La consommation du jaune d’oeuf

Rate this post

Affirmation

 » Les œufs du commerce sont toxiques non point parce qu’ils ne sont pas frais, mais parce que les poules qui les pondent sont mal nourries, et donc en mauvais état de santé »

L’œuf est un aliment complet par excellence. Il doit être de qualité biologique, pondu par des poules saines, élevées en liberté dans les bois, sur terrain sec, ou dans le poulailler familial proprement entretenu. Dans un poulailler, il ne faudra y mettre que des grains, de la verdure, de la salade et de petits vers.

Pour produire des œufs sains, les éleveurs doivent faire vacciner leurs poules, et ne pas leur donner un traitement aux hormones pour obtenir des pontes forcées. Ou encore ne pas alimenter leurs volailles avec des farines de poisson ou des farines de viande, minéralisées et vitaminées, ce qui est un traitement contre-nature.

Considérations hygiéno-alimentaires de l’œuf

Les propriétés du jaune d’œuf

Les naturopathes les utilisent comme aliment de base. Ils  considèrent le jaune d’œuf comme un aliment de base azoté. Ils en conseillent  la consommation à raison d’un par jour, pas plus de six par semaine. Le « blanc d’œuf » constitué uniquement de protides de qualité biologique médiocre, n’est pas intéressant et doit être évité. « Le jaune d’œuf est une boule de vitamines et de sels minéraux ».

L’œuf un aliment indispensable mais les avis divergent

Dans sa thérapeutique infantile, un célèbre Docteur prétendait qu’un enfant ne pouvait pas s’élever normalement s’il ne mangeait aucun oeuf. Ainsi, il s’en servait à doses fractionnées et répétées. Le célèbre Pr Marchesseau conseillait de les utiliser dilués dans les biberons dès le 4ème ou 5ème mois !

« A deux ans l’enfant peut manger son œuf par jour, et l’adulte ses deux œufs. Les propriétés de l’œuf en font un excellent aliment médicament, dans les anémies, les asthénies, les dépressions et les personnes de petite constitution« .

Pour les personnes atteintes de troubles digestifs, il l’utilisait sous forme incorporée en mélange dans les farineux. Les hépatiques et les arthritiques toléraient très bien ses « galettes sèches à l’œuf » et à l’huile. Jusqu’à l’opinion contraire d’un autre médecin, qui affirma que l’œuf se digérait mieux s’il était incorporé dans des préparations alimentaires.

  « L’œuf est un aliment presque complet, qui renferme de nombreuses substances complexes. S’il est vrai que les malades du tube digestif ne supportent pas les œufs, d’autres souffrant pareillement, les tolèrent en petite quantité, admis dans un régime correct. Malgré ses qualités nutritives, il faut en surveiller l’usage et ne pas en consommer plus de deux ou trois par semaine ».

Les Français et les œufs

Selon certains sondages  le français consommerait en moyenne 3 œufs par semaine. Les personnalités de l’Institut Scientifique d’Hygiène alimentaire, les recommandent à raison de 3-4 par semaine, dans un régime équilibré. Dans les régimes lactés transitoires, dans les régimes propres aux personnes ayant de la goutte, la ration journalière peut être de deux. Et d’un seul, dans les régimes végétariens, et  les régimes amaigrissants. Enfin, d’un demi-œuf par jour, et recommandé, pour les personnes alitées ou convalescentes.

En conclusion

Il est impératif de se renseigner sur la provenance et l’élevage des poules, au lieu de polariser notre attention sur le vieux préjugé inscrit sur la boîte en carton de « l’œuf frais du jour ou pondu de la veille ».

Co-auteur, Geneviève Reiter, avec Yvonne Chatillon,
Stages et études en phyto-aromathérapie ;
Née à Neuilly sur Seine, habitant Bordeaux (33), près de la mer !
Passionnée de médecines naturelles, naturopathie, bridge et spiritualité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.