forme d’huile essentielle à la dose de 1 à 3 g par jour d’extrait fluide. Les formes pharmaceutiques provenant de feuilles stabilisées sont plus actives.

Elle possède aussi des vertus calmantes.

 

 

 
 

Ses propriétés

 

Applications pratiques

 

Domaine de la beauté

 

Elle traite les peaux et les cheveux gras
Pour rééquilibrer les peaux grasses : Mélanger 30 gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée dans 100 ml d’huile végétale de noisette. A appliquer le soir en léger massage sur une peau propre.

Les cheveux : Vous pouvez également utiliser cette préparation sur un cuir chevelu gras. Ajouter 2 gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée dans votre dose de shampoing.

 

Transpiration des pieds

Prendre un petit flacon, diluer 5 gouttes d’huile essentielle de sauge + 10 gouttes d’huile essentielle de palmarosa + 1 cuillère à soupe d’huile végétale. Chaque matin, masser la plante des pieds avec  ou 3 gouttes de ce mélange.

 

Santé

Pour les troubles du climatère (bouffées de chaleur liées à la ménopause) ou en cas de règles irrégulières : avaler 2 gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée diluées dans une cuillère à café de miel, deux fois par jour.

 

Essence de santal d’Autralie/santal Citrin

 

Les essences ou Huiles essentielles sont des produits volatils et aromatiques que l’on retire des végétaux et qui passent à la distillation avec l’eau ou que l’on peut en retirer par expression.

Les essences se distinguent des huiles grasses qui sont fixes et tachent le papier ou le tissu d’une manière permanente, car elles se volatilisent par la chaleur et que la tache qu’elles font sur le papier ou le tissu est passagère.

Les essences naturelles sont des mélanges de plusieurs principes bien reconnus lorsqu’on étudie les Huiles Essentielles.

 

Essence de santal 

d’Australie

 

L’essence retirée par la distillation à la vapeur du bois de santal d’Australie, Santalum spicatum ADC = Eucarya spicata Sprague et Sum.

Elle renferme au moins 80% en poids d’alcools terpéniques libres, calculés en santalol.

C’est un liquide limpide jaune pâle possédant une odeur spéciale de térébenthine assez agréable.

Cette essence renferme des alcools sesquiterpéniques primaires et secondaires. Certains auteurs pense à la présence d’alcools voisins, les fusanols.

L’essence de santal d’Autralie ne peut être confonde avec l’essence de santal citrin.

Ces deux produits présentent des odeurs et des saveurs différentes ; ils diffèrent par leurs poids spécifiques et par leurs pouvoirs rotatoires plus accentués dans le cas de l’essence de santal Citrin.

Cette essence peut être employée au même titre que l’essence de santal citrin dans les capsules de santal et dans tout médicament contenant du santal.

 

Propriétés

Efficacité dans les affections urinaires.

 

Des expérimentations cliniques réalisées en Australie, au Japon tendent à prouver que l’efficacité du santal d’Australie, dans le cas de ces affections, n’est pas inférieure à celle du santal citrin.

 
La dose moyenne est de 1g à 1,50 g d’essence par jour, en capsules à 0,25 g
 

 

Essence de

santal citrin

Retirée du bois de santal citrin (Santalum album L.) par distillation à la vapeur.

Elle renferme au moins 80 % en poids d’alcools terpéniques libres, calculés en santalol.

Liquide jaune pâle, un peu épais, d’odeur spéciale caractéristique, assez agréable.

 

Vous aimerez aussi : Le santal

Orange douce, huile essentielle

Orange douce

 

(Citrus sinensis )

Citrus aurantium risso – Citrus aurantium

 

Les fruits nommés oranges (pommes de Médie ou de Perse), contiennent un suc acidulé qui les fait rechercher. Ils sont riches en vitamine C et en vitamine P. Le suc, qui doit son acidité à l’acide citrique, sert à faire un sirop rafraîchissant très agréable et une limonade nommée orangeade. Les zestes frais d’oranges servent à obtenir l’huile volatile d’orange (essence de Portugal), qu’il ne faut pas confondre avec celle de la fleur ou néroli (essence de fleur d’oranger), à faire une alcoolature.

Les fleurs du Citrus vulgaris Risso ont une odeur plus suave que celles de l’oranger doux; cela explique la renommée de l’eau de fleur d’oranger, préparée en réalité avec les fleurs du bigaradier.

 

SES PROPRIÉTÉS

Calmantes. Ce sont des feuilles de l’oranger à fruit amer (le bigaradier),  qui sont officinales et ces feuilles sont vertes, coriaces, ovales, souvent employées en infusion (pp 5 à 10 : 1000) comme antispasmodique.

Surmenage. Ou pour favoriser la concentration.

Troubles digestifs.

Désinfectantes. Le meilleur des désinfectants de l’air ambiant.

APPLICATIONS PRATIQUES :

Domaine de la santé

 

En cas de problèmes de digestion :

– Déposer 1 goutte d’huile essentielle d’orange douce sur un petit morceau de sucre et avaler A prendre en fin de repas.

En cas de surmenage ou de manque de concentration :

– La respirer directement au flacon pendant quelques secondes.

 

Domaine de la beauté

Le soir pour se détendre :

– Diluer 10 gouttes d’huile essentielle d’orange douce dans 1 cuillère à soupe d’huile végétale. Ajouter dans l’eau du bain et y rester une dizaine de minutes. Il est indiqué de l’associer à de l’huile essentielle de lavande officinale et de l’huile de marjolaine. Dans ce cas, compter 3 gouttes de chaque

Maison

Pour désinfecter l’air ambiant (et parfumer la pièce !) : verser quelques gouttes d’huile essentielle d’orange douce dans un diffuseur et l’allumer pendant 4 à 5 min. A renouveler plusieurs fois par jour. Il est possible aussi d’associer à de l’huile essentielle de pamplemousse.

 

 

PRÉCAUTION PARTICULIÈRE

L’huile essentielle d’orange douce est photo sensibilisante  ne pas s’exposer au soleil juste après application sur la peau. Attendre deux heures.

***
Vous aimerez aussi : Bigaradier

Marjolaine (Huile Essentielle)

Cette plante est à calice bilabié, elle est cultivée dans les jardins et reste très proche en termes de propriétés physiques et médicinales de la sauge.

 

 

Marjolaine (Huile Essentielle)

 

Origanum marjorana

 

(Labiées)

 

Une inflorescence de 3 glomérules.  Cette plante forme parfois des touffes ramifiées d’une hauteur d’environ 50cm, ses rameaux sont grêles, velus et rouges, garnis de petites feuilles blanches, ovales avec pétioles. Les fleurs sont minuscules, roses ou blanches. L’odeur est forte et agréable, la saveur aromatique.

Vivace, bisannuelle ou annuelle. Dans les pays chauds elle est vivace; dans la région méditerranéenne, elle est bisannuelle et dans le reste de l’Europe, elle est annuelle.

Un merveilleux condiment. Dans l’antiquité, les Égyptiens l’utilisaient comme condiment; ce qui est encore le cas, en Europe centrale.

Plusieurs pays de production. Elle est cultivée en Inde, en Syrie, en Provence à Saint-Remy et en Tunisie.

Huile essentielle extraite : 0,60 %. Cette huile essentielle contient des terpènes, du sabinène et du terpinéol.

 

SES ATOUTS

 

Fraîche, elle entre dans la composition de l’alcoolature et de l’alcoolat vulnéraire;

En distillerie, dans la fabrication de liqueurs apéritives (vermouth de Turin).

Ses fleurs sont employées comme stimulantes (infusion 20%).

Emplâtre. Autrefois, on faisait un onguent de marjolaine que l’on obtenait en insérant la marjolaine dans du beurre.

 

La Marjolaine est calmante, elle est réputée pour apaiser tous les troubles d’origine nerveuse : hypertension, anxiété, stress, névralgies, difficultés respiratoires, sautes d’humeur. C’est aussi un régulateur de libido. Elle favorise l’endormissement et améliore la qualité du sommeil.

 

Organismes vivants microscopiques

Un petit nombre d’entre eux sont cependant des organismes pathogènes. L’huile essentielle de marjolaine est également efficace pour lutter contre les champignons et les bactéries.

 

APPLICATIONS PRATIQUES :

Domaine de la santé

En cas de rhume : verser 8 à 10 gouttes d’huile essentielle de marjolaine dans un bol d’eau bien chaude et procéder à des inhalations pendant quelques minutes.

En cas d’insomnies régulières :
avaler 2 gouttes d’huile essentielle de marjolaine diluées dans une cuillère à café de miel, avant de vous coucher.

Pour spasmophilie ou crises d’angoisse :
déposer  2 gouttes d’huile essentielle de marjolaine sur la plante des pieds et masser.

Dans le cas de contracture liée au stress :
diluer 2 gouttes d’huile essentielle de marjolaine dans une cuillère à soupe d’huile végétale et masser la zone concernée. En cas de mal à l’estomac, cela peut fonctionner aussi, masser en formant de larges cercles.

Environnement, habitat

Pour décupler l’efficacité antibactérienne du liquide vaisselle, vous pouvez ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de marjolaine dans le flacon.

–  Compter 10 à 15 gouttes d’huile essentielle pour 500 ml de produit.  

RAPPEL

La marjolaine sauvage des campagnes est en réalité l’origan.

 

Origan, huile essentielle

Aux amis des plantes, thérapeutes, naturopathes, phyto-aromathérapeutes,
Lecteurs assidus de ce blog,

Remerciements

Chaque jour devrait rallier plus de sympathisants à la Phyto-aromathérapie et autres enseignements de médecines naturelles,
si au moins les médecins reconnaissaient l’intérêt de cette science
qui forme la médecine de demain !
Ô ! ils n’en disent pas de mal, simplement qu’elle ne sert à rien…
Mais à force de résultats nous arriverons à les convaincre des résultats…

N’hésitez pas à les rapporter !

Bonnes fêtes

Aminautes

Que cette année 2016 vous apporte le rêve ?
Et tout ce que vous pouvez désirer.

***

Pour ces lendemains de fêtes, vous devriez utiliser :

L’HUILE ESSENTIELLE D’ORIGAN D’ESPAGNE

Labiées, la majeure des majeures

L’huile d’Origan a des vertus antiseptiques. Son pouvoir bactéricide est élevé.
Hormis cette propriété, elle est reconnue aussi pour son action anti-spasmodique (toux spasmodique et troubles digestifs).
Il existe des spécialités qui contiennent origanum vulgaire (Labiées) parmi lesquelles deux tisanes et onguents :

– Anthylline (Vidal)

– TISANE DE HOERDT, contenant du chrome,
– TISANE SAINT-LUC,

– Oxyplastine pommade pour les irritations de la peau.

Elle vous rendra la santé.

Myrte (huile essentielle)


MYRTE

Herbe du lagin. Myrtus communis

(Myrtacées)

 

 

SES ATOUTS

. Expectorante, elle est recommandée dans les cas de toux, bronchite, rhume.
. Désinfectante de l’air ambiant : elle est réputée éradiquer les microbes.
. Tonifiante. Bienfaisante sur la peau, cette huile précieuse a des propriétés anti-vergetures.

. Elle est légèrement sédative.

Le Myrte est connu depuis l’antiquité, mentionné par l’Ancien Testament, par les auteurs grecs et arabes.

 

Riches en tanins. C’est un arbrisseau des pays chauds et cultivé dans les jardins. Les feuilles et les fruits sont réputés être toniques, stimulants et taenifuges. L’huile essentielle de myrte est obtenue par distillation de ses feuilles, de ses fleurs, des jeunes rameaux. Ils sont employés en médecine traditionnelle comme antiseptique des bronches, contre la leucorrhée et les hémorroïdes.

Durant les croisades. L’eau distillée de ses fleurs et de ses feuilles porte l’appellation d’Eau d’Ange, un parfum historique,  jadis très estimé.

Son essence (0,20 %) est employée comme celle d’Eucalyptus et celle de Melaleuca ou Niaouli. Elle renferme des terpènes, du cinéol et du dipentène.

En traitement des voies respiratoires. On a administré le myrtille en capsules à 0,25 g, en injections huileuses intramusculaires et en suppositoires.

Régions de production. Elles se situent dans les pays du bassin méditerranéen : Espagne, France (Midi et Corse), Algérie, Maroc, Italie, Tunisie.

La qualité des huiles essentielles de Myrte :

 Elle dépend des parties de plantes utilisées pour la distillation (feuilles seules, feuilles et fleurs, ou feuilles et jeunes rameaux).

Composition :

A l’examen de trois huiles essentielles de myrte d’origine géographique différente, France, Maroc, Tunisie, on remarque les différences suivantes :

 

MAROC
FRANCE
TUNISIE
Densité à 20°
0.9190
0.9030
0.8820
Déviation optique
+ 20.91
+ 22.60
+ 26.70
Indice de réfraction
1.4665
1.4658
1.4667
Indice d’acides
1.11
2.2
2.2
Indice d’esters
73.45
68.20
25.6
Beta-pinène
9,4 %
9,62 %
7,59 %
Cinéol (eucalyptol)
38,19 %
32,13 %
20,45 %
Myrténol
1,22 %
0,16 %
0,42 %
Géraniol
0,28 %
1,05 %
0,61 %
Linalol
2,21 %
2,56 %
2,37 %
Acetate de myrtényle
20,44 %
21,06 %
2,12 %

Les plus importantes concernent l’huile essentielle de Tunisie.

A noter !

– que Myrte bâtard est le Myrica Gale, le Myrte épineux est le petit houx.

– que le myrte d’Australie, introduit en Europe et acclimaté dans le sud de l’Italie, est remarquable par la quantité de crème de tartre et d’acide tartrique que contiennent ses feuilles.

APPLICATIONS PRATIQUES :

Domaine de la beauté

En traitement des rides : ajouter 1 goutte d’huile essentielle de myrte dans une noix de crème de jour et appliquer sur la peau en évitant le contour des yeux.

Domaine de la santé

En cas de toux d’origine tabagique : respirer l’huile essentielle de myrte directement au flacon, durant quelques minutes. Elle peut aider dans l’arrêt du tabac.

En cas de toux grasse : avaler 2 gouttes d’huile essentielle de myrte diluées dans 1 petite cuillère à café de miel. A renouveler trois fois par jour.

En cas de troubles du sommeil : diluer 10 gouttes d’huile essentielle de myrte dans une cuillère à soupe d’huile végétale. A verser aussi dans l’eau d’un bain d’une dizaine de minutes.

Environnement, habitat

Pour assainir son intérieur (en particulier en présence de maladies), verser dans le diffuseur d’huile essentielle :

–  5 gouttes d’huile essentielle de myrte,
+ 5 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse,
+ 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radié.

Mettre en marche pendant 3 à 4 minutes. A renouveler 2 ou 3 fois par jour.

RAPPEL

Chaque essence a sa composition, sa personnalité, son action thérapeutique et il est indispensable que l’origine des essences soit indiquée sur les prescriptions médicales. Mis à part l’osmothérapie (utilisation des essences par respiration et utilisation d’essences en usage externe), l’aromathérapie interne, par voie orale essentiellement (dans cet article par ex. en cas de toux grasse), devrait être limitée à la seule prescription magistrale ou officinale .

 

Santal blanc Huile Essentielle

Le bois de santal est très recherché en Orient comme parfum. En chine, on le mélange avec de la colle de riz pour fabriquer certaines bougies dites parfumées. On distingue trois sortes principales de Santal : le Santal citrin ou S. citron (*), Santal jaune, le Santal blanc et le Santal rouge qui est le bois du Pterocarpus santalinus. Nous parlerons ici plus particulièrement du Santal blanc.

Le Santal blanc ou Santal à feuilles de myrte ou Santalin. Sous ce nom est décrit le bois jaune du Santalum album L., ou son aubier dépouillé du cœur du bois, qui donne le Santal citrin. La structure est la même. Il donne l’huile essentielle de santal blanc.

Santal blanc

Santalum album

 

SES ATOUTS

Relaxante, anti-déprime, calmante.
Efficace en cas d’infection urinaire.
Vertus antiseptiques et astringentes, indiquée dans les soins après-rasage par exemple.
Elle tonifie l’épiderme et est efficace contre les rides.
Vertus aphrodisiaques, stimulante.

APPLICATIONS PRATIQUES :

 Beauté

Un après-rasage naturel : Diluer 10 gouttes d’huile essentielle de santal blanc dans 10 ml d’huile végétale d’avocat.

Un adoucissant, balnéothérapie : Mélanger 4 gouttes d’huile essentielle de santal blanc + 4 gouttes d’huile essentielle d’ylang-ylang dans une cuillère à soupe d’huile végétale. Verser dans l’eau du bain et se relaxer pendant une dizaine de minutes.

En soin du visage, régénération : Ajouter 1 goutte d’huile essentielle de santal blanc dans une noisette de crème de jour. Appliquer le matin sur peau propre et sèche.

Santé

Stress au quotidien :

Déposer 1 goutte d’huile essentielle de santal blanc sur l’intérieur du poignet et respirer. A renouveler plusieurs fois dans la journée.

Si infection urinaire :

Diluer 1 goutte d’huile essentielle de santal blanc + 1 goutte d’huile essentielle de lavande officinale dans 1 cuillère à soupe de miel. Avaler 3 fois par jour.

 

(*) Le Santal citrin ou S. Citron, Santal jaune se présente en bûches décortiquées, longues de 50 cm à 1 m, de 15 cm de diamètre et plus, à fibres droites très serrées, d’un jaune fauve ou brun pâle, d’une odeur rosée-musquée citronnée, fort agréable et d’une saveur spéciale très aromatique. Il a un aspect luisant et son odeur également très aromatique s’exalte par le frottement. Il est plus léger que l’eau et n’offre pas sensiblement d’aubier. Il contient 2 à 5 % d’une huile volatile odorante et lévogyre (essence de santal) dont l’industrie a pris un très grand développement par son application aux maladies des voies urinaires. Sa poudre est rouge.

Vous aimerez aussi : Le santal