L’affaire Betty Mannechez n’est pas de l’emprise

Rate this post

Samedi 25 septembre Chroniques criminelles a relaté l’affaire Mannechez, cette histoire familiale hors normes, sur fond d’intimidation, d’emprise paternelle, d’ignoble bêtise humaine de la part de tous ces naïfs qui ferment les yeux par manque d’empathie, par crainte de déranger leur petite vie, qui se taisent aussi par bassesse, et laissent faire.

Il s’agirait de l’histoire d’un « inceste heureux ». Enfin, c’est ce que la justice en a conclu.

Vous avez déjà vu un inceste heureux vous ? L’affaire Mannechez est une affaire jugée certes, mais elle appelle sûrement quelques commentaires de la part de personnes qui savent ce dont elle parle. L’aberration se trouve dans ces deux mots : inceste heureux.

Dire d’une victime qu’elle est sous emprise c’est conclure  légèrement. Il s’agit de bien autre chose. Le bourreau de la victime est là. Jeune, elle manque de moyens financiers et si rester peut sembler incompréhensible,  son vouloir n’est plus en cause, c’est le pouvoir de l’autre qui prend le relais. Et si dans les différents commentaires de l’émission, l’emprise semble sous-entendre l’amour, il n’en est rien. Que non, elle ne peut aimer son bourreau, elle en a peur, il la terrorise littéralement !

Il faudrait arrêter de raconter n’importe quoi, parlant de ce qu’on ignore. Virginie, la victime, s’est échappée. Oh ! mais pas pour longtemps puisqu’il l’a rattrapée pour l’assassiner. Et c’est bien de cela dont les victimes ont peur, de la crainte de se faire tuer.

Et c’est pourquoi elles consentent.

Très peu d’années de prison au départ

Alors si même la justice a mission sacrée, où allons-nous….La belle apparence du bourreau a roulé les  jurés dans la farine. Effectivement, tous ne sont pas alcooliques et illettrés. L’emprise s’est retrouvée une nouvelle fois dans le prétoire et le temps du procès.

La justice a jugé un homme libre, et laissé les jurés trancher. On voit bien dans l’affaire Mannechez qu’il est dans certains esprits de penser que la monogamie est contre nature. Regarder ailleurs en toute impunité est légion, il n’y a pas de Continent plus immoral que le nôtre pour certains.

Pour sa satisfaction de jouissance, cet homme, méritait 20 ans. Il l’a été certes après le retournement de son arme mais que penser de cette affaire ?

Qu’il s’agit d’un véritable drame. La vie de deux personnes a été sacrifiée car la justice n’a pas appliqué de condamnation, et reconnu un « inceste heureux ».

Un inceste n’est jamais heureux, comment accepter de pareils verdicts…

***

En littérature

Certains textes n’échappent pas à des considérations morales, l’inceste reste décidément de l’ordre de l’interdit. Il reste le détraquement de tout son être, une monstruosité.

Le problème ne porte pas sur sa « légalisation ». Seule compte, finalement, la valeur même d’interdit. Et même dans une littérature où tout doit se dire, il est bon de préserver les interdits…

Co-auteur, Geneviève Reiter, avec Yvonne Chatillon,
Stages et études en phyto-aromathérapie ;
Née à Neuilly sur Seine, habitant Bordeaux (33), près de la mer !
Passionnée de médecines naturelles, naturopathie, bridge et spiritualité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.