Maladies nerveuses, traitement aux Huiles essentielles

Rate this post

Huiles essentielles apéritives

La camomille, l’ail, l’oignon, la cannelle

Rééquilibrant du système nerveux

Cyprès seul 18

Sénescence

Sauge sclarée 3, Romarin 3, Sarriette 3, Marjolaine 5,
Basilic 4.

Somnolence, Endormissement. Pré-comaComa hépatique

Menthe 4, Romarin 15.

Stimulant du système nerveux central et neuro-végétatif

Lavande 10, Thym 9.

Tendinite. Déchirure musculaire

Romarin 12, Camomille 7
ou Romarin 9, Lavande 10.

Utiliser également :

Thym 6, Menthe 2, Genièvre 6, Cajeput 5.

Cas d’observation

Un cas rapporté dans les archives d’hygiène naturiste.

Pour information, la retranscription de cette observation est utile pour connaître l’avis des médecins au sujet de ces deux thérapeutiques bien souvent méconnues. Selon eux, elles gardaient une valeur hautement démonstrative.

Madame P …,

Habitant la Dordogne, fait un état dépressif alarmant , en mars, au départ de son petit-fils comme militaire. En quelques semaines, cette personne, jusque là enjouée et vaillante, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle ne se souvient plus de rien et perd bientôt la raison : croyant sortir de chez elle, elle s’engouffre dans un placard et y demeure ; lorsqu’elle dessert la table, elle porte la vaisselle dans la salle de bains …

Comme il s’agit d’une bonne mère, son gendre veut tenter le maximum à son endroit. Alors, la naturopathie traita ses symptômes avec phyto et aromathérapie, phosphore, oligo-éléments. A Paris, une clinique lui appliqua une thérapie cellulaire. Cette femme a reçu : placenta, foie, rate, trigone, hypothalamus antérieur, hypophyse.
Deux mois plus tard – au mois de mai – Mme P. ..  » a rajeuni de 10 ans ». Son activité, tant physique qu’intellectuelle, est intégralement récupérée.

De surcroît, les résultats se maintiennent pendant deux ans et demi, jusqu’à ce jour de décembre où Mme P …., revenant à pieds dans sa maison de Véssac, en empruntant un raccourci, tombe dans une mare glacée. Le choc physique consécutif, la peur horrible de mourir noyée lui sont grandement préjudiciables. Un agriculteur entend ses cris et vient « in extremis » la sortir de son bain.

Le soir même, un tableau comparable à celui de mars s’instaure dans toute son ampleur.

En tout état de cause, les hygiénistes conseillent donc alors à son gendre de ramener cette dame à Paris pour une nouvelle thérapeutique cellulaire appliquée au mois de décembre, un peu avant Noël. Le traitement est complété par des plantes et des essences, de la vitamine C, naturelle sous forme de sirop d’argousier.

Au terme de quoi, un mois et demi plus tard, Mme P. … a recouvré une santé remarquable et au mois de novembre soit huit années plus tard, tout va toujours très bien à 81 ans. Mme P. … se contente, de temps à autre, d’absorber quelques tisanes, selon les prescriptions ou de sa propre initiative, car elle est de ces personnes qui connaissent bien les vertus de nombreuses plantes.

Le Docteur R.B.H. qui la suivait devait certainement penser pour ce cas, ce que les hygiénistes déduisaient d’ailleurs eux-mêmes, à savoir que la thérapie cellulaire a été – bien plus que les plantes – par deux fois l’élément thérapeutique déterminant dans le retour à la santé de cette malade.

 

 
 
 
 
 

Image parmohamed Hassan de Pixabay